ALL STAR GAME

Fenerbahçe en mode diesel, le CSKA Moscou roule sur le Panathinaikos

Fenerbahçe a mis une mi-temps avant de prendre le meilleur sur le Maccabi, tandis que le Panathinaikos s’est fait étriller à Moscou.

andrew-goudelock-fenerbahce-ulker-640x360BQualifié dans la douleur pour les quarts de finale, le Maccabi Tel Aviv s’est incliné sur le parquet de Fenerbahçe, de retour en Playoffs Euroleague pour la première fois depuis 7 ans (80 – 72).

Trop peu concentrés sur le repli défensif en début de partie, les hommes de Zeljko Obradovic ont mis du temps à trouver leur rythme, avant de hausser sérieusement le ton au retour des vestiaires. D’abord porté par un Nemanja Bjelica toujours aussi énorme aux quatre coins du terrain (13 pts, 12 rbds, 4 pds), le Fener a fait montre d’une belle cohésion collective, pour mieux passer sous silence la performance timide d’un Andrew Goudelock (8 pts, 4 bps) chassé par les arrières du Club Nation.

Adroite à longue distance mais devant composer avec un Sofoklis Schortsanitis gêné par les grands segments adverses (2 pts en 10 min), le Maccabi Tel Aviv a longtemps fait le dos rond dans une salle surchauffé. Une surchauffe qu’a d’ailleurs connu Jeremy Pargo, parti dans son basket gloubi-boulga après un début tonitruant en jeu de transition (25 pts, 8 pds, 5 bps).

Le score peut paraître serré mais l’impression a été toute autre, comme en témoigne la différence à l’évaluation (96-70). Plus grand, mieux armé et tout aussi mobile que les cavaleurs israéliens, le club Stambouliote a fait le métier en prenant d’entrée l’avantage dans la série, grâce notamment au finish d’Emir Preldzic (5 pts, 5 pds, 5 ints) et surtout du bondissant Jan Vesely (23 pts, 7 rbds).

Des Greens aux fesses rouges

En fin d’après-midi, le CSKA Moscou a quant à lui infligé une vraie correction au Panathinaikos (93 – 66). Dominateurs de bout en bout dans leur antre, Nando De Colo (9 pts, 3 rbds, 4 pds) et ses partenaires n’ont fait qu’une bouchée de Grecs deux bons tons en-dessous… et pas franchement décidés à redresser la barre. Enorme d’entrée puis vite scotché sur le banc, Milos Teodosic s’est fait plaisir et fait plaisir (18 pts, 8 pds en 20 min), à l’instar d’Andreï Kirilenko (12 pts, 4 rbds en 18 min).

On ne veut pas dire, mais gagner aussi facilement contre des Hellènes dans un match 1… ça sent le piège pour la deuxième manche !

Tags : , , ,
Comments
Apôtre du Chachisme. I Feel Devotion. #TeamBodiroga Email | Compte Twitter

Commentaires

Comments are closed.