Eurochallenge : Nanterre pour marquer l’histoire

Ce vendredi la JSF Nanterre sera opposée à Francfort pour une place en finale de l’Eurochallenge.

A grandir trop vite on peut parfois se brûler les ailes. Dans le cas de la JSF Nanterre c’est ce qu’on aurait pu croire. Champion de France Pro A deux ans seulement après son accession dans l’élite, le club est habitué à repousser sans cesse ses limites. Cette fois-ci c’est au niveau européen que la JSF s’apprête à aller chercher un autre Graal : la finale de l’Eurochallenge (qui est la troisième compétition européenne après l’Euroleague et l’Eurocup). Qui l’aurait cru au début de la compétition ? Peut-être pas les joueurs eux-mêmes. « Au début de la compétition on voulait juste jouer le meilleur basket possible. On s’était fixé des objectifs pour nous-mêmes mais on était focalisé avant tout sur le fait de donner le meilleur sur le terrain » confie ainsi l’intérieur Laurence Ekperigin. Mais on le sait l’appétit vient en mangeant. Quand « l’équipe tourne bien, que l’on gagne des matchs, on se dit pourquoi pas » confirme Joseph Gomis (vainqueur en 2002 de la feu Coupe Korac avec le Sluc Nancy). « Mais arriver au Final Four c’est bien beau mais maintenant il faut gagner. Sans être prétentieux il faut y aller en ayant des ambitions et tout donner ».

Pour cela il faudra aux hommes de Pascal Donnadieu fournier un autre visage que lors de leur dernière sortie en championnat face à l’Elan Chalon. Contre les Bourguignons, les Nanterriens ont semblé bien plus mous qu’à l’accoutumée comme si les têtes étaient déjà en Turquie. Face à Franfort, actuel sixième du championnat allemand, le moindre relâchement se payera cash. Pour Laurence Ekperigin « Chalon c’est maintenant derrière nous ». « Les clefs ça va être de faire le moins d’erreurs possible, de ne pas nous relâcher. On devra avoir la capacité de pouvoir développer notre jeu. Il ne faudra pas non plus leur donner de paniers faciles » rajoute son capitaine.

Si le plan est respecté, alors les Nanterriens auront l’occasion d’imiter l’Elaln Chalon, dernière équipe française à avoir atteint la finale de l’Eurochallenge (2012). « Faire l’histoire d’un club c’est toujours quelque chose d’important et c’est vraiment ce que je veux faire avec Nanterre. On fait une bonne saison mais ça ne voudra pas dire grand-chose si on ne remporte pas un trophée » annonce Laurence Ekperigin. A Nanterre de tout faire pour ne pas avoir de regrets…

Crédit photo : Claire Macel

 

La demi-finale a lieu à 15h30 et sera diffusée en direct sur L’Equipe21

Tags : ,
Comments

Commentaires

Comments are closed.