Finale Pro A – Cholet : La force tranquille

Un an après son couronnement, Cholet retrouvera Bercy pour tenter le doublé.

Cet été, les Choletais étaient en pleine reconstruction. On ne savait pas quel effet auraient tous les changements d’effectifs. D’autant plus que l’équipe aurait plus de matches à gérer avec sa participation en Euroligue. Mais finalement, les départs de Mike Gélabale et John Linehan ont à peine perturbé les plans d’Erman Kunter. Mamoutou Diarra, vu en fin de saison dernière, faisait son retour en Pro A alors que Vule Avdalovic et DeMarcus Nelson venaient colmater les brèches laissées par les départs d’Eititavicius et Sommerville. Dans la peinture, Luca Vébobe et Romain Duport venaient prêter main forte à l’inusable Randal Falker.

Portée par son franchise player Samuel Mejia, Cholet a démarré la saison en trombe, infligeant une grosse correction au promu palois (89-51) avant de tomber sur un os. Face à l’aramada gravelinoise, les joueurs d’Erman Kunter n’ont pas fait le poids (52-88) mais se sont vite relevés, enchaînant avec quatre victoires consécutives. Roanne et Chalon sont venus perturbés le parcours de Cholet mais la grosse surprise vient de Poitiers qui est venu à bout du ténor.

Fin décembre, les Choletais ont vu leur rêve européen s’éloigner aux portes du Top 16 après une saison surprenante. Pour se consoler, Erman Kunter et ses joueurs n’avaient plus qu’un objectif en vu : être son propre successeur au titre.

Après la trêve, le Champion a repris son chemin vers Bercy. Les joueurs de Kunter ont été les premières victimes de la nouvelle version de l’ASVEL, renforcé par l’arrivée de Pops Mensah-Bonsu. Un simple accident de parcours. Fort de sa défense et de son collectif parfaitement huilé, l’équipe choletaise a ensuite fait main basse sur le championnat, enfilant carton sur carton durant six journées.

Puis la fatigue s’est faite ressentir. La raquette s’est retrouvée décimée par les blessures de Vebobe et Falker. Chalon, Nancy et Pau en ont profité pour tirer leur épingle du jeu. Mais ça n’a pas empêche Sammy Mejia et sa bande de terminer premier de la saison régulière. Et en playoffs, Cholet a confirmé sa domination sur l’Hexagone, ne laissant aucune chance au Mans et à Gravelines.

Comme la plupart des équipes du championnat, Cholet a eu son lot de malchance et de perturbations. Entre blessures et départ impromptu (Claude Marquis), le club des Mauges n’a pas été épargné. L’infirmerie n’a quasiment jamais été laissée à l’abandon. L’absence prolongée de Fabien Causeur a été un coup dur pour les Choletais qui ont peiné à trouver un équilibre. Mais l’arrivée de William Gradit, réputé pour être un excellent défenseur, a permis à Cholet de retrouver son potentiel défensif.

Ça fait maintenant plus d’une dizaine de jours que les Choletais attendent de pouvoir soulever le trophée à Bercy, comme ils l’ont fait la saison passée. Mais avant cela, il faudra abattre les Nancéiens. Le rendez-vous est pris.

Tags : , , , ,
Comments

Commentaires (1)

  1. elro

    Bravo Cholet

    De la constante dans le jeu, le projet!

    choix reussi des joueurs$belle equipe

    Putain on avait pas vu ca depuis un moment en proA!

    Pourquoi c'est si dur que cela? De mon fauteuil, cela me parait simple!