Hoops Factory Evry : Le nouveau point de rendez-vous des Basketteurs

Hoops Factory continue de se développer avec l’ouverture d’un troisième site à Evry.

Quel est le plus gros soucis rencontré par un basketteur ? Il y’a de fortes chances chances qu’il réponde « le manque de salle ». Depuis plusieurs années le manque d’infrastructures en France est un véritable frein au développement de la pratique du basket. C’est pour répondre à ce besoin que Gilles Bravo et son équipe ont lancé le concept Hoops Factory. « On est parti de deux constats :le premier c’est que l’on peut adapter le concept du foot à 5 au basket. Çà fait des années qu’on essaye de le faire et qu’il y’a un marché. Le deuxième c’était qu’il y’avait un déficit d’infrastructures pour les basketteurs pros. J’ai eu l’occasion de travailler pour un équipementier lors de la venue de LeBron James en 2009 et on a cherché un gymnase pour lui pendant plus d’un mois. On s’était dit que c’était dommage que lorsque des stars us passent qu’on ne puisse pas les accueillir dans les meilleures conditions. Aujourd’hui on voit que l’on peut faire les deux« . Le concept grandit Hoops Factory Evryd’ailleurs à vitesse grand V. Après Aubervilliers et Toulouse c’est un troisième site (le premier en franchise) qui vient d’ouvrir ses portes le 24 mars dernier à Evry-Courcouronnes, le prochain étant prévu pour la rentrée de septembre. Accueilli dans l’enceinte de l’Urban Soccer, l’endroit est soigné avec un grand terrain et deux demi-terrains pour une surface totale de 1300 m2 et une grand amplitude horaire (de 10h à 00h pour les pratiquants). « Ce sont des terrains dont on aurait rêvé quand on avait 18-20 ans. On veut aussi élever le niveau. On veut dire aux clubs pros nous on arrive à faire des terrains sympas avec des budgets limités. Il y’a des possibilités pour faire des choses dans le basket français mais il faut juste qu’à un moment donné la nouvelle génération s’empare un peu des problématiques. Mais ça va venir » confie le président de la Hoops Factory.

Des projets à foison

C’est déjà même un peu le cas car les NBAers Rudy Gobert et Evan Fournier sont très investis dans le projet. Le joueur du Magic avait d’ailleurs lui-même annoncé sur les réseaux sociaux le lieu du troisième site. Cet enthousiasme les deux joueurs l’ont eu très rapidement a contrario de leurs aînés comme l’explique Gilles Bravo. « Je n’ai pas d’ennemis dans le basket français mais quand on a sondé des joueurs de ma génération ils étaient assez septiques par rapport au business-modèle. Résidant les trois-quart du temps aux Etats-Unis ils voyaient ça d’un œil dubitatif. C’est vrai qu’avec Evan et Rudy on a eu un accueil tout à fait différent; ils nous ont dit oui en 48 heures. Ils avaient envie de donner leur chance aux jeunes basketteurs français. On sent que derrière il y’a d’autres aspirations : développer la pratique au max, les infrastructures pour le plus grand nombre… On les remercie car ils ont adhéré de suite au projet« . La Fédération elle aussi soutient désormais un peu plus le développement du concept. « On collabore avec eux sur pas mal d’événements à Toulouse. J’ai vu le président Jean-Pierre Siutat il n’y a pas longtemps à la Nouvelle-Orléans pour faire le point. Je pense qu’à un moment donné on va faire des choses avec le basket fédéral et c’est indispensable. Le basket n’est pas assez fort pour que l’on tire chacun dans notre coin. Il faut unir nos forces« . Des paroles pleines de bons sens…

Tous les renseignements pratiques sur la Hoops Factory ici

De gauche à droite sur la photo : Gilles Bravo (président Hoops Factory), Fabrice Wembanyama (directeur du site d’Evry) et Georgi Joseph (joueur pro à Orléans).

Crédit photo : Hoops Factory

Tags :
Comments

Commentaires

Comments are closed.