Euroleague : Le coup d’Efes, Olympiacos en mode patron

Grâce à l’incroyable shoot de Zoran Planinic, l’Anadolu Efes n’est plus fanny au Top 16 de l’Euroleague.

Anadolu Efes-Milan : 61-60
zoran-planinic-efesbasket-orgIncroyable, énorme, fabuleux… Son buzzer-beater qui a fait exploser la salle turque, Zoran Planinic s’en souviendra longtemps car des comme ça on n’en parque pas tous les quatre matins. Cerise sur le gâteau : l’Anadolu Efes remporte sa première victoire du Top 16 de l’Euroleague (leur bilan étant désormais d’une victoire pour trois défaites). Outre ce shoot ave maria, il a fallu pour les hommes d’Evangelos Angelou limiter un certain Daniel Hackett pas dans ses standards habituels (6 points en 28 minutes avec un 0/4 à deux points) ou bien encore être présent dans la raquette (40 à 34). Reste maintenant à voir si cette victoire en appellera d’autres lors de la suite de la compétition…

Laboral Kutxa Vitoria-Olympiacos : 70-89
Quand l’Oly est en mode patron, il devient difficile pour son adversaire d’imposer son basket quand bien même on évolue à domicile. Correct uniquement par séquence, la team basque est tombé sur un Matthew Lojeski précieux (17 points et 6 rebonds pour 22 d’évaluation). Variant très le jeu extérieur/intérieur, l’Oly a aussi été porté par sa redoutable adresse au tir (11/21 au tir primé). Malgré un relâchement prévisible dans le dernier quart-temps et quelques bons shoots signés Thomas Heurtel (12 points au total), les Grecs ont presque livré une copie parfaite.

Tags :
Comments

Commentaires (1)

  1. someone

    Sur twitter , j'entends parler d'une rupture d'un ligament croisé antérieur du genou pour Dragan Milosavljevic .
    Si le fait est avéré , ca serait encore plus dur pour le Partizan cette saison depuis cette même blessure pour Leo Westermann.

    Bertans toujours du Partizan avait eu un ligament croisé antérieur rompu en juin dernier.

    En ce qui concerne les matchs , pour moi Milan a donné le match à l'Efes et après réussite pour Planinic pour la gagne depuis la ligne de ses lancers francs.

    Côté Olympiacos , on redresse la barre et on joue comme on devrait le faire à chaque match même si Vitoria a moins de très grands noms que le Barça ou le Fener