Grégory Lessort : « on a tout donné »

Promu capitaine en début de saison, Grégory Lessort s’est montré satisfait de sprogrès affiché mais regrette que cela n’ait pas été validé par une victoire.

 Quel bilan faites-vous de ce match ?

C’est dommage de valider ce qu’on a fait sur le terrain par une défaite. Mais on a enfin montré ce qu’on doit faire normalement, montré le vrai visage de l’UJAP, ce qu’il doit être quand on joue chez nous en tout cas. Les gars ont compris qu’on devait avoir une nouvelle mentalité, qu’on devait se battre plus et on l’a tous fait ce soir. Après, les joueurs de Fos ont mis des gros shoots au bon moment. C’est une équipe du haut de tableau donc ils sont dans la spirale des victoires, nous dans celle des défaites. Fos ça rentre. Mais je suis fier des gars quand même. On s’est battu et on s’est arraché jusqu’au bout.

 

 

 Cette envie que l’équipe a manifesté dès le début du match est quelque chose qui vous rassure ?

Oui c’est sur parce qu’avec ce qu’on a montré, ça va être comme ça chaque week-end, chaque match. On s’est ce qu’on a à faire et là on s’est retrouvé en tant qu’équipe. C’est clair que je ne suis pas inquiet pour la suite.

 

On vous avait justement reproché ce manque d’envie. Quel discours le coach et le président vous ont tenu cette semaine ?

Ils nous ont juste rappelé que Quimper avait une histoire. Que les gens sont habitués à voir du basket, pas forcément du beau basket, où il y’a des combattants, des joueurs qui s’accrochent. Ca on commence à le perdre mais si on est à Quimper, c’est qu’on est sensé être des mecs qui s’arrachent. On doit le montrer à chaque match, on n’a pas le droit de ne pas montrer ça au public en tout cas.

 

Par rapport au match de Rouen, c’est un tout autre visage. Qu’est-ce-qui s’est passé cette semaine ?

 Il s’est passé qu’on a discuté entre nous déjà et qu’on s’est dit les choses. On sait qu’on est tous dans la même situation et que c’est tous ensemble qu’on va s’en sortir. On doit faire les efforts tous ensemble et ce soir (hier) on a souvent vu cinq joueurs en pression. Après, derrière ça, c’est dommage que les arbitres aient eu un peu le sifflet facile contre nous parce qu’évidemment on est Quimper et qu’en face on joue Fos qui est troisième. Même si derrière ils nous disaient qu’ils avaient sifflé un peu vite, que la faute n’y était peut-être pas, le fait est que sur les coups de sifflets, à un moment, on est passé de -2 à -10. Après, on a du courir derrière pendant tout le quatrième quart-temps.

 

C’est le genre de performance que vous devrez renouveler ?

Oui. Défensivement, on était bien donc offensivement on partageait la gonfle. On a joué et fait les efforts tous ensemble. Derrière, on peut développer un basket plus intéressant que ce que l’on avait montré lors des journées précédentes.

 

Vous dites n’être pas inquiet mais le retard commence à se faire sentir… 

C’est le premier match de la phase retour. La phase aller, on a gagné quatre matches, et là on va devoir en gagner plus de quatre. Lors de la dernière journée, on pourra voir où on en est. Là on s’occupe du match qui arrive, du match de la fin de semaine et on ne calcule pas par rapport à ce qu’ il y’a devant nous, ce qu’il y’a derrière nous. Le classement on ne le regardera qu’à la dernière journée.

 

Malgré la défaite, quel était l’état d’esprit dans le vestiaire ? Ca allait ?

 Oui parce qu’on s’est donné, parce qu’on s’est arraché. Il n’ y a pas de regrets parce que l’on sait qu’on a tous donné. On ne jouera pas tout le temps contre des équipes qui mettront des paniers comme Fos. Les gars sont conscients du taf qu’ils ont fait ce soir. Et ça c’est bon pour la suite. Quand on s’arrache, on voit qu’on peut faire de très bonnes choses donc on va continuer comme ça.

Tags : , ,
Comments

Commentaires

Comments are closed.