France – Grèce : les Bleus ont encore du boulot…

L’équipe de France n’a pas su rivaliser durant l’intégralité de la rencontre avec une équipe grecque bien en place. Les Bleus s’inclinent pour la première fois cet été, 79-67.

tony-parker-finlandeVincent Collet avait prévenu. La Grèce serait le « premier test » pour cette équipe de France version été 2013. Les deux formations font figure de favorites – avec l’Espagne – pour l’Eurobasket qui se déroule en septembre prochain en Slovénie, et c’est donc logiquement qu’elles s’affrontaient pour le gain symbolique de ce tournoi de Strasbourg. Et comme on pouvait s’y attendre, les Français ont souffert face à une équipe grecque bien en place dès le début de la rencontre. Sous l’impulsion de Michael Bramos, auteur de deux paniers à trois-points d’entrée de jeu, les Helléniques imposent leur rythme dès les premières minutes de la rencontre. Côté tricolore, Alexis Ajinça, chouchou du Rhénus, est déjà on fire avec six points à 3/3 dans le premier quart.

Bien trop maladroits, les hommes de Vincent Collet subissent les foudres de Nikos Zisis et ses coéquipiers. La Grèce place une série de stops défensifs et creuse l’écart. Face à une intensité défensive bien plus forte, les Bleus multiplient les pertes de balles. Heureusement, le secteur intérieur tient le coup et profite des espaces libérés par la défense pour maintenir la France à flot. Ajinça et Joffrey Lauvergne affichent tous les deux six points au compteur limitant ainsi l’écart à… six points après dix minutes de jeu (25-19).

Le secteur intérieur au-delà des attentes

Malgré les difficultés rencontrées, les intérieurs auront eu le mérite de rassurer les observateurs et le staff à quelques jours de l’Eurobasket. En effet, avec les forfaits de Joakim Noah, Kevin Seraphin, Rudy Gobert, Ian Mahinmi et compagnie, la raquette a été pointée du doigt comme le principal point faible des Bleus. A l’image de leurs prestations face aux grecs, les nouveaux venus (ou revenants) n’ont pas déçu, au contraire. Ajinça (16 points, 6 rebonds), Lauvergne (9 pts, 7 rbds) et Petro (6 pts, 4 rbds) ont une nouvelle fois fait le boulot.

C’est d’ailleurs avec Joffrey Lauvergne et Johan Petro sur le parquet que les Français ont attaqué le deuxième quart-temps. Comme souvent, l’intérieur du Partizan Belgrade s’est montré très présent en première période. Les remplaçants français font le forcing, à l’image de Nando De Colo (10 pts, 5 rbds au total) et recollent au score (35-31). La Grèce ne flanche pas et parvient à conserver 5 points d’avance à la fin de la première période (45-40).

Les grecs passent la première, la France cale

Dès le retour des vestiaires, les Bleus continuent d’appuyer à l’intérieur. Alexis Ajinça est déchaîné et la France passe un 8-0 afin de revenir à un point au tableau d’affichage. On se prépare alors à une lutte intense entre les deux équipes jusqu’au buzzer final. Il n’en sera rien. Les grecs resserrent leur défense, principalement sur les extérieurs français (Batum et Parker, 2 pts chacun au total…) et évoluent tout en maîtrise en attaque. Les troupes de Loukàs Mavrokefalidis (18 points, 22 d’évaluation) accélèrent le rythme et collent un 9-0 aux locaux complètement amorphes. La suite du match se fera tout en contrôle pour les Grecs qui déroulent et comptent même jusqu’à 20 points d’avance durant le dernier quart. La France s’incline finalement de douze points, 79-67.

Les Bleus concluent donc le tournoi de Strasbourg par un échec, le premier de la préparation, face à une équipe semble-t-il mieux organisée à l’heure actuelle. Vincent Collet donnera ce soir la liste des douze joueurs retenus pour l’Eurobasket, parmi lesquels ne devraient pas figurer, à priori, Thomas Heurtel, Kim Tillie et Evan Fournier.

STARTERS POS Min FG FG% 3P 3P% FT FT% RO RD REB PD BP ST BS PF Pts Ev
5 N. BATUM 23:42 1-4 25 0-2 0 0-0 0 1 2 3 1 6 2 1 2 2 0
9 T. PARKER 19:09 0-4 0 0-2 0 2-2 100 0 0 0 4 3 0 0 2 2 -1
13 B. DIAW 24:56 4-10 40 1-1 100 6-7 86 0 6 6 2 2 1 0 3 15 15
14 A. AJINCA 10:54 7-8 88 0-0 0 2-4 50 3 3 6 0 3 0 0 4 16 16
15 M. GELABALE 24:27 1-4 25 1-2 50 2-2 100 0 5 5 3 0 0 0 2 5 10
BENCH POS Min FG FG% 3P 3P% FT FT% RO RD REB PD BP ST BS PF Pts Ev
6 A. DIOT 08:09 0-1 0 0-0 0 0-0 0 0 0 0 1 1 0 0 2 0 -1
7 J. PETRO 14:13 3-7 43 0-0 0 0-0 0 4 0 4 3 0 0 0 2 6 9
8 C. KAHUDI 03:48 0-0 0 0-0 0 0-0 0 0 1 1 0 1 0 0 0 0 0
11 F. PIETRUS 15:03 0-2 0 0-0 0 2-2 100 1 0 1 0 1 1 0 3 2 1
12 N. DE COLO 29:57 3-8 38 2-4 50 2-2 100 1 4 5 2 1 3 0 0 10 14
19 L. WESTERMANN 10:45 0-2 0 0-1 0 0-0 0 0 2 2 0 1 0 0 3 0 -1
21 J. LAUVERGNE 14:52 4-8 50 0-0 0 1-2 50 4 3 7 0 0 0 0 1 9 11
TEAM TOTALS 23-58 40 4-12 33 17-21 81 14 26 40 16 19 7 1 24 67
STARTERS POS Min FG FG% 3P 3P% FT FT% RO RD REB PD BP ST BS PF Pts Ev
6 N. ZISIS 24:50 3-8 38 1-1 100 2-2 100 0 0 0 6 1 1 0 2 9 10
10 K. PAPANIKOLAOU 29:26 2-5 40 0-0 0 6-8 75 2 3 5 2 0 3 0 2 10 15
11 L. MAVROKEFALIDIS 23:44 8-12 67 0-1 0 2-2 100 0 5 5 3 2 2 0 5 18 22
14 M. BRAMOS 26:16 2-7 29 2-4 50 0-0 0 2 1 3 3 0 2 0 1 6 9
15 G. PRINTEZIS 13:32 2-6 33 1-2 50 3-4 75 0 2 2 1 2 1 0 2 8 5
BENCH POS Min FG FG% 3P 3P% FT FT% RO RD REB PD BP ST BS PF Pts Ev
4 K. VASILEIADIS 00:00 0-0 0 0-0 0 0-0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0
8 S. PERPEROGLOU 12:36 0-1 0 0-0 0 0-0 0 0 0 0 1 1 1 1 0 0 1
9 A. FOTSIS 26:27 3-5 60 3-5 60 1-2 50 0 6 6 0 1 1 0 2 10 13
12 I. VOUGIOUKAS 10:36 1-5 20 0-0 0 1-4 25 2 2 4 1 0 0 0 3 3 1
16 K. SLOUKAS 18:09 3-4 75 0-0 0 4-4 100 0 0 0 2 2 1 0 2 10 10
17 V. KAVVADAS 05:39 1-1 100 0-0 0 0-0 0 0 0 0 0 0 0 2 2 2 4
20 D. KATSIVELIS 08:40 1-1 100 1-1 100 0-0 0 0 1 1 0 1 1 0 3 3 4
TEAM TOTALS 26-55 47 8-14 57 19-26 73 6 20 26 19 10 13 3 24 79
Entraîneur:: TRICHIERI ANDREA Pts après balles perdues: 28 Pts intérieurs: 26
Assistant: KANTZOURIS ILIAS, LIMNIATIS GIORGOS Pts de 2ème chance: 4 Pts en contre-attaque: 8

 

Tags :
Comments

Commentaires (9)

  1. Vincent Ricard

    Flo Pietrus, on commence à en parler ?…

  2. John

    Moi c'est la défense qui m'inquiète, les Grecs se sont baladés dans notre gruyère! Le pire c'est qu'ils ont joué sans Spanoulis, ni Bourousis!

    Pour moi ce sont clairement les favoris de l'Euro avec toutes les défections. En plus, Trincheri pose vraiment sa patte qui lui a permis de faire des merveilles avec Cantu.

  3. marietir

    Et encore les grecs paraissaient en mode euro. Mais est ce qu.ils ont tout montré?
    Très bon match de préparation pour les bleus. Sans blague. Beaucoup d'enseignements à en tirer. Et avec l'expérience des cadres, ça va servir au final.