Greg Beugnot : »Augmenter notre niveau d’investissement sur le terrain »

Pour Greg Beugnot, ses joueurs doivent avant tout être plus précis sur les petits détails et retrouver une constante quarante minutes.

greg1Sur le match
« Après la rencontre j’ai pris du temps avec eux parce que ça m’énerve énormément ce que je vois par rapport à des détails. Les détails font les grandes équipes et aujourd’hui il serait temps que certains joueurs se rendent compte que c’est dans les détails que l’on progresse. Si on travaille ces choses-là et qu’on ne le met pas en application ou qu’on ne se protège pas sur le terrain, on voit certaines prestations ce soir (hier) et on voit que l’équipe est prise en otage, les coachs aussi. La responsabilité est de tout le monde : joueurs majeurs, remplaçants… Une équipe c’est une constante. Il faut que l’on augmente notre niveau d’investissement sur le terrain, que l’on soit capable sur quarante minutes d’avoir une constante et une identité. C’est de mieux en mieux mais il faut que certains comprennent que le basket ça n’est pas que le jour où on arrive à la salle. Ça ça m’énerve un petit peu.

Si c’est pour venir faire le match… En province ça n’est pas ça. En province les supporters ils attendent à la fin. En province vous vous faites casser une voiture parce qu’en province sur le terrain vous ne pouvez pas être ridicule. On a le droit de passer à côté d’un match mais il faut se battre. Je pense que ce soir (hier) ce qui nous manque par rapport à l’équipe allemande qui est très généreuse et solidaire c’est ça, c’est ces composantes-là. C’est tout, c’est très simple. Mais ça il faut le vouloir, il faut arriver et être un peu plus guerrier. C’est le rôle de chacun d’apporter quelque chose à l’équipe. Ils doivent se concentrer sur les choses que l’on demande. Là où on prendra confiance c’est dans les détails parce que ça va rassurer les coéquipiers ».

Sur le manque de constance
« S’il faut attendre que certains amènent l’équipe à un certain niveau pour prendre confiance, ça voudrait dire que l’on serait tributaire d’un ou deux joueurs et que les autres ne peuvent pas ? A Chalon, même quand Chalon revenait comme dans le troisième quart-temps où ils sont passés devant, on a toujours eu des joueurs qui ramenaient de la sérénité, qui apportaient ce fil conducteur à l’équipe. Mais ce soir (hier) quand on commence bien, c’est à d’autres joueurs d’apporter ce fil conducteur pour qu’il y’ait une cohérence sur quarante minutes. S’ils ne l’apportent pas ça plonge, c’est fini. Après ça énerve certains parce qu’il faut qu’ils récupèrent, qu’ils sont moins bien au niveau de l’adresse… A Chalon on s’en était bien sorti parce que les joueurs majeurs avaient apporté cette sérénité en permanence ».

Sur l’adresse à trois points récurrente des adversaires
« Il y’a des principes de base. Si le principe du départ n’est pas appliqué correctement… On a passé le match à leur dire « dès qu’ils vont pénétrer là on va prendre un trois points« . Ça n’est pas dur de comprendre le basket. Dès que l’on avait pu canaliser une partie du jeu d’ULM ils n’ont pas pu jouer. Si sur ce premier mouvement défensif on n’y est pas, on est mort et on prend des trois points de partout. C’est aussi simple que ça. On peut faire l’erreur une fois mais on ne peut pas la reproduire quatre ou cinq fois ».

Sur l’apport d’Elton Brown
« Elton Brown il n’est pas en forme. Il n’est pas là entre guillemets pour être un joueur majeur. Quand vous êtes sur le marché à cette époque de la saison, soit vous êtes blessé ou soit vous n’êtes pas en forme. Aujourd’hui on a un joueur de qualité qui va se remettre en forme au fil des matchs. C’est tout. Ça serait un miracle qu’un joueur qui n’est là que depuis une semaine avec nous soit plus performant que ceux qui sont là depuis deux mois. Je n’attends qu’il nous apporte un plus en rotation mais j’attends surtout que le reste soit plus consistant et que l’on n’oublie pas du jour au lendemain tout ce que l’on a traavillé et que l’on doit mettre en application ».

Tags : ,
Comments

Commentaires (5)

  1. GW

    Le seul point positif est l’aggressivité et la constance de Jawad Williams.

    Le PL est tributaire d’un ou 2 joueurs parce que mis à part Albicy ou Ewing sur quelques rares séquences, personne n’est capable de trouver des décalages interessants et surtout de se bouger pour offrir des solutions. Terriblement statique.

    Donc on s’en remet a Jawad ou a Ewing et quand les autres essayent de jouer les héros ca se finit en vieille brique.

    Brown a fait des fautes inutiles, a loupé des immanquables, il n’est vraiment pas au niveau, pourtant ces coéquipiers l’ont cherché, l’ont bien mis en position. On va dire que c’est une question de forme.

    Ca fait donc plus d’un an qu’il n’est pas en forme ? Bon…