Euro : Goran Dragic (28 pts) et la Slovénie douchent la Grèce quasi-éliminée

Après sa victoire face aux Espagnols, la Grèce a souffert face une équipe slovène révoltée et portée par un public déchaîné. Elle n’a plus son destin entre les mains.

goran-dragic-300x199Après une belle victoire face à l’Espagne il y a deux jours, la sélection grecque affronte la Slovénie  dans l’antre de la Stovice Arena pleine à craquer. Poussés par les 12 000 personnes présentes dans la salle, les Slovènes effectuent un début de match exemplaire à l’image de leur leader Goran Dragic auteur de 18 pts en 11 min en première mi-temps. Alors que la fratrie Dragic ridiculise la défense des extérieures grecs, dans la peinture, les intérieurs prennent le contrôle et sont sans pitié pour Ioannis Bourousis et les siens qui souffrent physiquement.

La Grèce accuse le coup en défense et balbutie son basket de l’autre côté du terrain. Vassilis Spanoulis, à côté de ses pompes, paralyse le jeu de son équipe. Fotsis et Bouroussis sont à court de souffle et ne parviennent pas à prendre le dessus sur leurs vis-à-vis. Pendant ce temps, le festival Dragic continuent et la Slovénie profite de l’imprécision des Grecs pour s’offrir quelques relances rapides. Les deux frères donnent une large avance à leur équipe sur un échange derrière l’arc.

Mi-temps : Grèce 27 – 43 Slovénie

 

La rencontre reprend comme elle s’est terminée : avec Goran Dragic façon showtime. Défensivement, la Grèce n’est sur aucune rotation et ne fait que subir. En attaque, le fond de jeu est inexistant. Les Grecs montrent alors des signes de frustration et s’attardent sur l’arbitrage alors que la Slovénie fait grimper l’écart. Sur un nuage, les joueurs de Bozidar Maljkovic prennent feu à 3 pts. Pour rien n’arranger au malheur de la sélection hellène, qui sombre à petit feu, Kostas Papanikolaou rejoint le banc sur blessure. A -26, une éventuelle grecquification semble improbable. Et pourtant…

V-Span et ses coéquipiers ont tenté un ultime run dans le dernier quart-temps. Du rythme et de l’agressivité en attaque, une défense plus pressante et des lancers francs récoltés leur ont permis de revenir au score (-9 avec 6 min à jouer). La Stozice Arena a alors donné de la voix pour soutenir son équipe. Deux ballons perdus par la Grèce et trois ballons perdus plus tard, les Slovènes reprenaient leur 12 pts d’avance. Nikos Zisis climatise alors la salle à 3 pts. Dans le money time, chaque ballon coûte cher et une balle volée de Dragic sur une passe de Spanoulis éteint les espoirs grecs.

La Grèce n’a plus son destin en main. Elle devra prier pour une défaite de l’Espagne face à l’Italie dimanche pour espérer atteindre les quarts de finale.

Score : Grèce 65 – 73 Slovénie

Tags : , ,
Comments

Commentaires (3)

  1. Legendary D. Pope

    Vu les derniers matchs à jouer, l'enjeu du game de ce soir est de connaître notre adversaire en 1/4 : on gagne, on joue probablement la Croatie, on perd, on joue nos Amis Espagnols….

  2. Thorvaald

    Bordel, je ne suis pas croyant, mais il doit y avoir un Dieu du basket qui prend un malin plaisir à foutre l'Espagne sur la route de l'équipe de France quelque soit la configuration ou le tirage au sort!
    En revanche: si la France gagne et que l'Italie bat l'Espagne qu'est-ce qui se passe?