Fabien Causeur (18 pts) et Caja Laboral interrompent la série du Barça

Les Barcelonais restaient sur quatorze victoires consécutives avant la réception des Basques.

Caja Laboral s’est enfin vengé. En pleine bourre en décembre-janvier, les hommes de Zan Tabak avaient aligné une incroyable série de 17 victoires de rang toutes compétitions confondues. Tombé sous les balles de Juanca Navarro fin janvier en Euroligue, Saski Baskonia commençait dès lors à déjouer, entre défaites peu glorieuses, notamment face à ces mêmes Catalans en demie de sa Copa del Rey, ou en se faisant chiper Brad Oleson.

Venue en Catalogne avec un esprit de revanche, la formation basque a sorti les biscottos et mis un terme à la série de 14 victoires des Blaugranas. Avec Fabien Causeur en mode franchise player (18 points, 2 ints, 21 d’éval), les partenaires de Fernando San Emeterio ont montré qu’ils savaient aussi défendre et que les problèmes internes révélés au grand jour la semaine passée n’avaient en rien détruit leur collectif.

Bien lancé par Maciej Lampe (16 pts), auteur des huit premiers points des siens, Saski Baskonia a su museler Ante Tomic (9 pts à 4/11 et 12 rbds) dans la peinture en y collant très vite le grand Tibor Pleiss dans les pattes (6 pts, 2 rbds). Les Vitorianos, pouvant s’appuyer sur un Nemanja Bjelica aussi rayonnant à la périphérie qu’impérial aux rebonds (9 pts, 13 rbds), ont pu compter sur le manque d’inspiration d’une équipe barcelonaise privée de Juanca Navarro et incapable de trouver des solutions face à la montée en pression d’un Andres Nocioni venu planter ses 10 premiers points dans le seul troisième quart-temps (12 pts au final).

Rejetée à dix longueurs en fin de troisième acte, la squad de Xavi Pascual a dès lors misé sur les vieilles jambes de Sarunas Jasikevicius (12 pts) et sur le large postérieur de Nathan Jawai pour revenir peu à peu à la marque. Pete Mickael pourtant moins saignant qu’en première période (13 pts), le FC Regal a même cru au hold-up en fin de match lorsqu’Erazem Lorbek (9 pts, 6 rbds) et les pistoleros catalans venaient enfin rentrer quelques banderilles. Reste que jamais Caja Laboral n’a lâché prise.

Très constant tout au long de la partie, Fabien Causeur est évidemment l’homme du match. Capable de poser le jeu, d’attaquer le cercle, de tirer à longue distance et, une fois n’est pas coutume, de défendre efficacement, l’ancien choletais a fait étalage de tout son talent. De son côté, Thomas « Justin Bieber » Heurtel a su distribuer les cartes à la perfection malgré la grosse pression de Victor Sada. Toutefois, plus en difficulté face à Marcelinho Huertas, pourtant à créditer d’un match très médiocre de par sa faculté à trop surjouer, le meneur bitterois a aussi raté quelques paniers faciles (1 pt, 6 pds).

Score final : 67 – 69.

Tags : , ,
Comments
Apôtre du Chachisme. I Feel Devotion. #TeamBodiroga Email | Compte Twitter

Commentaires (3)

  1. Helpless

    Magnifique performance de Causeur dans un match accroché.Le français a régné sur la deuxième mi-temps.

  2. fil

    tabak l'a même laissé sur le parquet toute la fin du match à la place de san emeterio

  3. Bob

    non à un moment Fabien a demandé à se reposer dans le 4e car il était cuit.

    Et même s'il a été très bon, je suis pas tout à fait d'accord avec l'article pour dire qu'il a été constant tout le match, son entame était très poussive quand même