Georgi Joseph : « Ma priorité c’était l’Elan Béarnais ! »

Georgi Joseph met les choses au clair et s’explique sur son départ de Pau. Verbatim.

« Je sais que je pars depuis un bon moment déjà. Ma décision a été prise et quand elle est prise, elle est prise. Je pars pour des raisons personnelles. Les négociations se sont très mal faites. L’Elan m’a approché et ça ne s’est pas très bien passé. Certaines personnes essaient de rejeter les fautes sur mon agent, mais ce n’est clairement et totalement pas le cas. J’ai jugé que la toute première offre que me faisait l’Elan était limite ridicule. Je ne sais même pas comment décrire ça car les mecs savent très bien quelle était cette offre. J’en ai parlé avec tous mes coéquipiers, ils m’ont dit que c’était inadmissible.

Suite à ça je me suis dit que soit le travail que je fourni n’est pas suffisant, soit pas apprécié de certaines personnes. Je comprenais que les finances soient serrées et qu’on ne me ferait pas d’offre faramineuse, mais je m’attendais quand même à plus que ça. Quand je regarde les joueurs avec lesquels j’ai joué… La première saison que j’ai joué je jouais en pigiste, financièrement, je prenais moins d’argent que j’ai pris à Aix-Maurienne qui était un club qui avait la deuxième masse salariale la plus petite de Pro B. J’ai fait des efforts à Pau. La première année, après la monté, ça s’est mal passé, les négociations ce sont mal passées e j’ai failli partir. Je suis resté vraiment pour continuer l’aventure avec cette équipe-là, parce que nous avions vraiment un bon feeling, un bon groupe, j’ai vraiment voulu continuer avec eux. Au lieu de poursuivre ailleurs, je me suis dit qu’on avait fait un bon chemin ensemble et que je verrais ce qui pourrait en sortir.

L’année suivante, je suis resté une nouvelle fois pour un salaire qui n’était pas faramineux, j’ai fait un deuxième effort. Pendant la saison j’étais blessé, j’ai pris sur moi j’avais envie d’aider l’équipe, j’ai joué. J’ai mis de côté les pépins physiques pour trois mois me donner à 200% pour le club. Il est normal qu’après ça, quand tu vois que ton travail n’est pas apprécié, tu fasses la gueule !

A partir de la première offre qu’ils m’ont faite, c’était 80% de chance que je ne reste pas. J’étais vraiment déçu, je suis tombé de très, très haut. Pour moi, c’est là que les négociations ont capoté. C’était le commencement de la fin. Je vois beaucoup de personnes dirent dans les journaux que c’est la faute de mon agent, que l’on a jamais laissé la porte ouverte aux négociations, j’ai attendu… J’ai attendu que l’Elan me fasse une bonne offre comparée aux autres équipes qui me faisaient des offres bien plus élevées. C’est facile de dire que Georgi n’a pas fait d’offre… Quand je regarde le cas Gipson, qui soit disant a demandé 300 000, quand on donne une offre, une offre de la part des joueurs, c’est trop. Et quand on n’en donne pas, comme Antoine Mendy, c’est pas assez. A un moment il faut savoir, soit tu veux qu’on te donne un chiffre, soit tu ne veux pas qu’on t’en donne, mais au moins quand tu en donnes un, donnes en un à la valeur du joueur ! J’ai été déçu que les gens m’appellent en me disant qu’ils en veulent à mon agent, qu’il a mal jugé la chose… Non, mon agent n’y est pour rien. Avant de prendre ma décision, j’ai laissé la chance à l’Elan, à Didier Gadou, de me faire une offre. Je lui ai dit que j’avais des propositions, et que j’attendais une meilleure offre de sa part, et que s’il ne la faisait pas… Après ils se sont manifestés vraiment sur la fin, vraiment quand j’avais pris ma décision de partir. J’étais déjà à 100% sûr de ne pas rester et c’est à ce moment là qu’il a décidé de se manifester.

Ma priorité c’était l’Elan Béarnais, je voulais rester. C’était ma priorité ! Ça m’a fait tellement plaisir la manière dont les supporteurs m’ont accueilli, m’ont dit de rester… Le staff, le coach m’auraient demandé de rester je serais resté les yeux fermés mais le reste n’a pas suivi. J’étais prêt à faire des efforts, que ce soit financier ou matériel pour rester là. Pour moi, dans ma tête, il n’y avait pas doute que je restais à Pau. Après la Semaine des AS, après certaines histoires, je me suis demandé si ma place était vraiment ici. Je me suis mis à douter, ça a freiné mon élan, freiné mon enthousiasme pour rester dans le club.

Mon destin était aussi lié à celui d’Antoine, Teddy et Marko. Quand tu vois que certains de tes coéquipiers, certains de tes meilleurs amis, tes meilleurs potes, un à un ne restent pas… Ça ne donne pas envie de rester non plus. Quand tu as vécu quelque chose avec un groupe comme ça, la seule envie que tu as c’est de continuer avec le même groupe et d’avancer. Après c’est clair que c’est le basket, tu ne pourras jamais satisfaire tout le monde ou garder une équipe indéfiniment. Mais bon, il y a des efforts à faire, des manières de faire les choses aussi. Quand je vois l’acharnement médiatique qu’a vécu Antoine ! Antoine c’est un ami. Ça ne peut pas me faire plaisir. Comme moi, il a fait des efforts, mais il a fait encore plus d’efforts, si il y a quelqu’un qui méritait de rester ou qu’on s’aligne sur quoi que ce soit c’est bien Antoine Mendy ! Tout ce qu’il a donné pour le club, la manière dont le club et les supporteurs l’ont accueilli, la question ne se posait pas. C’est un joueur emblématique de l’Elan Béarnais ! Il a connu la descente, il a connu la remontée, le maintien… C’est un joueur qui compte vraiment pour tout le monde dans le Béarn. A partir du moment où ils se sont acharnés sur lui, ça m’a touché aussi…

Mon but maintenant est de trouver un bon club de Pro A et de continuer à me développer. Je voudrais aussi me rapprocher de ma famille. Le Béarn est une région magnifique, mais c’est loin de tout. J’ai eu quelques problèmes familiaux cette année, et je n’ai pas pu être prêt de ma famille et ça m’a fait mal. Je n’ai pas pu être présent, pour ma famille ça a été difficile, même si je ne l’ai pas laissé transparaître sur le terrain. Quand on perd quelqu’un dans sa famille et qu’on ne peut pas être là pour ses cousines, cousins, pour les supporter moralement et physiquement, c’est dur. Ce n’est pas une situation que j’ai envie de revivre au quotidien. J’ai aussi envie d’être là pour ma famille.

J’ai eu des offres très intéressantes que j’ai été obligé de décliner par rapport à beaucoup de chose, l’aspect sportif, le fait que je veux rester en Pro A et mes ambitions sportives. Je veux un club ambitieux, avec des joueurs motivés et si possible que je connais, que j’ai côtoyés sur où en dehors des terrains… Je veux savoir qu’il y a un bon feeling, qu’il y a un coach et un projet intéressants. Je ne veux pas aller en Pro A juste pour être en Pro A. J’ai quand même des ambitions sportives et des buts à accomplir. »

Tags : ,
Comments

Commentaires (16)

  1. Millesime

    Comme ca, tout est dit.

    Cela ne m'etonne qu'a moitie'. Bussiness is Bussiness. La morale, on se torche avec, tant qu'on peut faire du fric

  2. gigijunior

    alors, autant quand il était à Maurienne, je l'avais vu joué et je l'avais pris pour un sale mec, mais ca a l'air d etre un vrai bon mec, et j'ai l'impression que Gadou à la tete de l'elan n'est pas clair!!Georgi et Mendy ont fait des efforts pr l'Elan, et on dirait que à la tete de l'Elan,on s'en fout!

  3. Moumounigan

    Si Pau se serait qualifié en PO, la situation du club aurait été probablement différente…..

  4. Joker

    Je doute pas de la vérité de ses propos, mais faut quand meme prendre du recul… On connait pas grand chose à l'affaire. Et le portrait qu'il dresse de lui meme et de Mendy est quand meme très subjectif… "on a fait des efforts, on s'est battu dans l'arene malgré les blessures" etc…

    ça fait presque trop romanesque. Il ne cite pas de chiffres donc est-ce que Mendy et lui n'ont pas des attente exorbitantes ?! SI c'est le cas, est-ce que de telles demandes sont justifiées par tous les efforts qu'ils ont pu faire …?

    J'en sais absolument rien, et vu le systeme business, fric-fric, du basket ojd, son coup de gueule semble logique. Mais ça fait très "on est les gentils, ils sont les méchants" en gros…

  5. Jay Williams

    L'Elan se traîne pas mal de casseroles quand même au niveau des renouvellement de contrat.

  6. AND11

    « Ma priorité c’était l’Elan Béarnais ! »

    Mytho

  7. bball fever

    Le problème vient surtout d'une gestion approximative et d'un énorme oursin dans le portefeuille de didier Gadou…

    C'en est écoeurant, les efforts ne sont pas fournis en haut pour une équipe qui a tout donné pour remonter et faire une saison honorable en Pro A. Georgi est un symbole ici, et il restera béarnais comme le sont Carter, Bisseni et consorts.

    J'espère que les choses vont changer à Pau, surtout à la mairie…(martine, si tu m'entends)

  8. Rahsaan

    Comme dirait Joker, au fond, on ne connaît rien de cette affaire. Avant de juger Pau, il faudrait savoir leur version des faits. Quand je vois que Gipson demande 300K€ ca me parait beaucoup, c'était pas non plus la star du championnat (même si je l'adore et que je le verrais bien à l'ASVEL).

  9. Tapion

    Il y a au moins 100k de trop dans la demande de Gipson quand même. Sinon c'est que les prix sont devenus fous.

    Sinon c'était plutôt intéressant ce qu'il a dit. Après peut être qu'il faut faire la part des choses et prendre un peu de chaque côtés pour trouver la vérité, mais intéressant.

  10. johnlejoueur

    Ouais, tout n'est pas très clair et on connait pas tout dans cette histoire.

    Après je trouve que ces exigences pour jouer sont quand même assez forte : un bon club, des potes, un bon salaire et les PO minimum… Allo Georgi, on est pas dans le monde merveilleux des bisousnours! Aussi bon que qu'il puisse être, je le trouve très (trop) exigent.

    Qu'il nous dise clairement où il veux jouer, avec qui et pour combien, ça aidera les clubs à le recruter!

  11. Burt Cassander

    là ça fait 2 joueurs qui se sont donné pour Pau qui se retrouvent dans cette situation, on peut se permettre de douter de la bonne volonté de Gadou aussi non?

    Et il a été assez honnête pour dire que Gispon demandait trop et Mendy ne demandait rien …

    La gestion du cas Mendy a été nul de la part de Gadou, tu le traites pas dans la presse comme il l'a fait !! Dommage j'aimais bien comment ils avaient géré l'intersaison et le début du championnat.

  12. misterD

    Que se soit vrai ou pas, ce que l'on appréciera avant tout chez ce joueur c'est son professionnalisme et sa classe…

    "C'était ma priorité", mais je casse bien du sucre sur l'Elan quand même. Un peu d'élégance, jusqu'à présent il l'a accepté le fric du PLO non?

    Si ça ne lui convient plus et qu'il trouve mieux ailleurs très bien, c'est la logique du sport professionnel, le bruit qu'il fait autour de cette affaire c'est digne d'une cours de récré.

  13. stef

    je ne rentrerai pas dans le débat. le fric…c'est l'anti-sport. tout ce que j'ai à dire c'est que georgy est un homme de valeurs et c'est là son plus grand mérite. georgy depuis cette semaine tu as un nouveau fan agé de 10ans continue a le faire rever.