Eurobasket 2015 : La mise en lumière de la génération 91/92

L’Eurobasket 2015 permet actuellement la mise en valeur de la qualité de la génération 91/92.

Qui a déjà regardé un match d’un Euro U18 ou U20 ? Les réponses à cette question seront sans doute peu nombreuses. Pourtant ces compétitions de jeunes permettent de révéler chaque année les meilleurs potentiels d’une génération. C’est aussi à cette période que se forgent à la fois des amitiés. Ce fut le cas pour le trio Parker/Diaw/Turiaf comme pour la génération des 91/92 des Léo Westermann, Joffrey Lauvergne, Rudy Gobert et autre Evan Fournier. « Evan, Joffrey, Rudy et moi on joue ensemble depuis très longtemps. Evan et Joffrey je les connais depuis tout petit. Ce sont vraiment de grands amis avant d’être des coéquipiers. Ça fait vraiment la différence. On est quatre de la même génération. On se disait dans un coin de notre tête pendant les équipes de jeune que l’on se retrouverait chez les A. Maintenant ça arrive avec un championnat d’Europe en France devant nos familles et notre public. C’est énorme pour nous et j’espère que c’est le début de quelque chose de grand » explique le premier.

Ce quelque chose sera peut-être une médaille d’or dans cet Eurobasket joué à domicile. Sur le terrain la bande des quatre fait en tout cas son possible pour que ça se produire. Après le huitième de finale victorieux face à la Turquie le sélectionneur Vincent Collet déclarait d’ailleurs que « La génération 92 a fait un gros match. Rudy était dans la continuité de ses performances précédentes. Evan a donné du peps en sortie de banc. Et aussi Joffrey, né en 91 mais que j’inclue dans la même génération, a été débordant d’énergie et de réussite ». Ce n’est pas Westermann qui contredira les propos de son sélectionneur. « Rudy après sa saison NBA et ce qu’il a montré pendant la préparation c’était logique qu’il soit dans le cinq. Il devient même un des cadres même s’il a encore beaucoup de choses à apprendre. C’est peut-être notre joueur le plus important en défense. Evan quand il sort du banc il peut mettre vingt points à tout moment. Joffrey lui n’a pas fait un mauvais match depuis le début de l’Euro ; il apporte toute son intensité. On est jeune, on est fougueux. Chacun apporte ses qualités et sait ce qu’il a à faire ».

Jusqu’à présent cela a plutôt bien fonctionnée et il n’y a pas de raison que cela ne soit pas à nouveau le cas ce mardi en quart de finale face à la Lettonie.

Crédit photo : Ann-Dee Lamour

Tags : , , , ,
Comments

Commentaires

Comments are closed.