La Grèce avance masquée

Doucement mais sûrement, la Grèce s’impose comme un sérieux challenger pour un podium.

Quand il s’agit de citer les favoris pour remporter l’Eurobasket les noms de la France, de la Serbie, de l’Espagne voir de la Lituanie viennent spontanément. Pas celui de la Grèce qui reste un cran derrière. Pourtant les troupes de Fotsis Katzikaris ont des arguments à avancer. Premièrement avec l’arrivée du NBAer Giannis Antetokounmpo (20 ans) la Grèce a récupéré un joueur aux qualités physiques et athlétiques reconnues soit un profil qui manquait à la sélection hellène. Ensuite la greffe entre la génération de Spanoulis et celle des jeunes pousses qui montent (Sloukas, Mantzaris…) a prise. Le sélectionneur l’a d’ailleurs confirmé après le succès en huitième de finale face à la Belgique. « L’alchimie vient match après match. L’équipe grandit. Mentalement on est prêt ». « Ça fait deux mois qu’on se prépare alors on est prêt pour ce genre de match » confirme de son côté Nick Calathes.

L’autre point en faveur des Grecs sur cette rencontre fut leur capacité à trouver les solutions idoines face à une défense de zone. « On a des moves qui nous permettent d’avoir différentes options et l’aide nos pivots est primordiale » explique Katzikaris. Surfant sur une grosse confiance, la Grèce a donc toutes les armes pour faire trébucher l’Espagne de Pau Gasol. Pour Calathes « sur le papier l’Espagne est favorite, c’est normal. Mais une surprise peut arriver. L’équipe sera prête. Nous avons l’équipe, le caractère et la combativité ». En cas de succès et de qualification pour les quarts, la Grèce pourra alors définitivement ôter son masque.

Crédit photo : Ann-Dee Lamour

Tags : ,
Comments

Commentaires

Comments are closed.