Finales ACB : Le Real Madrid champion !

Le Real Madrid s’est imposé dans le match décisif, à domicile, face à l’ennemi du FC Regal Barcelone et a ainsi remporté le titre de champion.

Rudy Fernandez - ACB.com

Le Real Madrid avait remporté la Liga Endesa pour la dernière fois en 2007. Mieux encore, il n’avait plus soulevé le trophée dans sa salle depuis vingt ans exactement. Logique vainqueur d’un FC Barcelone au collectif grippé, le club madrilène a profité des nombreuses pertes de balle adverses (17) ainsi que des envolées de ses ailiers pour faire rugir de plaisir les 12 000 spectateurs du Palacio de los Deportes et oublier, quelque peu, l’échec en finale de l’Euroligue.

A son avantage face à la zone 2-3 du Barça, Tremmell Darden (13 puntos, 7 rebotes) a été l’un des hommes clés de la rencontre. Arrivé en cours de saison pour apporter sa densité physique, l’ancien nancéien a peu à peu gagné la confiance de Pablo Laso, avant de démontrer son utilité contre des Blaugranas privés de Pete Mickeal. Adroit à longue distance et féroce dans ses attaques vers le cercle, l’Américain a peut-être réussi à convaincre ses dirigeants de le prolonger.

En difficulté lors des deux dernières manches, Rudy Fernandez (15 pts) a quant à lui retrouvé des couleurs en plantant son premier panier à trois points des Finales en début de seconde périodes, mettant ainsi fin à une vilaine série de 19 échecs consécutifs. De son côté, Felipe Reyes, logiquement élu MVP des Finales, a une fois encore été rayonnant à l’intérieur (14 pts, 5 rbds). L’ailier-pivot n’est pas le plus physique mais il est assurément le plus vicieux. Doté d’un très bon sens du rebond et d’un touché de balle soyeux, le plus madrilène des Madrilènes a mis fin aux souffrances de Lorbek et douché les espoirs catalans dans les moments chauds.

Juanca Navarro (blessé) et Marcelinho Huertas dramatiques, le FC Regal s’en est remis à ses remplaçants pour se donner une chance de réaliser un nouveau hold-up. Menée de 17 points dans le milieu du troisième quart-temps, la formation azulgrana a profité de la furia de Joe Ingles (25 pts) ainsi qu’à la roublardise de Sarunas Jasikevicius (23 pts) pour combler petit à petit son retard, sans pour autant parvenir à créer la bascule. Un an après avoir réussi à inverser la tendance contre ce même Real, Barcelone laisse donc filer ses espoirs de three-peat historique.

Score final : 79 – 71

Tags : , , , , ,
Comments
Apôtre du Chachisme. I Feel Devotion. #TeamBodiroga Email | Compte Twitter

Commentaires (4)

  1. fil

    au final, c'est mérité, ils avaient très largement dominé la saison régulière, puis le début des playoffs. C'est la longueur du banc qui aura fait la différence en finale, les rotations du barça étaient limitées en nombre et en talent. Par contre, comme l'équipe nationale, un manque de classe et une propension à tomber tout seul et à gueuler contre les arbitres très énervant (cf. rudy et felipe évidemment).
    et un gros big up à saras qui aura rien lâché

  2. el gaucho

    Azulgrana… C'est nouveau…
    Le Barça est en fin de cycle… Le Real se cherche, voilà la différence… Titre mérité au terme d'une saison cependant perturbée par les contraintes économiques… L'ACB est-elle encore l'El Dorado…

  3. mrj

    ouais ben barcelone…. c'est le naufrage…

    je le sentais depuis la mi-saison… trop de mercenaires ? pas assez d'espagnols ? … pas assez de gusta