ALL STAR GAME

Fabien Causeur : « J’ai faim de basket »

Actuellement en stage avec l’EDF, Fabien Causeur sait qu’il devra être un des hommes forts de Cholet l’an prochain.

Actuellement en stage avec l’équipe de France à Pau, Fabien Causeur savoure. Après une saison choletaise tronquée par une blessure, il entend rattraper au plus vite le temps perdu.

BasketActu : On imagine que tu serais déçu de ne pas faire partie des 12.

Fabien Causeur : Cette année, j’ai eu une saison un peu pourrie par rapport à ma blessure (une fêlure de la voûte plantaire, ndlr). Je me suis dit que si je n’étais pas pris, je ferais une bonne pré-saison. Mais c’est sûr que si je ne continue pas, il y aura de la déception car c’est quand même l’équipe de France. Tout le monde veut y jouer, on va disputer un championnat d’Europe avec peut-être une qualification pour les JO. Donc voilà j’aimerais bien y être même si je sais que mon rôle serait minime. L’année dernière, c’était pareil, mais j’étais super content d’être là. En deux mois, j’avais beaucoup appris avec les mecs qui étaient là-bas (au Mondial en Turquie, ndlr). Mais si je n’y vais pas, je sais que derrière j’aurais beaucoup de travail. Erman Kunter m’attend un peu cette année.

BasketActu : Surtout que ces entraînements ne sont pas réputés pour être les plus faciles.

FC : Ça, c’est clair ! Surtout en pré-saison. Les journalistes qui viennent pendant l’année, ils font « ouah vous tirez beaucoup dessus quand même » mais, après, s’ils voyaient la pré-saison.. A côté c’est de la torture. Donc j’aimerais bien l’esquiver un peu. Si je reste, ça sera le cas (sourires).

BasketActu : Là tu réattaqueras la saison sans blessure. Tu auras un goût de revanche ?

FC : Par rapport à ça, j’avais faim de basket. La saison, j’ai vraiment hâte qu’elle débute déjà pour oublier celle de l’année dernière. Je suis pressé de voir mes nouveaux coéquipiers, de voir comment ça se passe. J’ai envie de faire une grosse saison parce que démarrer deux mois, s’arrêter et finir sur ce mois et demi, c’était dur.

BasketActu : Maintenant que Mejia n’est plus là, ça va te donner un nouveau statut ?

FC : C’est sûr. Là je vais rentrer dans ma troisième année. Je fais vraiment partie des anciens avec Randal Falker qui en est à sa quatrième. A nous deux, il faudra qu’on montre un peu la voie aux autres, expliquer comment on en était arrivé là l’année dernière et il y a deux ans. Cette année, ça va être à moi de guider un peu les autres. Les Ricains, ça viendra. Je ne suis pas inquiet, j’attends de voir le recrutement.

BasketActu : Concernant le prêt de Christophe Léonard, tu as des infos ?

FC : Je lui parle beaucoup. J’ai entendu parler de prêt. Maintenant, il n’y a rien de fait encore. J’attends de voir. Lui a des touches en Pro A et en Pro B. Ca sera à lui de choisir. Là, ce n’est pas réglé et je pensais qu’il allait trouver ça plus tôt. On arrive quand même sur le marché des Américains et beaucoup de JFL sont déjà placés. Si ça se trouve, il finira même peut-être par rester…

BasketActu : Cette année, Cholet dispute le tour préliminaire de l’Euroligue. Tu ne trouves pas dommage que les 3 clubs français soient dans la même partie de tableau ?

FC : Ah si. Déjà les deux premières (Gravelines-Dunkerque et l’ASVEL, ndlr) se rencontrent. Je ne pense pas que ça leur plaise car elles ont sûrement envie de rencontrer d’autres équipes que celles qu’elles vont croiser toute l’année. C’est comme ça. Nous, on va retrouver Zagreb.

BasketActu : Paradoxalement, ça donne plus de chances à une équipe française de rejoindre Nancy

FC : Ouais, on en aura au moins une des deux déjà qui passera le premier tour. Et ça serait bien qu’on ait une deuxième équipe au tour principal. Ça serait important pour la France. En tout cas, nous on va jouer le coup à fond et on est ultra-motivés.

Tags : , , ,
Comments

Commentaires (1)

  1. OscarAbine

    J'imagine qu'on va vanter son amour du maillot, "c'est pas comme dans d'autrs clubs", bla bla. Pourtant, sur C&S, il dit : "Je leur ai mis la pression en disant que je pouvais activer la clause. Le lendemain, Erman m'a un peu taillé dans la presse. Je savais qu'il ferait un truc comme ça, je ne l'ai pas mal pris. Puis les négociations ont vite avancé car d'autres clubs se sont renseignés sur moi […] Je ne vais pas mentir, je voulais plus d'argent, être payé à ma valeur."

    D'aucuns pourraient parler de "mercenaires", non ? Ah ben non, c'est à Cholet, ça peut pas y arriver, j'suis bête…