ITW (Part 2) Fabien Causeur : « Les fans veulent que ce soit « Baskonia à la vie, à la mort » »

Des entraînements commando de Dusko Ivanovic à l’élimination en quarts de Finale de Liga Endesa, Fabien Causeur revient sur ses débuts à Vitoria.

fabien-causeur-caja-laboral-

Fabien Causeur est revenu pour nous sur ses débuts avec Saski Baskonia, club avec lequel il a terminé deuxième de la saison régulière en Liga Endesa et atteint les quarts de Finale de l’Euroligue.

Retrouvez également la première partie dans laquelle il nous explique les raisons de son absence en équipe de France.

BA : Tu arrives à Vitoria où tu dois gagner ton temps de jeu et finalement tu termines dans le cinq de départ. C’est assez rare, surtout là-bas.

FC : Je profite aussi des circonstances qui ont fait que Brad Oleson est parti. Après je prends ça comme une énorme marque de confiance de la part du club qui m’a donné ma chance. J’étais vraiment content. Au début de la saison, avec Dusko, j’étais derrière Brad. J’avais besoin d’un temps d’adaptation car le niveau là-bas, c’est quand même autre chose. En plus Brad m’a aidé en me donnant plein de petits conseils. Puis j’ai eu la « chance » qu’il parte et que le club me fasse confiance. J’ai eu des performances en dents de scie, ils attendent de moi que je sois plus régulier la saison prochaine.

BA : tu as le même profil qu’Oleson quand il est arrivé au club : un shooteur gaucher. Finalement il est devenu fort défenseur.

FC : Je pense que c’est ce qu’ils cherchaient. Quand je suis arrivé, Dusko m’a clairement dit qu’il fallait que je travaille ma défense. C’est clair qu’aujourd’hui je ne suis pas le meilleur défenseur de la ligue mais je pense avoir progressé sur beaucoup d’aspects défensifs. Quand je suis arrivé je me suis tout de suite bien entendu avec Brad. C’était un très bon joueur qui m’a vraiment beaucoup appris.

BA : La présence de Dusko Ivanovic t’a-t-elle influencé au moment de faire ton choix ?

FC : Oui. Je voulais passer un cap. J’en avais besoin. Avec Dusko, j’étais sûr que j’allais morfler… Comme tout le monde (rires). J’en ai bavé. Puis il est parti à cause des mauvais résultats en Euroligue. On était presque éliminés, on a perdu contre un club du milieu de tableau en championnat. Les fans sifflaient. Je pense que le président a voulu faire un électrochoc. Après neuf ans de services, Dusko est parti. Je n’avais jamais eu un coach coupé en cours de saison. Ça m’a fait bizarre. Le match d’après on en prend quarante contre le Zalgiris… Derrière on fait dix-sept victoires de rang. Au final, ça a peut-être été un mal pour un bien. Mais je ne vais pas dire que j’étais content que Dusko parte car j’étais venu là pour lui. Puis le feeling avec Zan Tabak est très bien passé. Tabak mettait également de l’intensité dans le jeu mais il te laissait faire davantage d’erreurs avant de sortir.

BA : Justement avec Zan Tabak, il y a eu une cassure révélée au grand jour avec le licenciement de Carlos Cabezas.

FC : Ça, c’est un peu spécial… Même nous on ne connait pas le fin mot de l’histoire. On avait des doutes sur qui avait parlé dans la presse mais il n’a jamais avoué. Après on ne sait pas si c’est lui. Ça a choqué le groupe. Ça ne fait jamais plaisir de voir quelqu’un partir. Puis derrière on passe pour des « rigolos »… Ça a rendu les fans dingues, on s’est beaucoup fait siffler. Les fans veulent que ce soit « Baskonia à la vie, à la mort ». Alors là ça a vraiment fait mal au groupe.

BA : Vous avez eu beaucoup de hauts et de bas. Vous allez battre Barcelone chez lui puis le trou…

FC : On était une équipe un peu spéciale… On pouvait battre les tous meilleurs puis perdre contre le dernier. L’équipe était assez jeune malgré la présence des Nocioni ou San Emeterio. On avait des problèmes de concentration. Mais ça ne nous a pas empêché de faire les quarts d’Euroligue. Malheureusement ce problème nous a coûté très cher en play-offs.

BA : Vous terminez par une élimination au premier tour des play-offs où ton adversaire direct, Ryan Toolson, prend complètement feu.

FC : Ça m’a foutu les boules. Même si tout ce qui se passe avant compte, les gens retiennent surtout les play-offs. Mars-avril-mai j’ai été bon. Puis là, en juin, j’ai été mauvais. Et l’autre en face, il nous en plante presque 30… C’est un super joueur. Mais ça me fout les boules surtout qu’il les fait gagner. L’orgueil en prend un coup…

BA : En Euroligue. Avez-vous été mis au courant du fait que le CSKA Moscou n’avait pas réservé d’hôtel pour un éventuel match 4 ?

FC : On nous l’a dit à la fin du match 3. J’ai quand même du mal à y croire… Je me demande si ce n’était pas un truc monté de toute pièce par les journalistes. Le CSKA voyage en avion privé. Puis nous aussi quand on se déplace on n’a qu’un jeu de maillots. On les lave, c’est tout ! (rires) Bon ça nous a quand même bien motivé, on était énervés. Puis il y a ce match 4…

BA : Un match 4 avec un scénario un peu spécial…

Si ça avait été « assez neutre », on aurait pu le gagner. L’arbitrage nous a fait mal. Il y a deux-trois techniques où franchement… Sur la fin, ça ne se joue à rien. Teodosic nous tue. En plus il fait retour en zone ! Il le sait, il regarde l’arbitre car avec le bordel dans la salle, il n’entendait plus rien. Il reste cinq secondes, il balance une prière et ça rentre… Ça fout les boules. Je ne dis pas qu’on aurait gagné à Moscou après. Honnêtement, on n’aurait sans doute pas gagné. Mais on méritait d’y aller…

BA : Y a-t-il un joueur qui t’a impressionné cette saison ?

FC : Il y en a pas mal. Quand tu joues Juan Carlos Navarro, c’est toujours spécial. Puis tu as l’autre aussi, là… Ryan Toolson… Et Vassilis Spanoulis en Euroligue. Spanoulis, c’est… comment dire… Spanoulis. En plus il joue sur mon poste alors j’en ai bouffé avec lui ! Mais bon, tout le monde prend avec lui (rires). Il est super fort et derrière il a les petits coups de sifflet qui l’aident aussi.

BA : Scariolo a été nommé entraîneur. As-tu eu une conversation avec lui ?

FC : Non, pas encore. Là j’ai rendez-vous à Vitoria pour passer des tests, je pense qu’on se verra à ce moment là. Avec Dusko ça avait été pareil. Je l’avais eu avant que je signe mais après j’avais dû attendre les tests pour lui parler à nouveau.

BA : Omar Cook t’a parlé de Scariolo ?…

FC : On en avait parlé pendant la saison. Je sais que ça s’était mal fini. Mais bon, le contexte à Milan était très particulier… Il ne m’a absolument pas dit que Scariolo était un mauvais coach. On dit beaucoup de choses. Par exemple, on m’avait dit que Dusko était un fou, qu’il blessait les joueur. C’est faux. Au basket, tout est une question de mental.

BA : As-tu un exemple sur les entraînements avec Dusko Ivanovic ?

Lors de la pré-saison. On m’avait prévenu… On a fait deux semaines sans toucher le ballon. Un jour, on est partis courir à 8h du matin. On a fait le tour de la forêt pour s’échauffer. D’habitude je suis bon aux tests d’endurance. En France, j’étais toujours devant. Mais là… Tout le monde devait courir ensemble. Les grands, etc… Mais à un rythme… On était morts ! Et quand on a fini ça, Dusko a trouvé deux bouts de bois et les a posés à 100 mètres d’écarts. Il nous a dit : « vous allez fait quarante séries de sprints ». On s’est regardés… T’en fait 18-19, t’en peux plus. C’est un truc de fous ! Et sur la vingtième, Thomas Heurtel, qui arrive pourtant premier, relâche à quelques mètres de l’arrivée. Dusko est devenu fou ! Il a hurlé sur Thomas. Puis il nous a dit : « allez, on repart de zéro ». Et on a refait une série complète… J’ai mis 3-4 jours à m’en remettre. Avec Dusko, quand tu arrives à l’échauffement, il faut que tu sois déjà chaud. Il faut être à 200% tout le temps. Même quand il donne des exercices de dunks, ça ne rigole pas…

Tags : , ,
Comments
Apôtre du Chachisme. I Feel Devotion. #TeamBodiroga Email | Compte Twitter

Commentaires (5)

  1. 09_PARKER

    Il a les qualités pour devenir un très bon meneur, un travail régulier et normalement il devrait faire son trou !

  2. kayser franck

    il est arrière !!

  3. antibois4ever

    Si je me trompe pas à Cholet il a joué meneur. Ou 2-1, je sais plus.