L’Euroleague 2014-15 en 40 scènes

BasketActu prédit, non sans mauvaise foi, le déroulement de l’édition 2014-15 de l’Euroleague.

Maccabi Tel AvivLa rédaction BasketActu décline toute responsabilité quant aux éventuels paris sportifs erronés effectués par ses lecteurs à la suite de la parution de cet article (de mauvaise facture). En revanche, celle-ci reste à disposition pour envoyer un RIB à tout éventuel parieur désireux de la remercier.

Premier tour

– Avisé par Joseph Bissang, Rémi Reverchon fait connaissance avec les cheerleaders du Maccabi Tel Aviv. Mais cela ne nous regarde pas.

– Luigi Lamonica siffle sa 10 000ème faute offensive en Euroleague après 1 minute de jeu. Le match s’arrête le temps d’une cérémonie improvisée. Devant sa télé, Nicolas Maestre écrase une larme.

– Gintaras Krapikas est licencié par Zalgiris Kaunas. Sarunas Jasikevicius est nommé head coach.

– La divine Mary Patrux se présente aux abords du parquet et Beaublanc s’enflamme. Petits joueurs…

– En tête avec 20 points d’avance contre Turow, Xavi Pascual se décide à faire enfin rentrer Mario Hezonja. Le Croate ressort une minute plus tard. Faut pas déconner…

– Limoges accueille le Maccabi Tel Aviv. Fred Forte et Pini Gershon sont surpris en pleine discussion. L’un glisse à l’autre : « alors, quand prends-tu la place de head coach ? ». Deux heures plus tard, au sortir d’une défaite, Gershon fait le V de la victoire.

– Le Mediolanum Forum occupé par une compétition de GRS, l’Olimpia Milano décide de terminer le premier tour dans la salle de Montepaschi Siena. Les joueurs s’y sentent comme à la maison, paraît-il.

– Le CSP Limoges accueille le CSKA Moscou et s’impose. BasketHebdo en fait 8 fois consécutivement sa Une, soit à peine une de plus que Le Populaire. De son côté, REVERSE Magazine n’en parle même pas.

– Boban Marjanovic annonce mettre sa carrière entre parenthèses pendant quelques mois, le temps de jouer le rôle titre dans le remake du Bossu de Notre-Dame.

– Panier de la victoire et triple-double pour Diamantidis : 10 points à 2/10 à trois points, 10 passes, 10 balles perdues en 39 minutes.

– Porté disparu depuis plusieurs jours, Jasmin Repesa est retrouvé dans un talus derrière la salle du Cedevita. Le principal suspect mesurerait 2m18 et porterait un maillot du FC Barcelone.

– Limoges se déplace à Malaga et peut prendre une option pour le Top 16. Les champions de France ont le match en main à l’approche du terme. Le moment choisi par Adrien Moerman pour tenter un dunk renversé, seul en contre-attaque. Gamelle. Le CSP finit par s’incliner. Consultant plateau sur BeIN, Jean-Luc Monschau accuse Ousmane Camara, qui n’a pourtant joué que 5 minutes, dans le 2nd quart-temps.

– Le Panathinaikos reçoit le Barça. L’Oly se déplace chez le Galatasaray. Les Greens doivent gagner pour accéder au Top 16. Les Reds doivent eux aussi l’emporter pour éviter leur meilleur ennemi, ce qui est chose faite. Sauf que… Informé du résultat, le Pana préfère perdre, histoire de nous épargner deux matchs aussi alléchants qu’infâmes.

– Limoges doit perdre de moins de 5 points pour se qualifier au Top 16. Le CSKA leur en plante 30 sans forcer. Putain de karma…

– James Anderson du Zalgiris termine meilleur marqueur de la première phase mais n’a encore jamais perçu son salaire. La dévotion vraie.

Top 16

– Puni, Xavier Vaution commente seul un match d’Euroleague en cabine. La fameuse triple peine pénalty – carton rouge – but.

– Fenerbahçe est à 0-3 au Top 16. Obradovic décide d’envoyer Nemanja Bjelica jouer l’Euroleague avec la section féminine.

– Guy Goodes est retrouvé inanimé dans le vestiaire du Maccabi. La piste du suicide est évoquée. Il laisse derrière lui une simple phrase, inscrite sur la porte des vestiaires : « Pini m’a tuer ». A Madrid, Zan Tabak se sent inspiré.

– Fred Forte s’esclaffe : « si nous nous étions qualifiés au Top 16, nous n’aurions pas pu disputer la Leaders Cup ! ». Limoges perd dès le premier tour. En fait, ils auraient pu jouer les deux.

– Largement en tête en championnat, Zalgiris Kaunas n’a pas encore gagné un match au Top 16. Sarunas Jasikevicius est viré au profit d’Ilias Zouros, qui sera également licencié deux matchs plus tard. On ne perd pas les bonnes habitudes.

– Victoire de Galatasaray sur un tir primé de Carlos Arroyo. Façon Willy Denzey, l’Abdi Ipekçi et le commentateur NTV Spor passent le mur du son.

– Svetislav Pesic : « John Bryant a le niveau pour être All-Star NBA et dans le All-Defensive 1st Team NBA ». C’est moche, la vieillesse.

– Innocemment, Rémi Reverchon évoque la possible création du PSG Basket en fin de saison. Jacques Monclar ne dément pas.

– Vasileios Kavvadas entre jeu et file défendre sur Nathan Jawai. Un tremblement de terre de magnitude 7 sur l’échelle de Richter est recensé.

– Privé de Navarro, Eriksson et Oleson, le FC Barcelone vogue vers une dixième victoire consécutive au Top 16. Xavi Pascual fait entrer Mario Hezonja pour la première fois depuis deux mois. Le gamin achève son match avec 15 points en 5 minutes. Pour le féliciter, le coach lui offrira 6 bonnes minutes de garbage time dimanche.

– Après avoir allumé Ivkovic, Obradovic, sa Fédé, ses dirigeants, ses joueurs, l’Euroleague et les fans de Galatasaray dans la presse, Ergin Ataman se pose enfin la vraie question : « Et si c’était moi le problème ? ».

– Le CSKA Moscou s’impose largement à Kaunas. Vladimir Poutine parle de capitulation de la Fédération russe de Lituanie.

– Fenerbahçe prépare sérieusement son match contre l’EA7 Milano en arrivant en Italie avec deux jours d’avance. Problème, l’aéroport est situé à proximité d’une boîte de nuit. Emir Preldzic rate le match.

– Au sortir d’une victoire sur l’Unics Kazan, Pini Gershon se lâche : « Devin Smith est tellement bon qu’il mériterait d’être blanc ».

– Patrick Balkany met fin à la rumeur de création du PSG Basket avec un argument de poids : « les Qatariens ont acheté le club de football en laissant le nom de Saint-Germain-en-Laye, ils n’ont qu’à en faire de même avec Levallois ». Pas con. Mais non.

– Jordi Bertomeu annonce une nouvelle formule de l’Euroleague comprenant seulement 8 clubs : Barcelone, Madrid, Maccabi Tel Aviv, CSKA Moscou, Panathinaikos, Olympiacos, Fenerbahçe, Bayern Munich. Les équipes s’affronteront 8 fois lors de la première phase. Toutes accèderont ensuite à des séries de playoffs entièrement disputées au meilleur des 7 matchs.

– Ilimane Diop sort un remix de « 1m76, 62 kilos » du mythique Scottie. Le titre : « 2m10, 53 kilos ».

Quarts de finale

– Devant 2000 personnes, dont 500 supporters adverses, le Barça obtient le match 5 de la qualification au détriment de Fenerbahçe.

– A deux manches partout avant un déplacement sur le parquet du CSKA Moscou, Galatasaray ne se pointe pas au match 5.

– Le Real Madrid se défait de l’Olympiacos en 4 matchs. Tout le monde parle encore du panier de la victoire de Spanoulis dans le game 3. En revanche, personne ne parle de ses 8 points à 30% et 5 balles perdues de moyenne.

– Anadolu Efes se qualifie en 5 matchs pour le Final Four alors que Milan menait deux victoires à rien et semblait parti pour remporter le game 3. Une antisportive et une perte de balle de Nicolo Melli plus tard, tout a changé.

Final Four

– Première demie du Final Four sur un air de déjà franchement beaucoup trop vu. Comme d’habitude, une équipe prend rapidement 10 points d’avance et l’écart se stabilise pendant 35 minutes de beau basket. Prémices d’une fin en apothéose ? Non, of course. Victoire du Real Madrid, premier à avoir dégainé. Le lendemain, Marca et AS prédisent la « novena » pour la Casa Blanca.

– Deuxième demi-finale, Anadolu Efes se fait le CSKA Moscou. Duda Ivkovic laisse Nenad Krstic sur le banc. Teodosic foire son match. Erreur de newbie d’Itoudis.

– Petite finale. Dans un match sans enjeu, le Barça s’impose de 20 points grâce à la superbe prestation de Mario Hezonja (30 points et un gros tomar sur Sasha Kaun en 20 minutes). Xavi Pascual se félicite de la victoire mais critique l’implication défensive du jeune croate, qui a disputé là son dernier match en azulgrana.

– Finale. Le Real Madrid affiche fièrement 18 points d’avance au début du second quart-temps. Milko Bjelica plante un 3 points. Le début de la fin pour les Madrilènes. Sous les yeux d’Irina Shayk, Rémi Reverchon réclame et obtient le poom-poom short d’une cheerleader.

Tags : , , , , ,
Comments
Apôtre du Chachisme. I Feel Devotion. #TeamBodiroga Email | Compte Twitter

Commentaires

Comments are closed.