Le Real Madrid et l’Olympiacos complètent le Final Four !

Georgios Printezis a envoyé l’Olympiacos au Final Four sur un panier au buzzer de légende.

La folie ! La vraie ! L’ultime ! Le Game 4 entre l’Olympiacos et le Barça a longtemps touché au sublime. Le shoot au buzzer de Georgios Printezis l’a fait directement entrer dans l’histoire (71-68).

CDTknmqWYAANZta.png-large

Les Catalans pourront se plaindre d’un arbitrage (il est vrai…) souvent à leur désavantage, mais leurs ratés ont été trop nombreux dans la dernière minute. Entre une perte de balle stupide causée par la très mauvaise passe d’Ante Tomic (13 pts, 7 rbds) et un lancer raté par Juanca Navarro (8 pts), l’offrande était belle pour des Reds emmenés par un Vassilis Spanoulis omniprésent dans le finish, après un début de match raté (17 pts, 5 pds).

Dans un SEF plus brulant que le Calbuco, Georgios Printezis (14 pts) a crucifié un FC Barcelone longtemps tenu par les exploits de Navarro et l’énergie de Tomas Satoransky (12 pts, 7 rbds, 3 pds). Tombeur du CSKA Moscou en 2012 et 2013, l’Oly retrouvera les Russes, en demi-finale, à Madrid. Nando De Colo et sa bande peuvent trembler. Les Mantzaris (11 pts, 3/4 de loin) et consorts sont de retour au sommet des charts.

Pour Barcelone, en revanche, il serait temps de se poser des questions autour du coaching délétère de Xavi Pascual tout au long de la série…

Road to novena ?

Le Real Madrid connaitra bien son Final Four. Construite pour aller chercher une neuvième Euroleague en mai prochain, la Casa Blanca s’est défaite d’Anadolu Efes dans l’Abdi Ipekçi Arena (63-76). Dominée dans le combat en première période, la formation ibère a redressé la barre dès le retour des vestiaires, grâce à l’inusable Felipe Reyes (10 pts, 7 rbds). Dans le dur tout au long du match, et incapable de contenir Sergio Llull (14 pts, 5 pds) et Chacho Rodriguez, Thomas Heurtel n’a pas assez apporté (3 pts à 1/7, 4 bps), à l’image des « stars » de L’Efes.

L’équipe stambouliote, coachée par le maître tacticien Dusan Ivkovic, a beau développer un jeu de qualité, sa défaite du soir est, avant toute chose, due à son manque de leader dans les moments chauds. Matt Janning (10 pts) est un pistolero de haut vol, mais quand Chacho (12 pts) puis Rudy (17 pts, 6 rbds), à deux reprises, ont planté de gros canaston à longue distance dans le money time, personne n’a su prendre les choses en main. Pas même Nenad Krstic, pourtant brillant en première période (16 pts, 4 rbds).

La différence entre une très bonne équipe et une grande équipe est là. Madrid est une grande équipe, l’Anadolu Efes de Dario Saric (9 pts, 12 rbds, 5 pds) pas encore.

Tags : , , , ,
Comments
Apôtre du Chachisme. I Feel Devotion. #TeamBodiroga Email | Compte Twitter

Commentaires

Comments are closed.