Greg Beugnot : « Je ne suis pas déçu »

Malgré la défaite face à la SIG, Greg Beugnot n’est pas inquiet et est persuadé que le retour d’un Blake Schilb performant ne prendra pas trop de temps.

Greg-beugnot-large-MerciecaSur Blake Schilb et la fatigue
« Vous incorporez un nouveau joueur, on est cohérent deux quart-temps et après on ne l’est plus du tout. Pourquoi ? Parce que ça arrête quand on a des nouveaux joueurs, il faut remettre le collectif en place et ainsi de suite. Lui a besoin de retrouver des sensations en sachant que l’on n’a pas de mis de phases dans lesquelles on l’exploitait avant pour ne pas perturber le collectif. Son adaptation ne va pas prendre un mois. Aujourd’hui il est plus formaté à essayer de faire briller ses coéquipiers, il doit avoir un apport offensif beaucoup plus important que ça. Mais ça part d’un bon sentiment, ça veut dire que lui veut rentrer dans le collectif en essayant de faire des efforts car cette équipe tournait avant.
[…] On est dans la conséquence de ce qui nous est arrivé avant. On touche l’usure d’Andrew qui a été sollicité parce que Daniel a été suspendu un mois; ce soir (mardi) il est moins en rythme et surtout pas présent en adresse. On a eu un nouveau joueur qui arrive, la blessure de Nico deux jours avant le match. On vit avec des péripéties comme ça depuis le début de l’année et sur la qualité du jeu de Strasbourg dans les deux derniers quart-temps je pense que c’est un peu la goutte d’eau qui fait déborder le vase. On sature dans notre jeu de transition, dans notre jeu offensif et on paye l’usure physique de certains et ainsi de suite.
C’était pas mal mais après il faudra voir par rapport à cette usure physique de certains si jamais la digestion se fait assez rapidement mais je ne suis pas déçu parce que c’était un vrai bon Strasbourg en face. On voit qu’il nous faut encore évoluer dans notre jeu ».

Sur le programme d’entraînements pour les prochaines semaines
« Il y’a deux approches : où on fait des entraînements très longs ou on fait des entraînements sur une spécificité physique qui aujourd’hui nous est préjudiciable c’est à dire sur l’explosivité. On va plus les reformater là-dessus. Sur le foncier on est bien dans le sens où j’ai vu plus souvent les joueurs de Strasbourg qui avaient besoin ponctuellement de retrouver de l’énergie; nous ça ne nous est pas arrivé. C’est donc plus un travail physique spécifique qu’il y’a à faire avec eux. La condition on l’a mais sur l’explosivité, déjà sur le deuxième quart-temps on était un peu limite. Mais avec l’incorporation d’un nouveau joueur on n’a pas travaillé comme d’habitude ».

Crédit photo : Mercieca

Tags : ,
Comments

Commentaires

Comments are closed.