Euroleague : les récompenses de BasketActu

A quelques jours du Final Four, il est temps de décerner les récompenses individuelles et collectives.

viktor-khryapa-cska-moscow-eb12

A quelques jours du Final Four Euroleague à Londres, nous avons décidé de décerner nos propres récompenses. Les voici !

Les trophées individuels :

MVP : Viktor Khryapa

Impressionnant des deux côtés du parquet, Khry-Khry est le poumon du CSKA. Très vite responsabilisé par Ettore Messina, il est le lien parfait entre Milos Teodosic et Nenad Krstic. Imposant près du cercle, très dangereux en tête de raquette, où sa vision du jeu et son petit shoot font des merveilles, VK noircit ses colonnes de stats avec une régularité de métronome. MVP, tout simplement.

Nominés : Vassilis Spanoulis, Rudy Fernandez

Meilleur espoir : Kostas Papanikolaou

Souvent vilipendé par Dusan Ivkovic pour sa timidité, K-Papp a enfin pris son envol. Adroit à longue distance, agressif vers le cercle, très présent en défense, taillé comme une armoire à glace, le Grec est l’archétype même de l’ailier moderne. Et dire qu’il n’a pas encore exploité la totalité de son potentiel…

Nominés : Nikola Mirotic, Léo Westermann

Meilleur défenseur : Jamon Lucas

Le meilleur défenseur d’Europe sur pick and roll ; Vassilis Spanoulis et Juanca Navarro en savent quelque chose… Véritable sangsue, le combo-guard gaucher fait parler ses qualités physiques et ses longs segments pour faire vivre un calvaire à ses opposants directs. Moins technique de Diamantidis ou Prigioni, et donc traité avec condescendance au moment d’attribuer le trophée du meilleur défenseur, Jamon Alfred Lucas-Gordon a été LE joueur clé d’Anadolu Efes.

Nominés : Stéphane Lasme, Viktor Khryapa.

Meilleure progression : Ante Tomic

Après s’être vu montrer la porte de sortie par le Real Madrid, Ante Tomic a atteint sa plénitude au Barça. Inarrêtable près du cercle, capable de sanctionner son opposant à 3-4 mètres, le géant croate est très certainement le meilleur pivot de l’Euroligue 2012-13. Reste toujours sa défense plus que suspecte, notamment sur pick and roll…

Nominés : Nemanja Bjelica, Thomas Heurtel, Kostas Papanikolaou

Rookie de l’année : Paul Davis

Pour sa première en Euroligue, Paul Davis n’aura eu besoin que de deux petits mois avant de faire étalage de toute sa panoplie offensive. Barré en championnat russe par le quota de nationaux et devant composer le reste du temps avec la répartition des temps de jeu imposée par coach Kurtinaitis, l’Américain a dominé la plupart de ses opposants directs. Le genre de mec que l’on veut absolument revoir l’année prochaine.

Nominés : Ricky Hickman, Léo Westermann

Meilleur coach : Joan Plaza

La réussite du Zalgiris s’explique par l’adaptation parfaite d’un coach très rigoureux au jeu typique des Lituaniens. Parvenant sans cesse a effectuer les bons ajustements, l’Espagnol a donné à son équipe les moyens de faire face aux cadors européens (Real Madrid, Olympiacos…) malgré un manque évident de go-to-player. Pour ne rien gâcher, le sosie de Steve Carell a su garder son groupe concentré tout au long de la compétition, malgré les soucis financiers et le départ de joueurs importants (Jabber, Darden). Plaza était venu pour prouver qu’il pouvait réussir à la tête d’une équipe Euroleague, mission amplement réussie.

Nominés : Rimas Kurtinaitis, Luca Banchi

Distinctions collectives :

Euroleague 1st team :

Dimitris Diamantidis : obligé de jouer les pompiers de service 30 min par match. Toujours aussi clutch.
Vassilis Spanoulis : au sommet. Le meilleur joueur d’Europe en sortie d’écran.
Rudy Fernandez : floppeur, provocateur, personnel, râleur… Juste indispensable des deux côtés du parquet.
Viktor Khryapa : MVP
Ante Tomic : l’arsenal complet du pivot moderne.

Euroleague 2nd team :

Milos Teodosic : on a revu le Milos d’il y a deux ans. Une tête brûlée capable des plus belles actions comme des plus grosses cagades.
Jamon Lucas : quelle dépense d’énergie. Défenseur émérite. Un clutch player.
Kostas Papanikolaou : encore inconstant mais injouable une fois dans la zone.
Kyle Hines : ouvrez le dictionnaire au mot intensité et vous trouverez sa photo. Étrangement (ou pas) le meilleur Red dans le money time cette saison.
Nenad Krstic : profite à merveille des caviars de Teodosic et Khryapa. Il ne dit rien mais plante sa quinzaine de points à chaque match.

Euroleague 3rd team

Zoran Planinic : un meneur à l’ancienne. Clairvoyance, post ups, excellent à mi-distance. Le recul de la ligne à trois points lui a fait mal.
Bobby Brown : un soliste mis en lumière par les systèmes de Luca Banchi.
Pete Mickeal : sans lui, le Barça est redevenu une équipe chiante. Sait tout faire. Pourvu qu’il revienne…
Nikola Mirotic : dégage l’expérience d’un trentenaire alors qu’il n’a que 22 piges. Adroit, défenseur, rebondeur, toujours bien placé. Trop souvent oublié.
Paul Davis : des doigts de fée. Léger manque de dureté.

Le 5 défensif :

Dimitris Diamantidis
Jamon Lucas
David Moss
Viktor Khryapa
Stéphane Lasme

Le 5 pas défensif :

Zoran Planinic : aussi bon en attaque qu’inexistant en défense.
Thomas Heurtel : le niveau Top 16 en attaque, fin de Pro A en défense.
Sonny Weems : défend très dur quand il veut. C’est à dire pas souvent…
Nemanja Bjelica : au moins il a appris à lever les bras.
Maciej Lampe : rapporte 16 points par match, en coûte le double.

Le 5 espoir :

Léo Westermann : un Zoran Planinic en puissance.
Vladimir Lucic : les blancs savent sauter.
Mindaugas Kuzminskas : le look de Bodhi Salver, un culot monstre, maîtrise tous les fondamentaux.
Kostas Papanikolaou
Nikola Mirotic

Le 5 désespoir :

Bo McCalebb : mi-blessé, mi-blasé.
Jordan Farmar : joue pour lui.
Erazem Lorbek : méconnaissable.
Mike Batiste : mal utilisé.
David Andersen : le plus gros salaire de Fenerbahçe. Inutile d’en dire davantage…

Tags : , , , ,
Comments
Apôtre du Chachisme. I Feel Devotion. #TeamBodiroga Email | Compte Twitter

Commentaires (7)

  1. dulbert

    Tres bons choix, tout a fait d'accord, sauf que j'aurais bien vu Alex Abrines parmi les meilleurs espoirs, lui qui a réussi à 19 ans à s'imposer dans une équipe du final four.
    Et plutot Mirotic en MVP espoir. Et Nemanja Bjelica parmi les meilleures progressions, je ne trouve pas qu'il ait beaucoup progressé, j'ai plutot l'impression qu'il stagne malgré son énorme potentiel.

  2. OscarAbine

    Prigioni ?
    Il est un peu parti en NBA, non ?

  3. Lexa

    est-ce que des gens vont à Londres pour le F4? y'en a-t-il qui font du co-voiturage?

  4. someone

    Pas meme de 3eme équipe de l’année pour Navarro qui joue qu’en euroleague et les gros matchs de la ACB.

    Aucune mention pour Vohanjobory Bogdanovic qui a tenu son équipe jusqu’au top 16 avant de se blesser. Il en va de meme pour Sergio Llull qui a sorti ses cojones quand il fallait en 1/4.