La France se qualifie dans la douleur

Dans une ambiance hostile, les Bleus ont eu toutes les peines du monde à se défaire de l’Iran.

Pietrus

Quelques accrochages entre Florent Piétrus et Hamed Haddadi, quelques coups de sifflet en faveur des Français et voilà que le public espagnol s’est mis à supporter avec ferveur une équipe iranienne que l’on pensait enfin hors de portée d’un exploit. L’ambiance s’est réchauffée soudainement alors que la rencontre n’était jusqu’alors que peu excitante. Une foule bien plus hostile que lors du choc contre l’Espagne s’est décidée à siffler à siffler chaque possession tricolore et à applaudir chaque panier de Madhi Kamrani (17 pts), Samad Nikkrah (23 pts) et consorts. L’atmosphère était bien plus étouffante et les Bleus n’ont pas craqué, même s’ils se sont fait peur. En l’espace de quelques minutes, l’écart est passé de quinze à cinq points en faveur de l’équipe de France.

« On a fait des mauvais choix, on s’est endormi et on a fait des fautes stupides et on leur donne des lancers-francs », explique Edwin Jackson.

Les joueurs de Vincent Collet ont terminé la rencontre comme ils l’avaient débuté, à savoir en multipliant les pertes de balles et les fautes d’inattention. En difficulté face à la défense de zone mise en place par l’Iran, ils ont déjoué complètement, étant même distancés de 10 points à l’issue des dix premières minutes (13-23).

 « Les gens ne se rendent pas compte parce qu’on a pris 20 points hier mais les joueurs étaient très fatigués, ils n’ont pas eu le temps de récupérer », témoigne Vincent Collet.

Les champions d’Europe en titre ont su se ressaisir dès l’entame du deuxième quart en se montrant bien plus agressif en défense. Des Bleus retrouvés, à l’image d’un Evan Fournier enfin incisif. Le joueur du Magic a terminé la rencontre avec 13 points et il était l’un des investigateurs de la révolte français dans le second quart temps. La France était en tête à la pause avant de finalement prendre les devants dans le troisième QT. L’écart a gonflé et on pensait les Bleus à l’abri d’un retour iranien. Du moins, jusqu’à cette fameuse bronca du public et ce sursaut d’orgueil d’une équipe portée essentiellement par trois joueurs (Kamrani, Haddadi et Nikkrah ont inscrit 62 des 76 pts iraniens). Mais l’essentiel est là, à savoir la victoire et surtout la qualification pour les huitièmes de finale.

« Nous ne sommes pas satisfaits, nous visons plus grands », prévient déjà Vincent Collet, qui a déjà répété à plusieurs reprises que le statut de champion d’Europe conférait à son groupe le devoir d’être ambitieux.

En terminant troisièmes de leur groupe, les tricolores pourraient retrouver l’Espagne en quart de finale. Mais avant de passer à une revanche avec le pays organisateur, ils devront venir à bout de l’Argentine ou de la Croatie. Pas une mince affaire.

.

3e QT : France 63 – 49 Iran

La France creuse l’écart grâce à deux paniers consécutifs de Boris Diaw dont un shoot à trois-points. 42-33 pour l’EDF et temps mort demandé par le coach iranien.

Et nouveau tir primé de Joffrey Lauvergne à la toute fin de la possesion ! Déjà deux tirs à trois-points pour le pivot tricolore.

Et un joli airball de Lauvergne derrière l’arc dans la foulée. Rudy Gobert prend sa place sur le parquet.

Par contre Fournier est toujours aussi chaud ! Servi par Diaw dans le corner, il inscrit un nouveau tir extérieur. 13 points pour lui.

Belle pénétration de Thomas Heurtel qui répond au panier de Bahrami. 43-52 en faveur des champions d’Europe en titre.

L’écart grimpe petit à petit même si l’on assiste pas à une rencontre très excitante à regarder. 59-47 pour les Bleus suite à un panier à trois-points des Iraniens.

Les shoots à mi-distance après le dribble, la spécialité de Thomas Heurtel. 8 points au compteur pour le meneur de l’équipe de France et 63-49 à la fin du troisième QT. Bon, ça sent quand même bon la qualif’.

4e QT :

Nikkrah Bahrami continue son festival. Nouveau panier à trois-points de l’ancien palois, de quoi porter son total à 18 points depuis le début de la rencontre. La France mène toujours (70-55) à 7 minutes de la fin du match.

Thomas Heurtel est lui aussi dans un bon jour. 13 pts pour lui après ce tir à trois-points. A noter que Vincent Collet fait déjà tourner, Kim Tillie et Charles Kahudi sont sur le parquet.

Joli shoot de loin de Kim Tillie. Les réservistes de l’équipe de France maintiennent l’écart alors que le ton monte depuis plusieurs minutes entre Florent Piétrus et Hamed Haddadi.

ET LE DUNK SPECTACULAIRE DE KAHUDI !

Le public espagnol affiche clairement son soutien pour l’Iran, voilà de quoi les calmer quelques secondes.

Deux tentatives ratés de Fournier sur la ligne, le tout sous les huées des supporteurs espagnols. La France mène 79-67 à moins de quatre minutes de la fin du match.

L’ambiance est monté d’un cran à Grenade ! L’Iran est repassé sous les dix points grâce à son trio infernal composé de Bahrami, Kamrani et Haddadi. Temps mort pour l’EDF.

Balle perdue d’Antoine Diot et deux points pour l’Iran. Les Bleus négocient mal leur fin de match dans une ambiance complètement folle. LA FOULE EST PLUS HOSTILE QUE PENDANT FRANCE-ESPAGNE !!!!

BORDEL LA SALLE EST MÊME PAS PLEINE !

Joffrey Lauvergne est venu apporter un peu de sérénité avec ce panier important. 81-74 pour l’équipe de France.

Victoire des Bleus ! Ce fut difficile et l’équipe de France a connu deux gros passages à vide (en premier et quatrième QT) mais elle assure l’essentiel avec la qualificatiion pour les huitièmes.

Tags : ,
Comments

Commentaires

Comments are closed.