Il était une fois en Lega A : Saison 92, épisode 22

Cette année, on vous décortique la Lega A, première division du championnat italien, à la loupe.

lega aSidigas Avellino – Banco di Sardegna Sassari  68-75
A la peine ces dernières semaines, Avellino s’est fait manger tout cru par les pachas sardes. Pourtant Kaloyan Ivanov était de retour aux affaires (17-5-2), Will Thomas apportait son impact habituel (12 punti, 7 rimbalzi) et Jaka Lakovic distribuait les offrandes (6-4-7)… Oui mais voilà, les Sardes avaient l’adresse avec eux (64% à 2 points) et leur organisation collective ultra rôdée a fait le reste. Drake Diener n’a même pas eu à forcer son talent (13-7-3) tant le piccolo Marques Green était impliqué (9-5-5 et 3 steals), au même titre que Travis Diener (8-3-6). Après 4 matches sous le maillot d’Avellino Je’Kel Foster n’a toujours pas inscrit le moindre point (avec 18 tirs manqués sur 18 tentatives) et son équipe chute à la 10ème place. C’est grave docteur ?

Montepaschi Siena – Acqua Vitasnella Cantù  68-62
Transparent depuis son retour à Sienne en janvier (après une escapade au Cibona Zagreb), Matt Janning a éclaboussé de toute sa classe la rencontre de dimanche face à Cantù (20-4-3 et 2 stops). De quoi redonner du baume au cœur aux tifosi sienesi après une première partie de saison des plus laborieuses. Outre « Matti J », le trio Tomas Ress-Benjamin Ortner-Spencer Nelson n’a certes pas réalisé de carton offensif (23 points cumulés), mais sa présence au rebond (24 prises) conjuguée à son intensité défensive et à une grande précision dans la raquette, ont permis à la Mens Sana de se sortir du bourbier lombard. Dans les rangs des vaincus, Joe Ragland a beaucoup arrosé (14 punti mais à 6/17) tandis que Pietro Aradori n’a pas eu son impact habituel (8-8-2). Sienne monte sur la troisième place du podium au nez et à la barbe des Canturini. Hahaha…

Cimberio Varese – Sutor Montegranaro  69-75
Après un départ canon (23-10) les Varesans se sont subitement liquéfiés, laissant Dimitri Lauwers s’infiltrer à souhait dans leur raquette (16 punti pour le natif de Luik). Les ritals Daniele Cinciarini (15-6-4) et Valerio Mazzola (11 punti, 10 rimbalzi) ont appuyé là où ça faisait mal, laissant Eri Ebe (-2 d’évaluation) et Adrian Banks (11 points, 5 assists) dans un sale état. Les enfants du pays, Achille Polonara (11 punti, 4 rimbalzi, 2 stoppate) et Andrea De Nicolao (13-5-2) se sont beaucoup dépensés mais la mayonnaise ne prend décidément pas à Varese. Très mauvaise opération face à un concurrent direct pour le maintien.

Acea Roma – Vanoli Cremona  85-80
Drôle d’équipe que cette Roma cuvée 2013-2014. Pas géniale, insipide par moments, foutraque souvent, mais diablement efficace et capable de prendre feu alors que tout la monde la croyait au fond du trou. Le match contre Cremone a parfaitement illustré cette tendance schizophrène des hommes de Luca Dalmonte. Menés de 5 points à l’entame de l’ultimo tempo, les Giallorossi ont pu compter sur la clutch attitude de Phil Goss (15-2-3 et 4 steals) et Josh Mayo (20-3-3 et 3 steals) pour renverser la tendance. Il faut dire que Trevor Mbakwe avait fait le ménage dans la peinture (18 points, 7 rebonds). Une issue cruelle pour des Cremonesi combatifs avec une prestation haut de gamme du trio Gianluca Marchetti-Jarrius Jackson-Curtis Kelly (44 d’évaluation cumulée).

Enel Brindisi – Pasta Reggia Caserta  64-53
Contrairement à ce que laisse suggérer la comparaison des évaluations collectives des deux équipes (78-32 pour Brindisi), ce duel entre Sudistes a été âprement disputé. Baladés pendant trois quart-temps par Jeff Brooks (13 punti, 6 rimbalzi) et Andrea Michelori (9 punti, 5 rimbalzi), les électriciens de Brindisi ont retrouvé la lumière lors des dix dernières minutes, sortant une défense de psychopathe pour complètement brouiller le champ de vision des « scoreurs » adverses (2/20 pour Caserta dans le 4ème quart-temps) et faisant mouche offensivement grâce à la maestria de Jerome Dyson (encore lui : 24-6-2), Ron Lewis (12-4-4) et Andrea Zerini (7 punti, 10 rimbalzi). Les Brindisini s’accrochent à leur seconde place, en embuscade de Milan.

Victoria Libertas Pesaro – Giorgio Tesi Group Pistoia  75-74
Les rois de l’Entertainment made in Italy ont encore frappé. Hors du coup pendant plus de 30 minutes, O.D. Anosike (9 points, 18 rebonds) et Petty Perry (9-4-4) ont réussi à transformer ce qui s’annonçait comme une énième déroute en une victoire sur le fil. Pourtant les Pistoiesi étaient venus à l’Adriatic Arena comme on va au Fight Club : Ed Daniel était ultra affuté (12 points, 11 rebonds, 2 stops, 2 steals), Brad Wanamaker faisait des pompes sur une phalange (13-6-3), Deron Washington se frappait violemment le torse pour fortifier ses abdos (17 punti, 5 rimbalzi) et JaJuan Johnson mâchonnait un bifteck sanglant (11-10-2)… Avec un passif de 9 points à l’entame du dernier quart-temps la messe semblait dite pour Pesaro. Sauf que Ravern Johnson passait par là et, lui, d’ordinaire si discret, devenait complètement incontrôlable, scorant à gogo (10 de ses 24 points inscrits dans le money time). Tout heureux de croiser un autre allumé de la gâchette, Elston Turner Jr jusqu’ici complètement à la rue (8 points à 3/16 !!!) en profitait pour appuyer le come-back de son équipe et inscrivait 3 paniers au bout du suspense (15 points au final). Pesaro ! Et la lumière fut…

Umana Venezia – Granarolo Bologna  82-74
Après sa prestation lamentable à Milan le week-end dernier, le duo star de Venise (Donell Taylor-Andre Smith) savait qu’il n’avait pas le droit à l’erreur face à Bologne, une équipe en pleine chute libre. Au sortir d’une première mi-temps très serrée, les choses ont commencé à se décanter dans le troisième quart-temps sous l’impulsion d’un Nate Linhart décomplexé (14-8-4 + 2 steals) qui répondait du tac au tac aux fulgurances de Dwight Hardy (24-2-2) et Matt Walsh (12-8-7). Donell Taylor sur la réserve (11 points, 7 rebonds), Andre Smith s’est chargé d’assommer les Bolognais en leur passant 21 points, 12 rebonds et 5 assists. Grâce à cette confortable victoire, les Vénitiens se relancent dans la course aux Play-offs en rejoignant un grupetto de 4 équipes affichant un bilan de 10 victoires pour 12 défaites. A Bologne, c’était la dernière sortie de Casper Ware (9-2-2) sous le maillot bolognais. Son successeur est Willie Warren, en provenance de Szolnoki (Hongrie).

Grissin Bon Reggio Emilia – EA7 Emporio Armani Milano  78-82
Le coup n’est pas passé loin. Mené pendant tout le match par des Milanais euphoriques après leur victoire obtenue au Pirée lors de la dernière journée d’Euroleague, Reggio a fait montre d’orgueil dans le dernier quart-temps pour revenir sur les talons de Keith Langford (19-4-2 + 2 blocks) et compagnie. Mais la fougue d’Andrea Cinciarini (16-5-4) et d’Angelo Gigli (9 punti, 9 rimbalzi, 2 steals) n’a pas suffi à contenir l’impact de Samardo Samuels (14 punti) et David Moss (11 punti). Et même les perles délivrées par Rymantas Kaukenas (17 punti) et James White (15-6-3) n’ont pas renversé la tendance. Et l’EA7 continue son petit bonhomme de chemin…

Toutes les stats ici

Tags :
Comments

Commentaires

Comments are closed.