ALL STAR GAME

Il était une fois en Lega A : Quarts de finale des playoffs, match 1

Cette année, on vous décortique la Lega A, première division du championnat italien, à la loupe.

lega aEA7 Emporio Armani Milano Giorgio Tesi Group Pistoia  73-59
C’est dans la moiteur du Mediolanum Forum que les Playoffs 2014 ont débuté avec une affiche a priori déséquilibrée mettant aux prises Milan, leader incontesté de la classifica, et Pistoia, dernier qualifié grâce à cinq victoires d’affilée en clôture du championnat. Dominant d’entrée leur sujet grâce à l’adresse du biondino Nicolo Melli (18 punti, 6 rebonds, 2 stops, 1 steal), les neveux de l’oncle Giorgio faisaient parfaitement circuler la balle, plaçant Keith Langford (12 points) et Samardo Samuels (10 points) dans des conditions idéales pour scorer. Seul problème : Alessandro Gentile et David Moss (visiblement mal remis de leur folle soirée avec Mario Balotelli) péchaient par maladresse en attaque, tandis que Curtis Jerrels n’arrivait pas à mettre un pied devant l’autre. En face, le poil à gratter pistoiese se révélait incapable de jouer en équipe et les phases offensives se résumaient à une série de un-contre-un (seulement 2 passes décisives pour l’ensemble de l’équipe !). Malgré le carton offensif des partners in crime Brad WanamakerDeron WashingtonJaJuan Johnson (45 punti cumulés) qui leur ont momentanément permis de revenir à 5 points des Milanais, les thésards s’écroulaient dans le dernier quart-temps et laissaient leurs adversaires creuser l’écart. Prochain match de la série, ce soir à Pistoia.

Banco di Sardegna Sassari Enel Brindisi  75-73
Dans ce duel sudiste entre deux équipes aux profils assez similaires, l’enfant terrible de Rockville, Jerome Dyson (29-4-4), a mené grand train pendant trois quart-temps, donnant jusqu’à 10 points d’avance aux Brindisini à dix minutes de la fin. A ses côtés Miroslav Todic (11 points) compensait la méforme de Delroy James (5 punti, 7 rimbalzi) pendant que Ron Lewis alimentait la marque (14 points). Les électriciens se dirigeaient alors vers un succès en terre sarde, quand soudain s’est produit un blackout total. Les lumières de la Pala Serradimigni sont devenues aveuglantes, les chants des tifosi sassaresi se sont fait assourdissants et les hommes de Piero Bucchi ont complètement perdu la boule, ne prenant que huit tirs dans le dernier quart, accumulant les pertes de balle (6) et se montrant impuissants devant les assauts de Caleb Green (18 points-10 rebonds), Drew Gordon (11 points) et Drake « il capo » Diener (9-6-4). Soulignant la réaction d’orgueil des banquiers sardes, la presse transalpine n’a pas hésité à parler de « suicide collectif » au sujet de l’effondrement des Pugliesi. Le second match de cette série, qui se jouera ce soir à Brindisi, promet d’être chaud !

Acqua Vitasnella Cantù Acea Roma  71-75
Si les deux premiers matchs des Playoffs avaient respecté la hiérarchie, les deux dernières rencontres ont, elles, déjoué tous les pronostics. A commencer par la défaite des Canturini face à des louveteaux romains qui restaient sur une fin de saison régulière peu convaincante. Au coude à coude avec leurs invités dès l’entame du match, les snipers Michael Jenkins (19 punti) et Joe Ragland (13 points) donnaient 4 points d’avance à leur équipe juste avant la mi-temps. La suite était écrite : Pietro Aradori allait sortir son show offensif, Marco Cusin défendrait comme un mort de faim et Maarten Leunen jouerait les coûteaux suisses. Sauf que de show offensif il n’y eut point, Pietro Aradori restant bloqué à 9 unités, et si Marco Cusin (8 punti, 8 rimbalzi, 2 blocks, 1 assist) et Maarten Leunen (11-6-4) ont bien fait ce qu’on attendait d’eux, le collectif lombard a totalement pris l’eau au cours d’un troisième quart-temps qui le vit encaisser un cinglant 20-12 de la part d’Halil Kanacevic (13 punti), Trevor Mbakwe (14 points-11 rebonds) et Jimmy Baron (13-4-3). Dans les dix dernières minutes, chaque équipe se renvoyait coup pour coup et dans les toutes dernières secondes, alors que le score était de 72-71 pour les giallorossi, Joe Ragland commettait un marcher alors qu’il montait au lay-up et laissait la victoire aux Romains. Au coup de sifflet final les hommes de Luca Dalmonte pouvaient lever les mains au ciel. Les louveteaux seraient-ils en train de devenir des loups ?

Montepaschi Siena Grissin Bon Reggio Emilia  82-85
Superbe rencontre hier soir à Sienne entre deux équipes hyper affutées. Broyés 13-28 dans le premier quart-temps par des Emiliani largement dominateurs au rebond (12 à 5 sur la période), les banquiers toscans ont immédiatement réagi par l’intermédiaire de leur franchise player MarQuez Haynes (22-3-4), toujours aussi à l’aise dans les systèmes mis en place par Marco Crespi, et qui ramenait son équipe à 10 points avant la mi-temps. Mais Andrea Cinciarini, le MVP italien de la saison régulière, reprenait ensuite sa marche en avant (12-4-4), trouvant les yeux fermés Ojars Silins (14 points) et le géant Riccardo Cervi (12 points), tandis que James « The Flight » White continuait son chantier dans la raquette toscane (22-8-4). Sous l’impulsion du trio Othello Hunter (13 punti, 8 rimbalzi) Matt Janning (18 dévaluation) MarQuez Haynes (9 points sur la période), les valeureux Sienesi nous jouaient le coup de la remontée fantastique, passant 14 points à leurs adversaires lors du dernier quart-temps, mais faisaient faute trop tard sur la dernière possession de Reggio et restaient finalement à quai… Pour son retour dans la Pala Estra, Rimantas Kaukenas n’aura pas brillé (3 points à 1/10) mais avec ce succès à l’extérieur les hommes de Massimiliano Menetti prennent une sérieuse option pour la suite.

Les stats

Comments

Commentaires

Comments are closed.