Finales ACB : Barcelone braque la Casa Blanca

Le FC Barcelone est venu réaliser le hold-up parfait sur le parquet du Real Madrid.

juan-carlos-navarro-fc-barcelona-regal

Inespéré ! Mené de bout en bout, Barcelone est venu gratter le Real Madrid dans sa salle, et sur le fil, pour repartir sur ses terres avec le break. Porté tout au long du match par son tandem Brad Oleson – Juanca Navarro, le club azulgrana a profité de l’excellent passage du nouveau venu, Mavrokefalidis, pour réaliser un gros come-back dans le dernier quart-temps, au nez et à la barbe de Sergio Rodriguez (2 pts à 1/7, 4 pds).

Pourtant auteur d’un très bon début de match, à l’image d’un Nikola Mirotic alors étincelant, grâce à son petit touché soyeux à 5 mètres et ses longs segments, le Real Madrid n’a jamais su prendre le large face à un FC Regal en chasse-patate. Plus agressive au rebond, plus intense en défense, la formation madrilène s’est donnée les moyens de l’emporter mais s’est pris les pieds dans le tapis en multipliant les pertes de balles (15) et autres approximations passagères en défense; malgré la grosse débauche d’énergie de Rudy (11 puntos, 10 rebotes) .

Bien assez pour offrir des cartouches à un Barça peu inspiré et rapidement privé d’Erazem Lorbek après la pause. Remis en selle par un Sarunas Jasikevicius plein de bonnes intentions puis par la montée en pression de la bomba Navarro (19 pts), les hommes de Xavi Pascual ont refait leur déficit de douze points avant de se trouver plusieurs facteurs X, CJ Wallace (6 pts, 4 rbds) et surtout Mavrokefalidis (8 pts, 10 d’éval) en tête.

Sans rythme et incapable de trouver un partenaire démarqué, la bande à Felipe Reyes (13 pts, 6 rbds) est tombée dans le piège qui lui était tendu depuis 39 longues minutes. A croire que les blancs n’ont pas retenu la leçon de la saison passée.

Score final : 71 – 72

Tags : , , , , ,
Comments
Apôtre du Chachisme. I Feel Devotion. #TeamBodiroga Email | Compte Twitter

Commentaires (6)

  1. Sarunas

    Attention Vincent, tapones = contres et je pense que Rudy 'vicious' Fernandez a plutôt multiplié les "rebotes". )

    Match incroyable une nouvelle fois pour son intensité (en espérant que les simulations PERMANENTES ne finissent pas par gâcher le spectacle) et pour le talent présent sur la cancha. Les effectifs sont fous (au point que des jeunes comme Rabaseda et Abrines n'aient pas voix au chapitre) et puis les grands sont incroyables de techniques et les petits d'explosivité.

    Sinon le scenario des deux matchs confirme l'effet "Mario Kart" (en cours de brevetage) où lorsqu'une équipe se trouve distancée, si elle arrive à enclencher une dynamique elle se verra favorisée par le destin (plus connu dans le sport sous le nom d'arbitres / paniers à trois points de grands) au point de doubler sur le fil l'adversaire.

  2. fil

    c'est clair, quelle intensité, comme disent les commentateurs espagnols, toutes les possessions sont contestées, il n'y a pas UN panier facile.
    encore du grand navarro, un triple du grand mavro à 1 min de la fin complètement improbable pour répondre à celui dans le corner de mirotic, et un chacho rodriguez qui patauge dans la semoule au 4e quart, contrairement au match 1.
    ça va forcément aller jusqu'au match 5

  3. Zack

    J'ai pas compris pourquoi le Real ne fait pas faute tout de suite sur la dernière possession.

    10 secondes de plus sur la dernière possession aurait peut être changé les choses.