France-USA : 1er round

L’équipe de France masculine affrontera Team USA cette après midi dans un match qui s’annonce percutant.

Samedi 28 juillet 2012, dans une salle d’entraînement encore mieux planquée que des ogives nucléaires en pleine guerre froide, l’équipe de France termine son dernier practice à moins de 24h de son entrée en lice dans la compétition internationale la plus prestigieuse. L’ambiance est plutôt légère. Tandis que les joueurs finissent tranquillement l’entraînement en prenant des tirs, Vincent Collet se dirige vers les quelques rares journalistes qui ont entrepris le périple pour rallier cet ultime point presse avec un grand sourire.

« Ça c’est un bon entraînement, on l’a commencé au complet et on l’a finit au complet », plaisante-t-il.

Derrière le trait d’humour, on sent tout de même un réel soulagement vu la préparation compliquée qu’a connue l’équipe de France. Entre les blessures des uns et les problèmes contractuels des autres, la route de Londres a été pavée de nombreux obstacles. La grande question qui restait toujours en suspens concernait d’ailleurs l’était de santé de Tony Parker qu’une épaule douloureuse avait poussé au repos. Là aussi, Vincent semblait plutôt confiant ou tout du moins résolu à devoir avancer malgré les incertitudes.

« On va utiliser Tony comme d’habitude, simplement c’est lui qui estime n’en être qu’à 70% de ses capacités. On souhait qu’il remonte le plus vite et le plus possible, ça on verra. Il y a aussi la problématique Batum, puisqu’il n’a qu’une semaine de compétition et qui n’est pas certainement à son meilleur niveau non plus. »

« Leur structure de jeu est relativement simple, mais elle est servie par de très grands joueurs. »

Et pourtant, dès cette après-midi, l’EdF aura besoin d’être tout de suite d’attaque pour le choc face à Team USA. Une entrée en matière brutale, mais que le groupe annonce vouloir jouer à fond pour se mettre dans le bain.

« Ça va nous mettre tout de suite dans l’intensité des JO », nous expliquait Ali Traoré sur la façon dont l’équipe abordait ce challenge.

« On va être tout de suite dans le dur. On va jouer à fond. S’il y a moyen de gagner, on va essayer de le faire mais il ne faut pas oublier qu’il y a d’autres matches de haut niveau derrière. Il ne faut pas se cramer tout de suite. »

Il est vrai que malgré le buzz autre de ce match, ce n’est probablement pas la rencontre la plus importante de ce premier tour pour la France. Team USA ayant toutes les chances de finir quoi qu’il arrive premier de son groupe, c’est surtout contre les autres grosses équipes qu’il faudra absolument réussir son coup.

« Je suis content d’y rentrer parce que je crois que le groupe attend ça. Il faudra se servir des matches pour avancer et surtout en gagner pour se qualifier en quarts de finale. Le vrai enjeu il est là », précise Vincent Collet.

« Le match contre les Américains, on va le jouer à fond parce que c’est important, d’abord pour ne pas se faire corriger, et après on pensera au suivant qui à mon sens aura encore plus d’importance en termes de classement. »

Si James Harden avouait en conférence de presse vendredi que l’équipe américaine ne s’était pas encore vraiment penchée sur le cas de la France parce que c’était encore « un peu tôt », le staff tricolore, lui, a déjà étudié la question et a tiré quelques enseignements intéressants des matches de préparation des Américains.

« Team USA n’a peut-être pas autant de choses, dans la stratégie, que d’autres équipes prestigieuses du tournoi, mais c’est aussi parce qu’ils n’en ont pas besoin », prévient-il.

« Ils ont tellement de qualités individuelles que leur structure de jeu est relativement simple, par contre elle est précise, efficace et surtout elle est servie par de très grands joueurs. »

Ce qui rend cette équipe particulièrement compliquée à manœuvrer, selon Collet, c’est notamment la polyvalence dont va disposer Coach K à l’intérieur.

« Le fait qu’ils jouent très souvent avec des trois/quatre à la place des intérieurs leur donne un avantage sur toutes les autres équipes. On pourrait penser, à l’inverse, qu’ils souffriraient beaucoup de l’autre côté du terrain, mais ils ont organisé un système défensif qui limite considérablement l’avantage des adversaires. En plus nous on n’est pas très grands, mais même les Espagnols, quand ils ont joué les Américains, on a pu voir que les Gasol n’avaient pas beaucoup la balle poste bas, même sur les mis-matches.

Ce qu’a fait l’Argentine était intéressant. Ils ont insisté sur l’alternance des défenses entre l’homme à homme et la zone. Le fait que les Américains jouent beaucoup sur le tir extérieur parce qu’ils utilisent leurs intérieurs sur des écartés plutôt que sur des rouler au panier fait que ce type de défense peut parfois les inciter à ne plus faire que du jeu en périphérie. Encore faut-il tenir les intervalles et les pénétrations parce que si les tirs sont pris dans un fauteuil, ils ratent rarement la cible… »

« On est le petit contre l’ogre. »

La dernière fois que ces deux équipes se sont rencontrées en compétition officielle, c’était justement aux Jeux Olympiques, il y a douze ans de cela, mais c’était lors du dernier match du tournoi et non l’un des premiers. A l’époque déjà, on avait promis l’enfer aux Français qui s’en étaient pourtant sortis la tête haute, ne passant peut-être même pas si loin que cela d’un exploit retentissant. Depuis, la hiérarchie internationale a largement été bouleversée et les USA ont dû repartir au charbon pour retrouver leur place au sommet. En étant champions olympiques et champions du monde en titre, on peut comprendre qu’ils donnent l’impression d’être à nouveau retournés vers une certaine forme de décontraction. Vincent Collet ne voit d’ailleurs rien de blessant à l’encontre de la France dans les propos du barbu du Thunder.

« On est le petit contre l’ogre. C’est normal, quand on est un ogre, qu’on impose sa façon de jouer et qu’on ne se soucie pas particulièrement des adversaires. Je pense que les Américains ne feraient pas autrement avec une autre équipe, c’est leur façon de faire et pour l’instant ça leur réussi. »

Espérons que ça ne sera pas éternellement le cas.

Tags : , ,
Comments
Rédacteur en chef de BasketActu.com, BasketSession.com et du magazine REVERSE. Email | Compte Twitter

Commentaires (2)

  1. AND11

    Allez un prono ?

    96-69.

  2. vince72

    Pour moi çà va pas être la raclée attendue, bien au contraire, on a rien à perdre c'est du bonus pour la suite.