Euro : Tony Parker (28 pts) guide les Bleus face à l’Ukraine

L’équipe de France peut remercier Tony Parker. Le meneur des Bleus a inscrit 28 pts pour assurer la qualification de son pays.

Eurobasket 2013 tony parker équipe de FranceL’équipe de France a fait le boulot, dimanche après-midi, en écartant l’Ukraine (77-71) de son chemin. Mis en difficulté par des Slaves invaincus jusque-là pendant une bonne partie du match, les Bleus ont pu compter sur un Tony Parkerétincelant (27 pts) dans le dernier quart-temps. La qualification pour la suite du tournoi est assurée, reste un match à ne pas négliger contre la Belgique pour finir cette première phase en tête du groupe.

C’est pourtant l’Ukraine qui a attaqué la partie par le bon bout face à des tricolores qui ont pris la mauvaise habitude de rater leur entame. En ce début de match, le ballon circule mieux dans les mains ukrainiennes. Résultat, les Bleus encaissent un 7-0 d’entrée et n’inscrit ses premiers points qu’au bout de 3 minutes.

La France répond par Tony Parker et limite les dégâts grâce à une grosse présence au rebond d’Alexis Ajinça (5 rebonds dans le premier quart). Après un nouveau retard à l’allumage, les Français grignotent leur retard dans le sillage d’un Parker qui montre la voie à ses coéquipiers pour son 50ème match en championnat d’Europe avec la tunique bleue. Le meneur des Spurs est imité par Nicolas Batum qui monte en régime en défense comme en attaque et permet aux Bleus de n’être plus menée que de 2 points à la fin du premier quart-temps.

Dans le sillage de TP, les Français  haussent le ton et neutralisent désormais les attaques ukrainiennes qui s’en remettent à Pooh Jeter, auteur de 10 points en première période. Plus agressif sur le porteur du ballon, les Bleus payent toutefois leurs efforts en attaque et courent toujours après le score contre une équipe d’Ukraine décomplexée.

Et tandis que les Français ne parviennent pas à régler la mire, c’est encore Tony Parker qui sonne la révolte sur un numéro de soliste dans la peinture. Après une fin de deuxième quart plus maîtrisée, les Bleus n’accusent plus qu’un point de retard (35-36) à la pause face à des Ukrainiens en réussite à longue distance (6/12). Dominatrice au rebond, l’équipe de France est en revanche à la peine en attaque avec un seul shoot à trois points inscrit sur neuf tentatives.

Les Français reviennent du vestiaire avec de toutes autres intentions. Plus impliqués en défense, les joueurs de Vincent Collet provoquent les erreurs d’Ukrainiens qui ont maintenant du mal à suivre la cadence. Sur un tir à 3 points de Mike Gelabale, l’équipe de France reprend les devants. Apostrophé par son entraîneur en première mi-temps pour son manque d’attention, l’ancien Sonic est à l’image de tricolores plus concernés et qui jouent plus libérés. Si Jeter (20 pts, 6 rbds) se montre à la hauteur du défi imposé par Tony Parker, les Ukrainiens sont pris à la gorge sur chaque possession et ne parviennent plus à s’approcher du cercle. Et alors que les Bleus semblent enfin contrôler la partie, l’Ukraine fait toujours le plein à trois points et profite d’un nouveau temps faible français pour égaliser avant la fin du troisième quart (51-51).

Enfin lancée après une mise en route compliquée, l’équipe de France passe à la vitesse supérieure dès l’entame du quatrième quart. Le retour sur le parquet de Tony Parker donne un nouvel élan à des Bleus qui font la course en tête mais sans parvenir à plier le match. La lumière vient une nouvelle fois d’un TP en feu qui fait ficelle à longue distance et porte l’écart à +8 en faveur des Français. Une avance confortée sur un nouveau rebond offensif d’Ajinça obtient la faute. 70-59, les Bleus peuvent enfin souffler tant Parker éblouit un money time complètement à l’avantage de l’équipe de France. Tony Parker inscrit quatre paniers consécutifs qui assurent définitivement le succès français. Dans un dernier baroud d’honneur, les Ukrainiens viennent rappeler qu’ils n’étaient pas invaincus dans la compétition pour rien et ne s’inclinent finalement que 77-71. Les Français, emmenés par un Tony Parker impérial (28 points en 33 minutes), ont souffert mais se sont montrés à la hauteur du rendez-vous. Le dernier match, demain face à la Belgique, pourrait permettre à l’équipe de France de s’emparer de la première place du groupe.

Les stats

Equipe de France

No. Player Min FG 2P FG 3P FG FT REB AS TO ST BS PF +/- Pts
M/A % M/A % M/A % M/A % O D Tot C D
4 J. Lauvergne 06:28 0/3 0.0 0/3 0.0 0/0 0.0 1/2 50.0 2 0 2 0 0 0 0 0 2 +5 1
5 N. Batum 26:57 2/8 25.0 2/3 66.7 0/5 0.0 4/4 100.0 1 5 6 2 1 0 2 3 5 -1 8
6 A. Diot 04:00 0/0 0.0 0/0 0.0 0/0 0.0 0/0 0.0 0 0 0 1 0 0 0 2 0 +1 0
7 J. Petro 12:04 1/3 33.3 1/3 33.3 0/0 0.0 0/0 0.0 2 4 6 0 2 0 0 2 1 -2 2
8 C. Kahudi 00:00 0/0 0.0 0/0 0.0 0/0 0.0 0/0 0.0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0
9 T. Parker 33:03 11/18 61.1 9/13 69.2 2/5 40.0 4/5 80.0 0 2 2 2 2 0 0 3 3 +8 28
10 T. Heurtel 06:15 1/2 50.0 1/2 50.0 0/0 0.0 0/0 0.0 0 0 0 1 0 0 0 1 0 -2 2
11 F. Pietrus 11:54 1/2 50.0 1/2 50.0 0/0 0.0 1/2 50.0 1 3 4 0 0 0 0 0 3 +7 3
12 N. De Colo 20:02 1/6 16.7 0/4 0.0 1/2 50.0 0/0 0.0 1 2 3 0 1 1 0 4 2 +2 3
13 B. Diaw 28:06 5/11 45.5 4/8 50.0 1/3 33.3 4/6 66.7 0 3 3 1 5 0 1 2 4 -1 15
14 A. Ajinca 21:24 2/7 28.6 2/7 28.6 0/0 0.0 1/3 33.3 3 8 11 1 0 0 1 4 2 +3 5
15 M. Gelabale 29:47 3/5 60.0 1/2 50.0 2/3 66.7 2/2 100.0 2 3 5 1 1 0 0 3 2 +10 10
Team 3 1 4 0 0
TOTAL 27/65 41.5 21/47 44.7 6/18 33.3 17/24 70.8 15 31 46 9 12 1 4 24 24 77

Ukraine

No. Player Min FG 2P FG 3P FG FT REB AS TO ST BS PF +/- Pts
M/A % M/A % M/A % M/A % O D Tot C D
4 M. Pustozvonov 19:33 1/6 16.7 0/4 0.0 1/2 50.0 0/0 0.0 1 1 2 0 1 1 0 4 3 +4 3
5 E. Jeter 28:53 6/12 50.0 2/3 66.7 4/9 44.4 4/6 66.7 0 6 6 2 3 0 0 0 4 -7 20
6 O. Mishula 11:54 3/5 60.0 0/2 0.0 3/3 100.0 0/0 0.0 0 0 0 1 0 0 0 0 2 +6 9
7 D. Gliebov 00:00 0/0 0.0 0/0 0.0 0/0 0.0 0/0 0.0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0
8 S. Gladyr 30:02 3/11 27.3 2/4 50.0 1/7 14.3 2/3 66.7 1 3 4 1 3 0 0 3 4 -10 9
9 O. Lypovyy 22:43 3/5 60.0 1/3 33.3 2/2 100.0 1/2 50.0 0 1 1 2 0 0 0 1 1 +2 9
10 K. Natyazhko 27:38 2/7 28.6 2/7 28.6 0/0 0.0 2/4 50.0 3 7 10 1 2 0 0 1 5 -2 6
11 D. Zabirchenko 15:52 2/2 100.0 1/1 100.0 1/1 100.0 0/1 0.0 0 2 2 0 1 0 0 3 2 -8 5
12 M. Korniyenko 19:29 2/5 40.0 2/5 40.0 0/0 0.0 0/0 0.0 0 3 3 0 0 1 0 4 1 -13 4
13 I. Zaytsev 11:34 1/3 33.3 0/1 0.0 1/2 50.0 0/0 0.0 0 0 0 0 2 1 0 4 0 +2 3
14 A. Pustovyi 00:00 0/0 0.0 0/0 0.0 0/0 0.0 0/0 0.0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0
15 V. Kravtsov 12:22 1/3 33.3 1/3 33.3 0/0 0.0 1/2 50.0 1 1 2 2 1 0 2 4 2 -4 3
Team 1 1 2 0 0
TOTAL 24/59 40.7 11/33 33.3 13/26 50.0 10/18 55.6 7 25 32 9 13 3 2 24 24 71
Tags : , , ,
Comments

Commentaires (7)

  1. Palace

    aucun collectif, nos grands ne défendent pas, TP dépendance (et force, ce soir ça rentre mais des fois…)

    au prochain tour c'est la lituanie, les serbes, et autres… autant dire qu'avec un jeux pareille les quarts y'en aura pas.

    tout comme pierre vincent. Merci au revoir collet.

  2. Dumourier

    Oula oula voilà palace qui s’emballe , je vois que tu est voyant , que tu c déjà ceux qui va se passer , alors téléphone vite a TP et compagnie et dit leur de pas jouer demain contre la belgique et de rentrer en France , et USA pour d’autre ou Guadeloupe ou bien Martinique , mais bon heureusement que tout les français ne font pas comme toi sinon …….

    L’équipe de France commence doucement mais sûrement , maintenant tout le monde a perdu un match , même la Grèce , contre nos chère italien , qui comme l’Ukraine nous donnions pas chère de leur peau en début d’euro, alors bon a ce jour ont ai premier, et si Mr palace fait son français de base (jamais content) et bien nous ont d’en fou….

    Go France go ………..

  3. Tit

    Rien de plus normal que TP prenne le match en main, ce qui est plus inquiétant c'est qu'il doive le faire à ce stade de la compétition , et en jouant 33'. Collet n'avait pas d'autre choix et tout autre entraineur aurait fait de même. Il faudrait que Batum se décide à rentrer ses shoots, ca ferait gagner en sérénité …

  4. El Gaucho

    Quand on peu à l'arrogance de nos ambitions et qu'on voit le jeu développé, il y a de quoi pleurer… Nous irons sans doute en quart, avec un peu de chance, mais de là à réver… Et TP qui prétend nous emmerder jusqu'à Rio… Asdeblief