La France reste invaincue !

L’équipe de France a eu chaud mais elle est finalement sortie vainqueur du choc du groupe A en triomphant de la Pologne (69-66).

Tony-Parker-1400

Ce France-Pologne a un parfum de choc du groupe A. Après la défaite d’Israël cet après-midi (contre la Bosnie après prolongation), les deux équipes sont les seules formations encore invaincues. C’est donc la suprématie de la poule qui est mise en jeu au sein de la Park&Suites Arena de Montpellier ce soir. Les Bleus ont pu faire le plein de confiance après leur large victoire contre la Bosnie hier soir (81-54) mais il ne faudra pas prendre de haut la Pologne, équipe en progression sur l’échiquier européen. Emmenés par le pivot NBA Marcin Gortat – dont son duel avec Rudy Gobert promet d’être sacrément engagé – les rouges et blancs ont des arguments à faire valoir. Vigilance donc.

En marge du résultat de la rencontre, Tony Parker deviendra, sauf tremblement de terre, le meilleur marqueur de l’histoire de l’Eurobasket ce soir. Un record qu’il co-détient pour l’instant avec le grec Nikos Galis (1030). Le prochain panier du meneur de l’équipe de France aura donc un parfum tout particulier… on ne serait pas étonné que les Bleus joue leur première attaque pour leur superstar, comme l’a annoncé Vincent Collet en conférence de presse hier.

Les deux équipes viennent de faire leur entrée sur le parquet il y a quelques minutes pour débuter leur échauffement. On se retrouve à la MT, bon match à tous !

Première MT : France – Pologne

On avait anticipé un match difficile pour l’équipe de France et on ne s’était pas trompé. Après dix minutes, les Bleus n’ont su se défaire des Polonais accrocheurs et bien regroupés autour de la raquette en défense (14-14). Marcin Gortat et ses coéquipiers ont verrouillé l’accès au cercle dès l’entame de match, forçant les joueurs de Vincent Collet à prendre leurs responsabilités à mi-distance. C’est d’ailleurs sur un shoot comme il en a mis des milliers au cours de sa carrière que Tony Parker est devenu le meilleur marqueur de l’histoire de l’Eurobasket, inscrivant au passage le premier panier de son équipe durant la rencontre. Avec 1032 points (série en cours), TP a désormais officiellement dépassé la légende grecque Nikos Galis sous l’ovation du public de Montpellier.

Les Bleus ont encore laissé des tirs ouverts à leurs adversaires, auteurs de deux shoots primés dans le premier QT. La Pologne avait même pris les devants avant que le « Président » Boris Diaw remette ses coéquipiers dans le droit chemin. Que ce soit dos au panier, à mi-distance, ou en près du cercle, l’intérieur de l’EDF a donné le tournis à la défense adverse en inscrivant trois paniers consécutifs. On a aimé : L’énorme tentative de dunk d’Evan Fournier conclu par une faute de la défense polonaise. La zone polonaise a continué à poser des problèmes aux Français dans le second QT et il a fallu multiplier les possessions dos au panier (d’abord Nicolas Batum puis Mike Gelabale) et une circulation de balle accrue amenant un shoot ouvert à trois-points de Nando De Colo pour que les Bleus prennent l’avantage à un peu moins de trois minutes de la pause (25-23). Si les tricolores ont pris l’eau dans leur propre raquette pendant une bonne partie de la période, le retour de Rudy Gobert, tout de suite auteur d’un gros block, a remis de l’ordre dans la peinture et a calmé – au moins temporairement – les ardeurs offensives des rouges et blancs. A la pause, les champions d’Europe en titre prenaient donc une courte tête (30-26).

Deuxième MT : France 69 – 66 Pologne

Les Bleus ont passé la seconde dès le début de deuxième période. C’est d’abord Rudy Gobert, intenable des deux côtés du parquet, qui a régalé la foule présente à la Park&Suites Arena de Montpellier en enchaînant un dunk, un block puis un nouveau dunk. Dans son sillage, Tony Parker a pris les choses en main en attaque pour offrir 8 points d’avance aux Bleus (42-34).

Bien mieux organisés en défense, les joueurs de Vincent Collet ont étouffé les Polonais pendant les cinq premières minutes du troisième QT. Mais le relâchement de ce côté du parquet leur a coûté cher lorsqu’Adam Waczynski a puni les errements défensifs par deux nouveaux shoots à trois-points, ramenant ainsi son équipe à quatre points (48-44). Le plus dur reste donc encore à faire à dix minutes de la fin du match (52-47).

Les Français ont pu compter sur les exploits individuels de Nando De Colo et de Mike Gelabale, déterminant en sortie de banc et efficace dos au panier, pour entretenir l’écart dans les premières minutes du dernier QT. L’EDF s’est même donnée un peu d’air pour la première fois de la rencontre suite à un panier de Joffrey Lauvergne, bien servi par Nicolas Batum après un renversement de De Colo, encore excellent aux commandes (60-51, six minutes à jouer). L’euphorie fut de courte durée. Tenace, la formation de Mike Taylor est revenue progressivement dans le match pour ne compter que trois petits points de retard suite à un nouveau tir extérieur d’A.J. Slaughter à 1 minute 30 du buzzer. La faute à un nouveau relâchement en défense de la part de l’EDF. Comme souvent, Tony Parker est venu sauver les meubles en convertissant un layup avant de provoquer des lancers (2/4). La France a transpiré mais elle sort finalement vainqueur de ce choc !

Tags : , , , , ,
Comments

Commentaires

Comments are closed.