Euroleague : Fenerbahçe au Final Four, le Panathinaikos en vie

Le Pana a profité d’une erreur de Sonny Weems pour arracher un Game 4, alors que Fenerbahçe s’est qualifié pour le premier F4 d’un club turc depuis 2001.

Capture d’écran 2015-04-20 à 22.34.40Fenerbahçe Ulker a mis fin à 14 longues années d’attente. Depuis les Final Four Euroleague 2000 et SuproLeague 2001 de l’Efes, le basket turc brulait d’impatience. Sept ans après sa dernière apparition en quarts de Finale, Fenerbahçe a rompu la malédiction sous la houlette de Zeljko Obradovic, qui abordera en mai prochain ses douzièmes phases finales européennes (74-75 ap).

Dans l’antre des champions d’Europe en titre, les Stambouliots ont eu besoin d’une prolongation et de deux paniers extrêmement clutch d’Andrew Goudelock (15 pts à 5/15) pour composter leur billet, après avoir dominé dans les grandes largeurs les deux premières manches.

Avec un Nemanja Bjelica rapidement touché par les fautes et jamais réellement dans le coup (5 pts, 6 rbds, 5 fts en 15 min), Fenerbahçe s’est appuyé sur les longs segments de Jan Vesely (12 & 8), auteur du panier de l’égalisation peu avant le terme des quarante minutes règlementaire, et sur l’expérience d’un Nikos Zisis saignant à la distribution (19 pts, 5 pds).

Malgré un jeu de transition retrouvé et la grosse agressivité de Brian Randle (19 pts, 10 rbds), le Maccabi Tel Aviv du virevoltant mais trop personnel Jeremy Pargo (21 pts, 3 pds) a souffert de son manque d’adresse extérieure (6/25), couplé au nouveau match en-dedans de Sofoklis Schortsanitis (4 pts, 3 rbds en 20 min).

L’animation est d’ores et déjà garantie en tribunes du côté de Madrid.

Le Panathinaikos arrache le match 3

Sonny Weems avait tout bon ou presque (24 pts). Enorme en fin de partie, le swingman américain du CSKA Moscou a bien failli offrir la victoire aux siens, bien aidé par le gros shoot primé de Milos Teodosic (12 pts, 9 pds, 6 bps), mais une faute terrible à 4 secondes du terme sur Nikos Pappas (25 pts, 5 pds, 5 ints), alors que les deux équipes étaient à égalité, a finalement offert le match au Pana (86-85).

Porté par une adresse extérieur indécente (16/31), la Green Team de Diamantidis (15 pts, 7 pds) arrache (sur un malentendu ?) une quatrième manche, au grand dam de Nando De Colo (19 pts, 5 pds), irrésistible dans l’ascension des siens lors du second quart-temps.

Gageons que l’OAKA sera autrement plus remplie et brulante pour le prochain match…

Tags : , , ,
Comments
Apôtre du Chachisme. I Feel Devotion. #TeamBodiroga Email | Compte Twitter

Commentaires

Comments are closed.