Eric Chatfield, le serial shooteur du Paris-Levallois

Les Franciliens se sont trouvés une machine à dégainer.

Trois victoires pour une défaite. C’est le bilan du Paris-Levallois en ce début de saison. Un succès que l’on pourrait attribuer aux énormes sorties d’Eric Chatfield depuis la reprise.

Le Havre, Pau et Roanne ont été les premières victimes de l’artilleur du Paris-Levallois (27 pts, 6 rbds et 3 pds face au Havre. 26 pts face à Pau puis Roanne). S’il a été un peu plus discret face aux Villeurbannais, Chatfield n’en a pas été moins efficace, allumant la défense des Verts dans le money-time (16 pts dont 4/7 à 3 pts).

Insolent d’adresse, l’ailier francilien tourne actuellement à 63% de réussite derrière l’arc. Non content d’aligner les shoots, il sait également se montrer décisif en fin de match, comme ce fut le cas vendredi dernier dans la victoire du PL face à Roanne.

« Là où il a été très bon, c’est qu’il n’a pas forcé ses shoots. Dès qu’il est ouvert, il marque. A 3 pts, il est à 5/6, il ne rate rien. En ce moment, il est sur un nuage donc il ne faut pas le lâcher. En ce moment, il est vraiment là. Après, je ne sais pas s’il va continuer à rester sur ce rythme. C’est ce que je lui souhaite mais c’est sûr qu’il est sur un nuage. L’équipe en profite bien », reconnaissait Philippe Braud à la fin du match.

Jean-Denys Choulet savait pourtant qu’il y avait client avant la rencontre :

« Chatfield a encore une fois été le monsieur du match. On le savait pourtant et on s’est cassé le tronc en défense, on peut le dire. »

Si Christophe Denis n’a pas manqué de souligner l’importance de Eric « Garfield » Chatfield dans son effectif, il souligne cependant que c’est tout un collectf qui est à l’origine des trois victoires de son équipe :

« Eric Chatfield est porté par le talent de l’équipe. C’est la nuance qu’il faut comprendre. On fait un sport collectif. »

S’il continue sur ce rythme-là, Chatfield pourra d’ores et déjà planifier ses vacances de Noël et prévoir d’être présent à Bercy pour le All Star Game. Et en cas de panne, le Paris-Levallois devrait avoir les armes nécessaires pour assurer :

« Si un jour Eric n’est pas là, on essaye justement de faire en sorte qu’un camarade puisse prendre le relais. Michel (Morandais) est capable de le faire, David (Noel) est capable de le faire, Jawad Williams est capable de prendre de gros shoots… »

Alain Wesiz et Jean-Luc Monschau (le HTV et Nancy sont les prochains adversaire du PL) sont prévénus.

Tags : , , ,
Comments

Commentaires

Comments are closed.