EuroCup : Chalon gagne, le PL prend une claque

Début de la phase retour en EuroCup, avec deux équipes françaises programmées ce soir et un bilan équilibré.

Pendant que toute une nation était tournée vers son équipe de foot, Chalon a fait le taff contre Charleroi et le Paris-Levallois a servi de punching ball à Valencia. Une soirée classique en EuroCup.

Steed-Tchicamboud-large-Mercieca-150611Elan Chalon-Spirou Charleroi : 91-77

Menés 34-41 à la mi-temps, les joueurs de Jean Denys Choulet on fait une grosse une deuxième mi-temps (31-19 puis 26-17) pour s’imposer devant le Spirou. Si des rumeurs envoyaient un nouveau meneur chez les Bourguignons, Steed Tchicamboud a montré qu’il assurait toujours (14 points et 8 passes). Forcément quand Jon Brockman assure et rassure (13 points et 8 rebonds), et que AJ Slaughter trouve la mire avec adresse (20 points dont 4/6 à 3 points), l’Elan retrouve un visage séduisant. En face, le chemin de croix continue pour Charleroi (0V-6D). Déjà au club à l’époque où les Belges surprenaient en Euroleague, Demond Mallet a réalisé un gros match avec 17 points et 7 passes.

La semaine prochaine, les Chalonnais (2V-4D) se déplaceront à Oldenburg (4V-1D).

Valencia-Paris Levallois : 98-52

Dès le début de la rencontre, Valencia a annoncé la couleur avec un 26-11 passé en 10 minutes. Difficile de résister face à la puissance espagnole quand les shooteurs sont en grande forme (19/35 à 3 points). L’ancien pensionnaire de Pro A, Justin Doellman, a performé (16 points et 4 rebonds). A noter que son évaluation est supérieure à l’évaluation cumulée de 10 joueurs franciliens … Et oui, côté français, seul Maleye N’Doye était au rendez vous ce soir (17 points et 6 rebonds). A noter que les joueurs de Greg Beugnot ont perdu 25 ballons sur ce match. Visiblement le PL n’était pas à Valence ce soir. On n’oublie pas l’évaluation : 122 à 43, avec un petit air de Real Madrid-Anadolu Efes.

Prochain match pour le PL (1V-5D) avec la réception de Varèse (1V-4D).

Tags : , ,
Comments
Plongeur avec Rudy Fernandez et coiffeur de Simone Pianigiani. Aussi solide que Lior Eliyahu dans un Final Four. Email | Compte Twitter

Commentaires (1)

  1. Helpless

    Les parisiens toujours aussi ridicules.Leur seul fait d'arme aura été d'éliminer (ou presque) l'Asvel.