ALL STAR GAME

Preview tour préliminaire Euroleague : huit clubs et un couffin

Après plusieurs mois d’abstinence, l’Euroleague reprend ses droits avec son désormais traditionnel tour préliminaire, disputé en Lituanie.

Laissés aux portes de la première phase de poules, huit clubs tenteront d’arracher le dernier ticket qualificatif pour l’Euroleague 2013-14 cette semaine, à Vilnius. Qu’ils soient Russes, Turc, Italiens ou Tchèques, tous s’écharperont dans l’espoir de rejoindre le Panathinaikos, Laboral Kutxa, Kuban, l’Etoile rouge de Belgrade et enfin le Maccabi Tel Aviv, au sein d’un Groupe D qui s’annonce déjà très relevé.

Bracket, QR 2013-14

Dépouillé de trois de ses meilleurs joueurs cet été, le VEF Riga d’Antywane Robinson voulait créer la surprise sur les terres du voisin, mais l’Arlésienne de Gani Lawal a certainement achevé tous ses espoirs. Le Lietuvos Rytas semble donc favori de son match de premier tour, d’autant plus que son effectif s’est bien étoffé à la suite d’un exercice 2012-13 délicat. Avec Omar Cook, Milenko Tepic, Renaldas Seibutis ou encore l’ancien reds Martynas Gecevicius, le très critiqué Dirk Bauermann n’aura droit à aucune excuse, même si la présence de Glyniadakis et Juan Palacios au poste de pivot interpelle.

Présent dans la même partie de tableau, le légendaire Cimberio Varese fera tout pour retrouver une compétition qu’il a remporté à cinq reprises, dans les années 70. Avec sa paire Keydren Clark – Erik Rush, les Lombards ont de sérieux arguments à faire valoir à l’arrière, alors que l’expérimenté Dusan Sakota et le scoreur Franklin Hassell essaieront d’apporter leur écho à l’aile. Pas brillant mais très solide, à l’image de Marko Scekis et Ebi Ere, Varese jouera ainsi son va-tout, après avoir échoué lors des dernières play-offs Lega en dépit d’une campagne régulière haute en couleurs.

Des couleurs qu’arboreront fièrement les joueurs d’EWE Baskets, malgré leur maillot toujours aussi laid. Finaliste de la dernière Bundesliga, qualifié pour le Final Four Eurochallenge, Oldenbourg misera sur son collectif déjà huilé et sur ses Américains, notamment Chris Kramer, Julius Jenkins et Adam Chubb, pour regoûter à l’Euroligue. Longtemps gêné par les blessures et l’imposante hype qui l’entoure depuis ses 15 ans, Nemanja Aleksandrov voudra, quant à lui, confirmer son renouveau entraperçu l’an passé entre Belgique et Espagne.

Banvit et Khimki grands favoris ?

De l’autre côté du tableau, éternel champion de République tchèque et abonné au tour qualificatif de l’Euroligue (3ème participation en quatre éditions), le CEZ Nymburk aura fort à faire face au Banvit BK, l’un des plus gros poissons du plateau. Coaché par Kemzura, le club slave pourra compter sur l’excellent Tre Simmons et les expérimentés Jiri Welsch, Pavel Houska et autres Petr Benda pour tenir tête à la squad turque. L’occasion, également, de revoir un Dylan Page parti chercher son bonheur en Bohème.

Valeur montante du basket turc, Banvit devra ainsi entrer au plus vite dans le vif du sujet, au risque de se faire surprendre. Et nul doute que Dimitris Itoudis, l’ex fidèle bras droit de Zejko Obradovic, saura rappeler ses hommes à leurs obligations. Finaliste de la dernière Turkish Basketball League, Bandirma peut compter sur un roster aussi talentueux que complet. Intenable en EuroCup la saison passée avec Riga, Earl Rowland devrait s’atteler à dynamiter la ligne arrière adverse, bien aidé en cela par les fines gâchettes Sammy Mejia, Keith Simmons et Klemen Prepelic. Même son de cloche dans la peinture, où les musculeux Drew Gordon et Chuck Davis feront leur traditionnel chantier. Talent, expérience (Kuqo, Ozer), passé commun, le Banvit BK a les moyens pour aller jusqu’au bout. Au propre, comme au figuré.

Autre épouvantail du TQE, le BC Khimki Region Moscou tentera de rééditer son parcours de 2010, lorsqu’il avait acquis son billet qualificatif au détriment du Mans. Le chef d’orchestre Zoran Planinic parti, les banlieusards miseront sur Petteri Koponen, qui s’est déjà vu inculquer les rudiments de la motion offense de Rimantas Kurtinaitis la saison passée. Accompagné par les kalachnikovs Marko Popovic et Green, Koponen se devra d’imiter le maître en distillant les bonnes passes. Voilà qui devrait sans doute donner quelques éléments de réponse à ceux qui se sont souvent demandés si Zoran Planinic profitait à plein régime du système mis en place par Coach K, ou si le blondinet était LE système. Reste que le meilleur recrutement du BC Khimki demeure sans doute Paul Davis; n’en déplaise aux fans de Mike Gelabale. Ardemment désiré par l’Olympiacos, le pivot aux mains de velours fera parler son talent, aux côtés du tonique James Augustine, en alternance avec le technique Kresimir Loncar. Passé proche de la qualification pour les quarts de l’Euroligue l’an passé, au détriment du futur champion, puis au bord de la disparition, le club de cap’taine Monia a payé pour voir. Il est désormais temps pour lui de récupérer son dû, soit en glanant le dernier billet qualificatif, soit en allant chercher une nouvelle EuroCup.

Sauf immense surprise, Ostende sera donc venu en Lituanie le temps d’un match, histoire de profiter de la très belle Siemens Arena. Matt Lojeski à l’Olympiacos, les Belges sont aujourd’hui orphelins de leur meilleur joueur. Qu’importe, avec l’ancien havrais Wes Wilkinson, le scoreur Ryan Thompson ou le jeune Mateusz Ponitka, la bande à Dario Gjergja à tout de même quelques atouts dans sa manche.

Siemens Arena – Vilnius, Lituanie
Mardi
Horaires
A : Cimberio Varese vs. EWE Baskets
17h00
B: Lietuvos Rytas Vilnius vs. VEF Riga
19h30
Mercredi
C : BC Khimki R. vs. Telenet Ostende
17h00
D : CEZ Nymburk vs. Banvit Bandirma
19h30
Jeudi
Winner A vs. Winner B
17h00
Winner C vs. Winner D
19h30
Vendredi
Finale
19h30
Tags : , , , , ,
Comments
Apôtre du Chachisme. I Feel Devotion. #TeamBodiroga Email | Compte Twitter

Commentaires (4)

  1. Deen_Burbusa

    J'ai l'impression que le tour préliminaire n'a jamais été aussi relevé, et l'Eurocup le sera encore plus du coup.