Ferdinand Prenom : « Je ne me voyais pas rester en espoir cette saison »

Parti chercher du temps de jeu en pro B, Ferdinand Prenom fait peu à peu parler de lui grâce à ses performances à Antibes. Entretien.

BasketActu : Tu as fait quelles grosses sorties ces dernières semaines, notamment contre Bordeaux ou Denain.

Ferdinand Prenom : C’est un travail d’équipe. Contre Bordeaux, j’ai eu plus de responsabilités car les intérieurs ont vite fait des fautes. J’ai eu des shoots ouverts et j’ai mis dedans. Contre Denain, nos extérieurs ont fait du beau travail dans le drive et ça nous a permis d’être ouvert dans la raquette. En ce moment, je me sens bien et j’ai pas mal de temps de jeu donc c’est plus simple pour m’exprimer. J’ai plus de temps pour me montrer. La dernière fois, j’ai encore eu 25 minutes de temps de jeu.

BasketActu : Comment abordes-tu les matchs par rapport au début de saison où tu découvrais le championnat ?

F.P. : J’ai toujours abordé les matchs de la même manière, c’est-à-dire sérieusement. En début de saison j’ai dû reprendre le rythme. Il y a eu l’équipe de France puis un arrêt de deux mois. Il a fallu se remettre dans le bain. Je travaille bien ici. Les anciens nous apportent beaucoup.

BasketActu : Ils vous apportent dans le jeu ?

F.P. : Des mecs comme Lesly Bengaber ou Steeve Essart, qui sont là depuis le début de saison, nous connaissent bien maintenant. On travaille avec eux sur les fondamentaux. Trevor Huffman est arrivé après mais on s’entend très bien aussi. On communique beaucoup entre nous. Même s’il y a anciens et jeunes, on se considère tous au même niveau. S’il y a un problème, on n’hésite pas à le dire.

BasketActu : As-tu le titre de meilleur espoir de la saison dans un coin de ta tête ?

F.P. : Franchement, à la base je n’y pensais même pas. Je n’avais même pas calculé qu’il y avait un titre pour le meilleur espoir en Pro B. En début de saison, je n’y pensais pas du tout. Et la dernière fois, avec Lahaou Konate d’Evreux, on en a parlé et on rigolait. Je travaille pour être meilleur jour après jour. Je veux progresser, apporter à mon équipe et gagner les matchs. Si je veux être désigné meilleur espoir de Pro B, à moi de le prendre et de montrer que je le mérite. Mais ce que je veux avant tout, c’est progresser.

BasketActu : Comment expliques-tu que peu de joueurs français ne choisissent la Pro B plutôt qu’une place sur un banc de Pro A ?

F.P. : Quand tu vas en Pro A, tu joues d’abord en espoir puis tu peux intégrer le groupe pro. Personnellement, je ne me voyais pas rester en espoir cette saison. Donc la Pro B était un choix logique. C’est un autre jeu, plus physique et avec de bons joueurs. Après je sais qu’il y a des jeunes de mon âge qui préfèrent jouer en espoir. Ca dépend de chacun. Mais je trouve ça bien de descendre d’un cran pour progresser en allant chercher du temps de gens pour ensuite essayer de revenir. Evan Fournier et Adrien Moerman l’ont fait.

BasketActu : Quelles différences fais-tu entre le jeu en Pro B et en Pro A ?

F.P. : A mon poste, en Pro A, les joueurs sont plus grands. Il y a plus de taille et de segments. Le jeu est plus placé. En Pro B, le niveau est plus aléatoire. On a des postes 4 qui sont en réalité des postes 3 mais que l’on peut faire jouer en 3. Physiquement, c’est plus dur en Pro car il y a beaucoup plus de coups et c’est plus vicieux. Après je pense qu’il y a des joueurs en Pro B qui ont leur place au-dessus, genre Monroe de Boulazac.

BasketActu : Es-tu toujours en contact avec la JDA ? Ton objectif c’est de les retrouver la saison prochaine ?

F.P. : De temps en temps, j’ai des messages mais je n’ai pas de contacts quotidiens. Je me concentre sur ma saison. Pour l’instant, l’objectif c’est d’assurer le maintien avec Antibes donc je suis à fond dans ma saison ici.

BasketActu : Antibes à la 8ème place du classement, c’est un peu la surprise.

F.P. : On a eu de bons renforts avec Moussa Badiane et Trevor Huffman. Depuis leurs arrivées, on a bien bossé et on a tous le même objectif qui est le maintien. Après si on peut aller chercher une place en playoffs, on ne se privera pas. On reste des compétiteurs. Quand Moussa est arrivé, on s’est retrouvé avec 3 intérieurs dont Moussa et moi en 5 et Jeff Allen en 4. Dans le jeu, on s’est vite adapter et on s’est bien trouvé rapidement. Il n’y a pas de prise de tête, pas de « moi je ». On forme un vrai groupe. L’intégration des nouveaux a été très facile.

BasketActu : Qu’est-ce qu’il vous manque pour franchir un palier ?

F.P. : Il faut qu’on soit plus rigoureux et qu’on arrive à accrocher les matchs contre les grosses équipes, comme Aix-Maurienne qu’on jue samedi. Et il faut qu’on continue de gagner à la maison. Perso, je vais rester sérieux et continuer de travailler. Avec le groupe qu’on a et la motivation qu’il y a, on devrait pouvoir faire quelque chose. Personnellement, il faut que je bosse pour être encore plus efficace en défense. J’me sens bien mais il faut que je travaille sur certains détails comme la défense sur les écrans. L’année dernière, le coach était très axé sur la défense donc je travaillais beaucoup là-dessus. En attaque, je ne suis pas mauvais, je rate moins de shoots. Ce sont des petits détails qui font toute la différence.

BasketActu : Tu la vois aller jusqu’où cette équipe ?

F.P. : Je pense qu’on peut aller chercher les playoffs. Le championnat est très serré, aucune équipe n’est sereine. Le championnat est très ouvert donc tout est possible.

BasketActu : Ce week-end, vous jouez contre Maurienne qui est dans le Top 3. Comment vous allez aborder le match ?

F.P. : On a travaillé hier et encore aujourd’hui avec des matchs amicaux contre Charleroi. On bosse dur et on se dit qu’on doit sortir un très gros match. On avait pris l’eau là-bas (Ndlr : Défaite 88-75). On veut gagner ce match !

BasketActu : D’ailleurs, Charleroi a investi dans le club. Sentez-vous la différence en tant que joueurs ?

F.P. : Nan on n’y fait pas attention et personne ne vient nous parler de ça. On sait ce qu’il se passe mais on se contente de faire notre taf.

Tags :
Comments

Commentaires (2)

  1. Tapion

    Je depucele l'article.

    il a l'air d'avoir la tête sur les épaules, c'est cool. Qu'il continue a taffer et qu'il en face de même en Pro A sans se presser.

    J'espère juste qu'il n' ira pas en Belgique ! :)