Greg Beugnot : « La petite touche de favori est pour Gravelines »

Face à Gravelines ce soir, les Chalonnais tenteront de montrer un visage différent de celui de l’année passée en finale à Pau.

« Chalon et Gravelines sont deux équipes qui travaillent très dur de chaque côté du terrain et qui ont de la qualité des deux côtés du terrain. Ce sont aussi deux équipes joueuses en attaque. Dès qu’on prend l’ascendant psychologique sur l’adversaire, on lâche le jeu. Il y a beaucoup de similitude même si les structures offensives sont différentes. On a eu le même scénario sur les deux demi-finales. Nancy était dans le match jusqu’à la mi-temps et la finale a fini par payer même si ça ne se voit que dans la deuxième mi-temps.

On donne encore trop de lancers francs. Ce qui ne me plaît pas à la mi-temps, ce sont les 12 balles perdues et les 8 rebonds offensifs. Je leur ai demandé d’arrêter. On a bien travaillé en défense mais on a joué dans la précipitation en attaque. On lâche les ballons, on ne sait pas pourquoi. On doit encore évoluer dans ça. Tu ne peux pas laisser une équipe rester dans le match à cause de tes balles perdues.

On a ciblé certaines qualités de leur jeu.

Pour la finale, c’est plus facile pour nous de nous mettre dans la position de l’équipe frustrée par rapport à l’année dernière. J’ai déjà le debriefing pour ça. Ils ont plus d’expérience là. La petite touche de favori est pour Gravelines. Mais aujourd’hui, on doit avoir cet orgueil pour les vaincre et je pense que mon équipe est venue avec cet orgueil-là.

Quand Chalon ne défend pas, elle n’a pas la qualité offensive. Quand elle défend, elle l’a.

L’année dernière, la finale perdue a été utile pour gagner en Coupe de France. Aujourd’hui, elle peut nous aider aussi. Mon équipe est relativement jeune par rapport à l’obtention de trophées. On a évolué depuis un mois et demi et de manière très très positive alors qu’on était dans le trou physiquement. Y’avait de la volonté mais pas de rentabilité.

Depuis un petit moment, ça monte. Mon banc est prolifique, donc ça va je peux gérer. Si je suis obligé de m’appuyer sur un Schilb ou un Tchicamboud à 35 minutes, ce n’est pas bon. Si on veut être crédible au niveau de la Coupe d’Europe et de la Coupe de France, il faut absolument que les gamins soient prolifiques. Aujourd’hui, ils sont de plus en plus mature. J’ai besoin de ça. Les gamins ont du temps de jeu mais pas pour faire n’importe quoi. Ils veulent être des basketteurs, ok. Mais ils doivent mettre en application ce que je dis. Ils doivent avoir du respect pour ceux qui ont travaillé avant eux sur le terrain. Mais là, ils ont été prolifiques offensivement comme défensivement et j’en suis très satisfait. »

Tags :
Comments

Commentaires (1)

  1. Maloum

    Très très bon coach Mr Beugnot !