Frédéric Fauthoux : « De la fierté d’avoir vu évoluer des hommes et des joueurs »

A l’heure de faire un premier bilan de la saison, le coach du Paris Levallois Frédéric Fauthoux est revenu sur la fierté qu’il a eu avec son staff de coach son groupe.

fauthoux 3Pour le Paris Levallois la saison 2016/17 a pris de manière abrupte après une défaite face à Chalon lors du match 4 des 1/2 finales des playoffs de Pro A. S’ils sont complètement passés à côté de leur sujet, cela ne doit pas entacher leur belle saison qui est allée bien au-delà de tous les pronos d’avant-saison. Aussi Frédéric Fauthoux n’a pas caché la fierté que lui, son staff et le club ont eu en voyant l’évolution de l’équipe sur toute la saison.

« Pour commencer l’adversaire ne m’intéresse pas. Je pense que le manque d’expérience d’enchaînement de ce genre de matchs nous fait cruellement défaut. Pour savoir jouer ces matchs-là il faut y revenir régulièrement. Je ne pense pas qu’il y’ait eu de la fébrilité; les gars ont tout donné et c’est ce que je retiens de ce match 4. Je ne sais pas ce qu’il se passe dans la tête des joueurs mais on a senti un petit relâchement dans ce second quart-temps alors que l’on ne la pas eu dans le match 3. Les gars ont été moins en place sur ce match-là que lors des matchs précédents. Sur la série je pense qu’on aurait mérité de gagner un match à Chalon. Ils ont eu beaucoup de chance sur un ou deux matchs. Dans les vestiaires j’ai dit à mes joueurs que j’avais eu énormément de fierté, mais pas que moi tout le staff et le club aussi, d’avoir vu évoluer des hommes et des joueurs individuellement et collectivement. Çà c’est une victoire que personne ne nous prendra. On a su créer quelque chose de fort et quelque part le sport c’est ça aussi, ce n’est pas que donner des conseils à tout l’entourage du basket.

Quand je jouais j’étais déjà très attaché à tous les groupes. C’est comme ça que je fonctionne. Je n’ai aps peur d’une vague de départs car c’est la loi du métier. Certains joueurs ne sont pas prêts à partir, maintenant ils feront ce qu’ils voudront. S’ils sont aussi sollicités par d’autres clubs c’est qu’ils le méritent et qu’il y’a eu du bon travail de fait, surtout par rapport à comment on nous voyait en début de saison. C’est la rançon de la gloire mais je ne désespère pas d’en garder quelques uns pour partir sur une bonne base l’année prochaine. On sait que ça ne sera peut-être pas la même saison que cette année mais j’espère que l’on pourra travailler un peu dans la continuité. Mais si l’on avait laissé mes joueurs tranquilles pendant les playoffs ça aurait pu être plus facile. Peut-être qu’il va falloir travailler là-dessus avec la Ligue, que les joueurs en jeu ne soient pas emmerdés ».

Crédit photo : Ann-Dee Lamour

Tags : ,
Comments

Commentaires

Comments are closed.