Groupe A : Couguars, espèce en voie de disparition

Les Couguars vont devoir sortir les griffes pour survivre dans le groupe A.

Le SLUC est tombé dans le plus dense des 4 groupes (avec le groupe C). Au menu la crème de la crème des meilleurs championnats européens (2 Espagnols, 1 Grec, 1 Turc et 1 Italien). Si Nancy accède au top 16 et ainsi met fin à une malédiction française qui remonte à 2007 (Pau-Orthez), c’est que Nicolas Batum aura fait un paquet de miracles.

Les favoris

Caja Laboral

Habituée des quarts de finale mais privée de Final Four depuis 2008, l’équipe de Dusko Ivanovic s’est relookée pendant l’été. Et on ne parle pas seulement de ces surprenants nouveaux maillots roses. Les starters Marcelinho Huertas et Stanko Barac sont partis et pour les remplacer l’inoxydable Pablo Prigioni et le Frenchy Kevin Seraphin. D’ailleurs, la minute cocorico ne serait pas complète sans évoquer l’arrivée de Thomas Heurtel, pas assez bon pour l’ASVEL mais suffisamment pour Caja Laboral (hmm…) en meneur remplaçant. Le plus important pour les Basques était de conserver deux des meilleurs joueurs d’Euroleague, le Nowitzki de Bosnie, Mirza Teletovic et le swingman Fernando San Emeterio, MVP de la Liga ACB l’an dernier. Les Basques n’ont pas été épargnés par les blessures en ce début de saison (notamment le big man polonais Maciej Lampe out pour toute la saison régulière) mais ont remporté leurs 2 premiers matches en Liga. Equipe à suivre surtout si l’ancien Warrior (et Dijonnais) Reggie Williams passe quelques cartons, Seraphin confirme son été scintillant ou Scola et Splitter décident de retourner chez tonton Dusko pendant le lockout.

Le 5 : Prigioni – Oleson – San Emeterio – Teletovic – M.Bjelica

Le prono : 7-3

Fenerbahçe Ülker

Le Final Four est à Istanbul cette année et le Fener a la ferme intention d’être de la partie. Le recrutement avait déjà de la gueule (l’ailier Bogdanovic, le power James Gist) quand les champions de Turquie ont annoncé l’arrivée de Thabo Sefolosha. Avec Ukic, Marko Tomas (blessé pour le début de saison), Preldzic et Türkcan, l’équipe était déjà très dangereuse. Elle avait d’ailleurs commencé le Top 16 en tapant Olympiacos au Pirée et gagné ses 3 premiers matches avant de perdre les 3 suivants et de se faire griller par Valence. Après une défaite après 2 prolongations face à Galatasaray lors de la finale de la coupe du président, le Fener a commencé le championnat turc sur une large victoire. Cela pourrait bien être l’année de leur premier Final Four.

Le 5 : Ukic – Sefolosha – Preldzic – Gist – Vidmar

Le Prono : 7-3

Olympiacos

Confrontés au départ de ses meilleurs joueurs (Teodosic, Bourousis, Nesterovic, Papaloukas, etc.) et au lock-out de la ligue grecque (problème de droits TV, qui devrait toutefois être assez rapidement réglé), les Reds auraient pu espérer préparation plus sereine pour la saison. Spanoulis et le sniper serbe Keselj sont toujours là et quelques révélations Euroleague l’an dernier ont rejoint le Pirée (l’ailier fort de poche Kyle Hines et la gâchette Gecevicius). Le génie serbe Ivkovic a également tenté quelques paris comme la venue du rookie Kalin Lucas (l’ancien Spartiate de Michigan State arrive en Grèce) ou l’improbable star de l’EuroBasket Pero Antic. Olympiacos a remporté 9 matches sur 12 en présaison et notamment battu le Fener à Istanbul, de quoi conserver un certain optimisme ?

Le 5 : Lucas – Spanoulis – Papanikolaou – Hines – Papadopoulos

Le prono : 6-4

L’outsider

Bilbao

C’est ça l’Euroleague. 1 seule équipe française et 2 équipes du Pays Basque. En plus, dans le même groupe. On imagine à peine l’ambiance à Miribilla dans la bouillante nouvelle salle de Bilbao. Les hommes en noir ont surpris tous les spécialistes l’an dernier en sortant tour à tour Valence et le Real avant de perdre en finale de la Liga ACB contre le Barça. Le club est d’ailleurs peut-être nouveau en Euroleague mais 8 des Men in Black ont déjà joué l’Euroleague à l’image des grognards Roger Grimau, Álex Mumbrú et Raül López. Attention à leur super meneur Aaron Jackson et aux sous-estimés Vasiliadis et Banic. Le club a également recruté aux fourneaux le chef D’Or Fischer, jamais avare d’une bonne crêpe. Bilbao a commencé la saison sur une défaite à Alicante et un Kyle Singler (l’ancien de Duke) on fire mais s’est bien repris en tapant le Real. D’ailleurs notre utilisateur YouTube préféré DejanBodyAgain a les images :

Le 5 : Jackson- Grimau – Mumbru – Banic – Fischer

Le prono : 4-6

Les recalés

Bennet Cantù

Ah une autre équipe rookie en Euroleague ! Bonne nouvelle pour les Couguars ? Pas vraiment non. Les Lombards ont comme Bilbao coupé des têtes pour arriver en finale de leur championnat national l’an passé. Ils ont même posé des problèmes à Sienne l’an passé comme cet été lors de la Supercoupe. Ne cherchez pas les stars sur le parquet, le boss c’est leur entraîneur à lunettes Andrea Trinchieri (et son loft ultramoderne à Milan). Le nouvel homme fort du basket italien reste sur deux titres de coach de l’année en Lega, pas mal quand on entraîne dans le même championnat que Simone Pianigiani. Pas de folies pendant l’intersaison : le Ray Allen italien Gianluca Basile revient au pays après 6 ans au Barça, le rookie d’Ohio State David Lighty, le meneur entraperçu à l’EuroBasket Andrea Cinciarini et le big man prêté par le Pana, Shermadini. Sinon Cantù continuera de s’appuyer sur ses vétérans, le cardinal Nicolás Mazzarino, l’arrière géorgien Markoishvili et le polyvalent ailier serbe Vladimir Micov. Les Italiens ont commencé la Lega sur une victoire à Cremona et seront les premiers adversaires du SLUC (en Italie) mercredi.

Le 5 : Cinciarini – Markoishvili – Micov – Leunen – Shermadini

Le Prono : 3-7

SLUC Nancy

La bonne nouvelle, c’est que les Couguars gagnent : en présaison, au match des champions et deux fois en championnat. Ils gagnent même quand Nicolas Batum passe à côté de son match face à Strasbourg. Le seul ennui, c’est le CV des cinq adversaires des Français. En 2008-2009, lors de sa dernière participation à l’Euroleague, le SLUC avait peut-être tiré le Barça, le Pana et Sienne mais aussi les beaucoup plus modestes Polonais de Prokom et les Lituaniens de Kaunas, ce qui leur avait permis de passer à une victoire du Top 16. Cette année, aucun adversaire faiblard et hormis Batum, pas sûr qu’aucun autre Couguar ne trouverait une place dans le 5 majeur des 5 autres équipes du groupe. L’avenir du SLUC dépendra de son début de saison : les Lorrains débutent la campagne européenne à Cantù et contre Bilbao, a priori les deux teams les plus « prenables ». Dès le 7e journée, ils auront joué les 4 matches face à leurs adversaires directs et les dés seront vraisemblablement déjà jetés. Ce sera dur pour Nancy, un peu moins si Gelabale ou une recrue type lockout NBA venait garnir encore l’effectif, très talentueux pour la Pro A mais un peu juste au niveau européen.

Le 5 : Linehan – Shuler – Batum – Samnick – Akingbala

Le Prono : 3-7

Tags : , , , ,
Comments

Commentaires (3)

  1. AND11

    Le vice champion italien dans les "recalés"…

    ça montre juste l'étendue de la tâche qui attends le Sluc… D'un point de vue financier comme sportif, c'est du quasi impossible de se qualifier.

    Mais avec un groupe unis, une salle chaude, un peu de chance.. pourquoi pas…

  2. lexa

    j'espere vraiment que le SLUC va passer, mais je ne suis pas optimiste! juste pas fanny au moins.

  3. OscarAbine

    Heurtel "pas assez bon pour l'Asvel" ? Où avez-vous vu ça ? Trouvez-moi l'interview où quelqu'un de l'Asvel dit ce genre de choses…

    Un peu déplacé, je trouve, ce genre de remarque…

    Pour le reste, ça va être très dur, mais allez Nancy (pour l'Euroleague, bien sûr ^^)