Finale Pro A – Nancy : Unis jusqu’à Bercy

Samedi prochain, Nancy jouera sa cinquième finale de championnat en sept ans. Retour sur le parcours des Lorrains.

« Je ne sais pas trop si le SLUC peut nourrir de véritables ambitions. C’est trop difficile à dire dans un championnat aussi dense. Mais, ce qui est sûr, c’est que les joueurs de cette équipe-là vont se battre comme des… chiffonniers ».

C’est ce qu’avait confié Jacques Monclar à l’Est Républicain en début de saison. Si les Nancéiens ont prouvé qu’il fallait toujours compter sur eux en fin de saison (cinquième finale en sept ans), ils en ont surpris plus d’un en se hissant jusqu’en finale du championnat de France au terme d’une saison plutôt bien contrôlée.

Comme beaucoup d’autres équipes, Nancy n’a pas été épargné par les coups durs cette saison. Mais contrairement à l’ASVEL, Limoges ou Gravelines, qui ont fait la Une de l’actualité tout au long de la saison, les Nancéiens ont avancé dans l’ombre, sans faire de bruit.

En début de saison, la blessure du meilleur marqueur Ralph Mims, indisponible pour la saison, ne présageait rien de bon. Rien ne serait facile pour les Lorrains. Blessures de joueurs, galères financières… Mais Tremmell Darden s’est sublimé et a permis à son équipe de finir la phase aller sur un bilan honorable (11 victoires pour 4 défaites). Après la trêve, le redémarrage fut quelque peu difficile. Un accident à domicile contre Poitiers (61-69), une lourde défaite à la Semaine des As face à l’ASVEL, une seconde défaite face à ces mêmes Villeurbannais (77-91). Quelques jours plus tard, le hold up lorrain à la Halle Vacheresse leur a permis de reprendre confiance et de renouer avec la victoire.

En seconde partie de saison, Victor Samnick et Stephen Brun ont explosé et ont permis à Darden et Akin Akingbala de souffler. Willie Deane a excellé dans son rôle d’intérimaire de Linehan. Mais la route jusqu’en playoffs a été semée d’embûches.

Des embûches nommées Paris Levallois ou Limoges, deux équipes prêtes à tout pour sauver leur peau et ne pas se retrouver en zone rouge. Nancy en a fait les frais mais a su se remettre d’aplomb pour finir la saison en beauté. La chance a même fini par s’inviter, la surprenante victoire (93-91) de Vichy sur Chalon, lors de la dernière journée, leur permettant de squatter le second spot du classement devant Gravelines et Roanne.

Fort d’un collectif soudé, d’une défense cohérente et d’énormes individualités (Darden, Akingbala), les joueurs de Jean-Luc Monschau ne se sont pas laissés surprendre lors du premier tour des playoffs. Si les Toulonnais ont montré une belle résistance et sont parvenus à prendre un match, Nancy n’a jamais paru dominé sur la série (2-1).

La demi-finale face à Villeurbanne semblait loin d’être gagnée malgré un premier match parfaitement entamé. Puis vint la blessure d’Akingbala dans le second match et un renversement de situation au profit de l’ASVEL. La suite, on la connaît. Un nez cassé et une belle de folie pour le pivot du SLUC et Nancy validait son ticket pour la finale du championnat Pro A face à Cholet à Bercy.

Finalement, la logique a été respectée et Nancy (2ème de la saison régulière) sera bien à sa place sur le parquet du POPB.

Tags : , , , , ,
Comments

Commentaires (3)

  1. AND11

    "Samedi prochain, Nancy jouera sa cinquième finale de championnat en sept ans."

    Dans l'histoire de la LNB (depuis 1987) seulement 3 clubs ont déjà fait ça. Limoges, Pau et l'ASVEL.

    Ça te classe un club…. Sachant que le Sluc n'a pas la marge budgétaire sur la concurrence que possédaient ces clubs à ces époques là. Respect.

  2. KD35

    Tout à fait d'accord et surtout avec à chaque fois une équipe différente (presque )

  3. Startrak

    Sûrement un des clubs qualifiés pour les playoffs qui a fait le moins de bruit cette saison.