ALL STAR GAME

Preview Groupe B Euroleague : Strasbourg en embuscade

Tombé dans un groupe Euroleague très relevé où des surprises pourraient pointer le bout de leur nez, Strasbourg devra esquiver les pièges pour s’en sortir.

Opposée à l’un des grands favoris et plusieurs outsiders, la Strasbourg-IG Basket vendra chèrement sa peau dans l’espoir de gratter un spot qualificatif pour le Top 16.

Real Madrid

chacho-rodriguezSaison 2012-13 : Finaliste

Salle : Palacio de Deportes (15 500 places)

Effectif : Sergio Rodriguez, Dontaye Draper, Sergio Llull, Jaycee Carroll, Rudy Fernandez, Tremmell Darden, Dani Diez, Nikola Mirotic, Felipe Reyes, Salah Mejri, Marcus Slaughter, Ioannis Bourousis

Entraîneur : Pablo Laso

Sur un nuage depuis avril dernier, le Real Madrid rêve de soulever la « novena ». Passée proche du sacre à Londres, avant de se faire rattraper par la furia des Reds, la Casa Blanca a fait un gros coup lors du mercato en mettant la main sur Ioannis Bourousis. Le pivot possède des mains en or et un foot work pouvant lui permettre de suivre le tempo endiablé imposé par les arrières ibères; chose que Mirza Begic avait bien du mal à réaliser. Avec Nikola Mirotic et cette catin de Felipe Reyes, l’intérieur grec porte les espoirs madrilènes et espère ainsi conjurer le mauvais sort. Pourtant dépourvu le meneur « classique », le Real Madrid s’échinera à mettre le feu dans les lignes adverses, grâce aux chevauchées diaboliques de Sergio Llull et Rudy Fernandez. Impressionnant avec la Roja, Sergio Rodriguez, notre petit chouchou, jouera une fois encore le rôle de piston en sortie de banc. Capable de relancer une machine parfois grippée, « ¡ Chacho ! » régale et nous régale, même si ses bévues sont souvent à la hauteur de ses plus grands exploits. Eux-aussi très importants en sortie de banc, le pétard (mouillé) Jaycee Carroll et le dynamique Tremmell Darden apporteront leur plus-value dans deux styles bien différents. Difficile à contenir en attaque, tant sur fast break que sur jeu placé, la Maison Blanche a solidifié ses bases tout au long de la saison passée et vient désormais pour tout rafler, à base de trrrrrrrriple, mates, tapón y de canasta. Une équipe « de puta madre« , en somme.

Anadolu Efes

zoran-planinic-efesbasket-orgSaison 2012-13 : Quarts de finale

Salle : Abdi Ipekçi Sports Hall (12 500 places)

Effectif : Zoran Planinic, Jamon Lucas, Tayfun Erulku, Dogus Balbay, Scotty Hopson, Birkan Batuk, Kostas Vasileiadis, Dusko Savanovic, Kerem Gonlum / Tadija Dragicevic, Semih Erden, Stanko Barac, Emircan Kosut

Entraîneur : Oktay Mahmuti

Dégagés les Jordan Farmar et autres Sasha Vujacic. Passé proche de la qualif pour le Final Four l’an passé, l’Anadolu Efes veut croire en son étoile (ndlr : joke inside). Avec sa vision du jeu résolument défensive, Oktay Mahmuti misera désormais sur le maestro Zoran Planinic pour organiser le jeu. Meilleur défenseur de l’Euroleague 2012-13 pour beaucoup, Jamon Alfred « George » Lucas-Gordon devra confirmer son nouveau statut, de même que le shooter no limit Kostas Vasileiadis, dont les prestations avec Bilbao ont impressionné. Reste que ce backcourt manque d’un scoreur pur. Jordan Farmar ne jouait certes que pour sa feuille de stats, mais il avait le talent requis pour planter la banderille décisive. Pas sûr qu’Hopson, qui arrive d’Israël, et Jamon Lucas soient en mesure d’en faire de même. De plus, d’autres interrogations se posent quant à la succession de Kerem Tunceri par Dogus Balbay. A l’intérieur, les attentes iront surtout vers Stanko Barac. Gêné par des problèmes physiques depuis de très longs mois, le pivot pourrait apporter ce petit plus s’il parvenait à retrouver son niveau de Vitoria. Pouvant également compter sur Semih Erden, Dusko Savanovic et l’aussi inusable que précieux Kerem Gonlum (ce dernier étant actuellement remplacé par Tadija Dragicevic), l’Efes peut voir venir. C’est grand, mobile, expérimenté et possède un bon toucher de balle. Jamais aussi fort dans les rencontres au couteau la saison dernière, cet Anadolu Efes ne révélera très certainement son vrai niveau qu’au Top 16.

Comments
Apôtre du Chachisme. I Feel Devotion. #TeamBodiroga Email | Compte Twitter

Commentaires (10)

  1. jesuispaseninterim

    fantasy de prévvu ?

  2. Oklipop

    Un groupe plus relevé que Nanterre?? Istanbul, Moscou et Barcelone, rien que ça, ajouté au Partizan, c'est du très très lourd.

  3. expertballistique

    je trouve également que le groupe de strasbourg est plus faible!

  4. LeCheikh

    @Oklipop & expertballistique : tous les groupes d'Euroligue sont de niveau relevé. Mais ce qu'il faut regarder, ce n'est pas la valeur des 2-3 clubs les plus forts : ceux-ci, de toute façon, sont inaccessibles (sauf exploit, ce qui arrive de temps en temps). Ce qu'il faut voir, c'est les clubs qu'on prévoit entre la place 4 et 6. Plus les petits clubs seront faibles, plus le club français peut espérer se qualifier. En gros: qui peut-on espérer dépasser ?

    Si on regarde donc à partir du bas, on a d'un côté Bamberg et Kaunas, de l'autre Partizan et Kiev. Au niveau budget, Bamberg et Kaunas sont au-dessus de Kiev et Belgrade. Au niveau expérience aussi : comme d'habitude, les joueurs du Partizan ont 21 ans de moyenne, et Kiev n'a aucune expérience d'Euroligue. Bien sûr, cela reste de grosses équipes, Partizan nous habitue aux surprises, mais le coup me paraît plus jouable (moins injouable, plutôt !) que pour le groupe B.

    PS : en lisant "cette catin de Reyes", j'ai immédiatement identifié l'auteur…

  5. jarno24

    Rappel des budgets des équipes du groupe par ordre croissant :
    SIG : 5,7 M€
    Bamberg : 10 M€
    Kaunas : 13 M€
    Milan : 17 M€
    Istanbul : 23 M€
    Real Madrid : 30 M€

    Rien qu'à la vue de cette liste, on a déjà un aperçu du classement final de la poule, c'est malheureusement souvent le cas en Euroleague, même si quelques surprises sont possibles.