William Gradit : « C’était vraiment chaud, ça faisait deux ans que je galérais »

Après un passage mouvementé en Pro B, William Gradit vient de prolonger jusqu’à la fin de saison avec Cholet.

La nouvelle est tombée ce matin, le Cholet Basket Club a choisi de prolonger William Gradit jusqu’à la fin de la saison. L’ailier choletais n’avait plus renoué avec la Pro A depuis son départ de Vichy lors de la saison 2008/2009. La blessure de Fabien Causeur, mais surtout son apport défensif lui auront valu la confiance d’Erman Kunter.

Après une bonne saison à Clermont à près de 15 pts, 3 rbds, 2 pds, William avait atterri à Boulazac où il n’a joué qu’une dizaine de matchs avant de voir son contrat rompu pour des difficultés extra basket. Ce passage en Pro B à partir de la saison 2009/2010 a été le début d’une traversée du désert car, passé par l’équipe de France et la Pro A, William Gradit aspirait à demeurer en Pro A, voire évoluer dans une première division européenne. La période post Boulazac aura semé le doute dans son esprit. Il l’évoque d’ailleurs dans un court entretien avec BasketActu.

BasketActu : Un petit mot sur le fait de renouer avec la Pro A jusqu’en fin de saison.
William Gradit
: Pour moi c’est une bonne et grosse opportunité. Je peux dire que c’est un honneur que Cholet me signe jusqu’à la fin de l’année pour pouvoir aider le groupe.

BA : Après l’équipe de France et plusieurs années en Pro A avec Vichy qui avait réussi à rejoindre l’élite en 2007, comment tu as vécu ton retour en Pro B
WG :
Quand je suis parti de Vichy à la base, je devais partir à l’étranger donc après il fallait bien que je me retourne et que je trouve quelque chose. Les propositions que l’on me faisait en Pro A ne me plaisaient pas, et j’avais vraiment en vie de jouer. Du coup, je suis allé à Clermont car c’était ce qu’on me proposait, il n’y avait rien d’autres, on ne me proposait rien de plus. Derrière, je suis allé à Boulazac car le projet avait l’air intéressant.

BA : Suite aux événements survenus à Boulazac qui ont abouti à la rupture de ton contrat, dans quel état d’esprit te trouvais tu ?
WG :
Ben déjà, j’ai commencé par revenir à Paris. Je suis retourné dans les petites salles. Je me suis entrainé dur,  ouais « je me suis un peu minable » histoire de retrouver l’envie. Après que je sois parti de Boulazac, c’était vraiment chaud car ça faisait 2 ans que je galérais. Une fois sorti de l’équipe de France, j’étais à Vichy et les choses ne se sont pas enchainées. J’ai donc changé d’agent. J’ai eu la chance de rencontrer Miloud Dahine, ça faisait longtemps que je voulais travailler avec lui. C’est lui qui a tout géré, il m’a sorti de Boulazac, il a géré mon arrivée à Cholet. Depuis, que je suis avec lui tout se passe bien.

BA : Comment est-ce que Erman Kunter t’utilises, et qu’attend il de toi ?
WG :
Pour l’instant, je vais apporter de la défense et de l’énergie. Après, il me demande de mettre mes shoots ouverts. Pour moi c’est plus facile de rentrer dans l’effectif car il ne me demande pas de faire des choses qui ne sont pas de mon registre. Tu vois, je ne suis pas un scoreur attitré, les rôles sont déjà bien définis. Dans un rôle très défensif, il n’y a personne donc je le prends, ça fait partie de mes qualités donc je l’accepte. Ca me va très bien. Surtout, quand tu vois que Cholet est le champion de France de l’année dernière. C’est que du bonus pour moi, j’ai toujours rêvé de jouer dans une grosse équipe, et là j’y suis.

BA : Pas trop déçu de ne pas avoir pu gouté à l’Euroleague ?
WG :
Ben l’Euroleague, je ne peux pas trop en parler puisque c’était terminé à mon arrivée. Ah, c’est dommage mais je ne vais pas me plaindre non plus. Je suis bien là, je ne vais vraiment pas me plaindre.

BA : Vous avez été rejoint par Chalon en tête du classement, comment vous le vivez ?
WG :
On devait gagner à Villeurbanne. On n’a pas su faire ce qu’il fallait pour prendre ce match. Ils ont été super bons chez eux. Leur nouveau mec, Pops Mensah-Bonsu, nous a éclaté à l’intérieur. Ils nous a mis 27 pts, 39 d’eval, alors que c’est son premier match. On ne s’attendait pas à ça. Lourd de ouf ! Maintenant le championnat est très serré, il y a Roanne, Nancy et Chalon qui sont à égalité ou presque avec nous. On va voir ce week end, on enchaine Le Mans et Roanne dans les prochaines semaines. On a deux grosses semaines en perspectives.

BA : Aujourd’hui c’est quoi ta priorité ?
WG :
Pour l’instant, je profite de ce qui m’arrive en ce moment. Je m’occupe de faire mon boulot bien comme il faut. J’ai bien retrouvé l’envie de jouer et c’est le plus important. Après on verra…

Tags : , , , ,
Comments

Commentaires (8)

  1. Tozette

    "Lourd de ouf !"

    Ca pose un homme !

  2. Koni21

    Par contre "Châlons", ca pose pas la bonne ville !!

  3. Yorobauu

    La blague..on aurait été aux JO 2008 si ces gars avaient été honnêtes avec leur niveau, Yacouba D et lui

  4. Yorobauu

    Et puis, il peut remercier le reglement des JFL, il était le seul joueur français au chômage au moment où Marquis a demandé à aller ramasser de l'argent facile en Iran. Sinon Cholet aurait du signer et griller un espoir comme Pau vient le faire pour remplacer Lolo Sciarra, mais comme c'est pas la politique de la maison de griller les espoirs..enfin..

  5. Millesimes

    Bonne continuation

  6. OscarAbine

    Oh, attends ! Lui, il est venu quand on lui a demandé !

    C'est pas de sa faute si les mecs meilleurs que lui avaient tous piscine !

    S'il y a bien un truc sur lequel on peut rien lui reprocher, c'est bien celui-là.

  7. mouahah

    c'est de la rage ou de la jalousie que je vois dans certains commentaires?

    Les deux?