Frédéric Fauthoux : « Les gars ne sont pas des machines »

Frédéric Fauthoux, coach du Paris Levallois, le concède : il est compliqué de tirer sur les joueurs quand il n’y a plus à rien à jouer.

48 heures après un match harassant contre Strasbourg le Paris Levallois n’a pas eu les jambes face à Nanterre. Si pour Frédéric Fauthoux la victoire de la JSF ne souffre d’aucune contestation, l’entraîneur a regretté certains coups de sifflet contre son équipe.

« A l’image du match de Strasbourg le dernier quart-temps nous a fait très mal.  on a voulu rendre service à un club qui jouait une coupe d’Europe, on l’a pris en  pleine face car on ne s’attendait pas à avoir un match si près contre Nanterre. Mais c’est comme ça. Je ne pense pas que l’on mérite de prendre un tel éclat, on aurait pu vraiment revenir. J’espère qu’un jour cette équipe sera autant respectée que les autres. cette faute sifflée à 40s de la fin du troisième quart-temps franchement je vous le dis sincèrement ça fait un peu ch****. On aurait quand même perdu le match mais ça aurait été un peu plus sympa. C’est très très dur de se motiver quand on n’a plus grand chose à jouer, les les . Après je confirme que Nanterre mérite largement sa victoire mais je pense qu’on aurait pu les titiller un peu plus si le troisième quart-temps avait été propre ».

Crédit photo : Ann-Dee Lamour

Tags : ,
Comments

Commentaires

Comments are closed.