France – Argentine : l’analyse de Thomas Drouot

Le coach du Paris-Levallois Espoirs a analysé la victoire de la France face aux Argentins hier.

Après une défaite initiale contre les USA, l’équipe de France de basket se lance dans ces J.O. grâce à une victoire très importante contre les expérimentés argentins sur le score de 71 à 64.

Quels sont les éléments qui ont permis à l’équipe de France de prendre l’avantage sur ces argentins ?

A) L’adresse à 3-points et aux Lancers-francs

On le répète assez souvent mais le basket est belle est bien un sport d’adresse. L’équipe de France a réussi une belle performance dans les tirs à 3-pts avec 36% (17% pour les argentins) et aux lancers-francs avec 86% (78% pour les argentins).

Les français n’ont pas hésité à tirer à 3-points sur le jeu de transition lorsque les argentins étaient très compacts pour se protéger des drives des français. Sur jeu placé, Diaw a servi de point de fixation ce qui a permis de libérer nos ailiers, il réalise 3 passes décisives avec un petit temps de jeu et le jeu de pick n’roll où par 2 fois notre porteur de balle a réussi à trouver un ailier seul (De Colo pour Parker et Parker pour Gelabale). Nos 3 ailiers majeurs ont été en réussite avec 3/5 pour Gelabale et 3/6 pour De Colo et Batum.

Aux lancers francs, le beau 9/10 de Parker a été déterminant notamment le 4/4 dans les derniers instants.

 

B) La limitation de l’impact de Scola dans la raquette

Même si Scola a encore réalisé une belle prestation avec 16 points à 7/15 et 8 rebonds, il n’a pas dominé dans la raquette comme il peut le faire habituellement. Scola a commencé le match avec un 0/4 aux tirs intérieurs grâce à une défense efficace de Turiaf. Il n’a inscrit que 2 paniers intérieurs. Le premier sur rebond offensif et le second sur un Post up face à Batum suite à une rotation défensive. Mais surtout, la France n’a pas eu besoin de faire de prise à 2 et n’a pas libéré les joueurs extérieurs. Les argentins ont d’ailleurs arrêté de jouer pour Scola au poste bas à partir du 2ème quart. Il a inscrit la majorité de ses points sur des tirs extérieurs à 2 points notamment après des pick and flair.

 

C) La défense sur les pick n’roll de Prigioni

L’équipe de France a fait le choix de passer sous les écrans porteurs lorsqu’ils étaient joués par le meneur argentin. Ainsi chaque défenseur est resté sur son joueur et Prigioni ne pouvait pas utiliser son jeu de passe si performant. Le pari était de laisser tirer Prigioni. Il s’est montré maladroit (0/4 à 3-points dont 3 derrière pick n’roll).

Les 2 fois où Parker est passé au dessus de l’écran, Prigioni a été agressif et a réalisé une passe décisive. Cette option défensive s’est montrée payante. Cela a souvent « cassé »  le rythme de l’attaque sud-americaine et cela a obligé Prigioni à jouer contre nature.

La limitation de Prigioni et de Scola (comme point d fixation intérieur) dans leur rôle de création a gêné le jeu argentins qui s’en est souvent remis à des exploits de Ginobili. Les performances de Nocioni (6 points à 2/7) et de Delfino (4 points à 1/8) en sont le reflet. L’équipe de France a réussi à faire déjouer cette équipe qui s’était montrée si brillante contre la Lituanie.

Tags : , , ,
Comments

Commentaires (11)

  1. ilyes

    Clair net et précis.Ca sent la connaissance et l'amour du jeu .Par contre de colo est plutôt un arrière.

  2. GW

    C'est quoi un "pick and flair" ?

    Très intéressant comme à chaque fois ! C'est bien de noter qu'au dela des très bonnes défenses de nos ailiers, c'est bien T.P qui a fait dérailler le collectif argentin !

  3. AND11

    Je valide également ! Bon article.