ALL STAR GAME

Gary Florimont : « Orléans ? C’est un peu les Golden State Warriors de la Pro B »

L’intérieur parisien Gary Florimont est revenu sur la grosse réussite d’Orléans à trois points. Tout en donnant des conseils à ses jeunes coéquipiers.

La première victoire en championnat de Pro B du Paris Basketball attendra. Face à Orléans, les Parisiens ont tenu un peu plus d’une mi-temps, avant de sombrer à la suite de deux stops défensifs mal négociés. Résultat : l’OLB a envoyé un 12/16 au tir primé pendant cette période creusant un écart rédhibitoire (victoire 88 à 70). Le capitaine Gary Florimont est revenu sur cette grosse réussite, ainsi que sur le goût e la défaite qu’il essaye d’inculquer à ses jeunes coéquipiers.

« Jusqu’à la mi-temps on est dans ce que l’on veut faire. On perd Gauthier (Denis) avec son entorse, on n’avait déjà pas Jevhon (Sheperd, blessé pour six semaines aux adducteurs). Pour amener de la densité physique sur les ailes, ça réduit un petit peu. Orléans, en face, on connaît. Ce sont les Goldent State Warriors de la Pro B. On sait que Germain (Castano) aime quand ça joue vite, que ça shoote à trois points.

La situation ne me fait pas peut. Mais pour les jeunes joueurs, je sais que c’est important d’aller chercher une victoire pour leur permettre de progresser sereinement. Il ne faut pas qu’ils tombent dans une spirale où ils hésitent. Leur force ça va être leur instinct, leur agressivité, leur brin de folie, mais ils ne doivent pas perdre de ça. La pire des réactions serait de trop cogiter.

Les jeunes je leur dit « vous avez la chance d’avoir un coach comme ça ». A leur âge, je n’ai pas eu la chance d’avoir un coach comme ça. Je vous jure, parfois j’avais peur d’aller à l’entraînement. Là, c’est un coach qui aime les jeunes. Je leur ai dit « pas de soucis si vous prenez un shoot, vous êtes le demain de ce sport. Mais en défense, je vais être intraitable avec vous ».

Il ne faut pas prendre goût à la défaite. Winner, loser mentality… c’est un truc auquel tu t’habitues. S’il faut que vous regardiez le match quinze fois pour ne pas accepter, il faut le dire. Il ne faut pas trouver d’explications, de justifications. On a perdu parce que l’on a été nul, point barre. Il ne faut pas s’habituer à subir, c’est le message que j’essaye de leur faire passer tout le jour. Parce que si tu t’y habitues, c’est une saloperie que tu as dans la peau et dont tu as du mal à te débarrasser ».

Crédit photo : David Haynau

Tags : , ,
Comments

Commentaires

Comments are closed.