Euro : La France se fait peur face à l’Allemagne

Malgré une mauvaise deuxième mi-temps, les Bleus s’imposent sur le fil face à l’Allemagne (88-84).

Joffrey Lauvergne ADEn l’absence de Tony Parker, mais aussi de Charles Kahudi et Kim Tillie laissés au repos, on pouvait se demander quel visage aurait les Bleus face à l’Allemagne dans ce match préparatoir pour l’Euro. Mais ces derniers ont très vite rassuré à commencer par Alexis Ajinça dominateur dans la peinture. Sous l’impulsion du Strasbourgeois et d’un Nicolas Batum en mode patron (9 et 11 points pour eux au bout des dix premières minutes), les Bleus ont très vite pris les devants (24-18, Q1) face à des Allemands qui ont abusé du tir à trois points. Par la suite ce sont les jeunes qui ont pris les choses en mains. Si on a eu un Tillie impérial face à la Finlande, c’est Joffrey Lauvergne (11 points dans le Q2) qui a fait le show. Explosif, précieux des deux côtés du terrain, l’ailier-fort a donné le tournis à la défense allemande bénéficiant également du bon travail de Johan Petro, bien plus actif que lors de sa première sortie (48-32 à la mi-temps).

A la reprise, Vincent Collet a continué à faire tourner son effectif. Si Heiko Schaffartzik a été précis (5 points en l’espace d’une minute), les Bleus ont su rester vigilants à commencer par les cadres que sont Nicolas Batum et Boris Diaw. Avec un jeu plaisant offensivement accompagné d’une défense sérieuse, les joueurs de l’EDF ont été en mode show-time dans le troisième quart-temps face à des Allemands qui n’ont pas su trouver les solutions pour contrer le jeu français. Mais en étant plus relachés, les Bleus ont toutefois pris un 16-0 pour conclure le quart-temps (67-59, Q3). Cela a réveillé les Allemands qui ont pu compter avec leur impact dans le jeu intérieur et accessoirement de l’adresse. Plus agressifs, ils ont provoqué les fautes françaises au point de grapiller petit à petit leur retard. Alexis Ajinça a eu beau tenter, cela ne voulait pas rentrer, illustrant ainsi les difficultés des Bleus en attaque. Sans des Nando De Colo et Nicolas Batum efficaces dans le money time, les Bleus de Vincent Collet seraient repartis d’Allemagne avec une désilusion.

Place désormais au stage de Strasbourg qui sera décisif dans l’optique de la réduction de liste pour l’Euro qui doit intervenir avant le 12 août.

 

Comments

Commentaires (3)

  1. Helpless

    Encore du trés bon Lauvergne,précieux des deux côtés du terrain.
    Heurtel semble avoir une longueur d'avance sur Diot et Westermann pour le poste de meneur remplaçant.Il joue trés juste et se montre plus percutant que Léo.

  2. Legend. Derrick Pope

    Pietrus, sur plusieurs séquences défend tout seul contre les 5 deutschs…
    Batum, DeColo, Ajinça, Lauvergne excellent game…
    Diaw ? Il a joué ?? Nan, il envoyait des textos à TP…
    Petro, bon passeur et créateur au poste haut (oui, vous avez bien lu !!!)…
    Gelabale, Diot foirade sur ce match…
    Fournier, Westerman (trop) jeunes et (trop) fragiles…
    Heurtel (très) mauvais en défense (quitte son slip sur chaque démarrage du meneur départemental allemand, mais fait le job en attaque…