Finale Pro A – X Factors : Willie Deane

A l’approche de la finale, Basketactu vous propose sa semaine spéciale « Finales LNB ». Après les bilans de saison hier, focus sur les facteurs X des équipes qualifiées pour Bercy.

La finale d’un championnat, c’est un peu le moment où l’on s’attend à voir les « stars » des équipes se rendre coups pour coups. Mais parfois, des hommes de l’ombre se révèlent et apportent le petit quelque chose qui permet à leur équipe de s’imposer. Focus sur ceux qui pourraient très bien faire basculer la finale du championnat Pro A, à l’image de Jeff Greer il y a 3 ans.

Nancy : Willie Deane, Monsieur Plus

En octobre dernier, devant impérativement remplacer un Ralph Mims out pour la saison, Jean-Luc Monschau a décidé de réactiver sa filière Est-Européenne en faisant signer Willie Deane.

Plutôt décevant lors de ses premières prestations, ce combo-guard ne s’est vraiment révélé qu’au moment où John Linehan a disparu des radars, suite à une blessure qui l’a tenu éloigné des parquets plusieurs semaines. Linehan out,  Monschau, fidèle à sa politique de formation, a décidé de laisser Seydou N’Joya sur le banc et de décaler Deane à la mène. Celui à qui l’on prêtait jusqu’alors de belles qualités défensives et un jump étonnant pour sa taille (1m85) s’est alors affirmé comme étant un très bon playmaker.

Alors qu’il n’affichait qu’une évaluation générale de 7,5 avant la blessure de Linehan, Willie Deane a pris confiance et est vite devenu le Monsieur Plus d’une équipe qui a remporté neuf de ses douze derniers matches de championnat.

Excellent sur jeu de transition de part ses qualités de vitesse, l’altruisme et la très bonne vision du jeu de l’arrière trentenaire aura permis de rééquilibrer le collectif d’une équipe minée, en début de saison, par les problèmes de répartition des tickets shoots.

Poursuivant sur sa lancée, Deane a été l’un des grands artisans des succès du SLUC lors des rencontres décisives face à Hyères-Toulon et l’ASVEL en playoffs. Fait encore plus important, celui-ci semble avoir retrouvé son shoot extérieur. N’affichant qu’un très médiocre 26% à 3 pts en saison régulière, il a cumulé un joli 44% lors des six matches de playoffs (quarts et demi-finales). Une statistique qui pourrait s’avérer plus que déterminante face à Cholet, tant on connaît l’importance de l’adresse extérieure lorsque le titre se joue sur un match sec.

Si Willie Deane sera un joueur à surveiller de près, les Choletais ne devront pas sous-estimer Kenny Grant qui, malgré des performances en léger recul par rapport à celles produites en saison régulière, se révèle être un apport très précieux pour Tremmell Darden et les siens.

Tags : ,
Comments
Apôtre du Chachisme. I Feel Devotion. #TeamBodiroga Email | Compte Twitter

Commentaires (8)

  1. Airmax7

    "Monschau, fidèle à sa politique de formation, a décidé de laisser Seydou N’Joya sur le banc et de décaler Deane à la mène"

    De l'or en barre cette phrase!

  2. Airmax7

    Peut-être qu'il n'y a pas scandale sur N'Joya… Mais Monschau en général noie totalement les jeunes de Nancy. J'ai presque trouvé rigolo qu'un Moerman plante 20pts contre le SLUC alors qu'il avait les fesses scotchées au banc en Lorraine!

  3. Grilepain

    Moerman il était jeune à Roanne.

    Sinon N'Joya, je remets pas en cause le talent du garçon, mais à chaque fois qu'il avait sa chance, il s'est chié dessus …

  4. Fran6

    Je crois que certains oublient que N'Joya a été blessé en même temps que Linehan. C'est aussi pour ça que Dean est passé à la mène.