Il était une fois en Lega A : Saison 92, épisode 24

Cette année, on vous décortique la Lega A, première division du championnat italien, à la loupe.

lega aAcea Roma – Victoria Libertas Pesaro  96-85
Le duel entre les deux meilleurs rebondeurs du championnat, Trevor Mbakwe (Roma) et O.D. Anosike (Pesaro), a tourné à l’avantage du premier nommé. Il faut dire que ses coéquipiers Bobby Jones (22-7-3), Quinton Hosley (18-5-5 + 3 stops) et Phil Goss (16 points, 6 assists, 2 steals) n’ont pas chômé, si bien que le géant de Saint-Paul n’a eu qu’à récolter sa portion habituelle de rebonds (12) sans forcément se montrer très inspiré par ailleurs (8 points à 33% et 6 pertes de balles). Malgré un départ calamiteux (12-28 après 10 minutes), les Pesaresi n’ont pas démérité, et ont fourni une belle prestation offensive comme en attestent les 37 punti d’Elston Turner Jr (à 12/18) et les 19 pépites de Ravern Johnson. Bien pris par la défense adverse, O.D. Anosike a peu tiré (6 points à 3/5) mais s’est appliqué au rebond (11 prises).

Enel Brindisi – Granarolo Bologna  68-77
Après cinq déconvenues successives, la Virtus Bologne a décroché une preziosissima victoire sur le parquet de la Pala Pentassuglia de Brindisi. Matt Walsh out, Jerome Jordan (16 points, 6 rebonds) et Ndudi Ebi (15 points-12 rebonds) ont fait pencher le jeu de la Virtus vers l’intérieur. Pour sa deuxième sortie bolognaise, Willie Warren a parfaitement orchestré la sarabande, lâchant les assists (8) comme on avale les panini al sugo di pesto et shootant avec précision (13 punti à 5/8). L’insolent Simone Fontecchio (18 ans) ajoute 11 points. Du côté des électriciens de l’Enel, les blessures qui ont perturbé les entraînements de la semaine dernière ont quelque peu déglingué le groupe, et si Miroslav Todic (14 points, 6 rebonds) et Jerome Dyson (19-5-3) ont tenu leur rang, le reste n’était pas très beau à voir.

Grissin Bon Reggio Emilia – Banco di Sardegna Sassari  89-79
Si on devait la comparer à un personnage de fiction, on dirait de Reggio Emilia qu’elle est la Keyser Söze de la Lega A. Arrivée sur la pointe des pieds en début de saison, la formation émilienne s’est solidement installée dans le milieu de tableau, puis Rimantas Kaukenas a rejoint le navire, Andrea Cinciarini a littéralement explosé, et voilà qu’aujourd’hui les hommes de Menetti se retrouvent en 7ème position de la Classifica, tout en étant qualifiés pour le Final Four de l’EuroChallenge. James White (17 points, 5 rebonds) a assommé d’entrée des banquiers sardes souffrant d’une sacrée gueule de bois. Rimantas a apporté sa touche slave (19-3-5) et Andrea Cinciarini a livré le caviar à bon port (10 assists + 13 points). La démonstration a inspiré Michele Antonutti qui a cumulé 14 points et 4 rebonds. Parmi les banquiers, seuls Caleb Green (31 d’évaluation) et Drake Diener (22-4-3) avaient les idées claires. Insuffisant face à ce diable de Keyser Söze…

Pasta Reggia Caserta – Acqua Vitasnella Cantù  64-60
Parti en boulet de canon, Caserta s’est fait reprendre progressivement par les Canturini mais l’impact du trio yankee Jeff Brooks (15 points, 8 rebonds)-Ronald Moore (15-5-3)-Christ Roberts (17 points, 7 rebonds) a permis à la squadra locale de maintenir un écart décisif. Qu’avaient donc mangé les joueurs de Cantù lors du goûter ? Car si Maarten Leunen (11 points, 6 rebonds) et Stefano Gentile (18 points) évoluaient à leur niveau habituel, la triplette Michael Jenkins-Joe Ragland-Pietro Aradori (18 points cumulés) semblait atteinte d’anémie.

Montepaschi Siena – Sidigas Avellino  91-67
Éjecté du wagon des Playoffs après une série de sconfitte hideuses, Avellino devait l’emporter à Sienne pour se remettre dans le sens de la marche. Pas une mince affaire par les temps qui courent, surtout quand le banquier toscan Erick Green est irrésistible au shoot courte distance (16 points à 8/9). MarQuez Haynes (14 points, 5 assists) a, lui, confirmé sa bonne forme, tandis qu’Othello Hunter (21 d’évaluation) et Jeff Viggiano (10 points, 4 assists) revenaient aux affaires après plusieurs sorties en demi-teinte. Avellino n’a jamais pesé sur cette partie et on n’ose même pas imaginer ce à quoi aurait ressemblé le spectacle sans des Will Thomas (19 points – 11 rebonds) et Kaloyan Ivanov (15-5-2) aussi toniques. Comme un symbole, Jaka Lakovic rend une copie indigne d’un joueur de son niveau avec 3 points, 7 assists, 4 turnovers et 1 steal. Avec deux victoires de retard sur le huitième à six journées de la fin, Avellino peut faire une croix sur les Playoffs.

Cimberio Varese – Giorgio Tesi Group Pistoia  84-73
Sans Keydren Clark (en train de négocier son départ avec les dirigeants varesans), les Lombards ont fait preuve de qualités morales insoupçonnées pour dompter Pistoia après s’être pourtant fait balader pendant toute la première mi-temps par Brad Wanamaker (18-5-4) et le sosie local de Ben Wallace, Ed Daniel (11 punti, 9 rimbalzi, 1 stoppata). Se croyant en pleine guerre de Troie, Achille Polonara est sorti du Styx* pour foncer à l’assaut du panier adverse, scorant 21 points (3/4 à 2 points et 5/8 de loin), captant 6 rebonds et chipant 2 balles. Tout aussi velléitaires, Adrian Banks (22 d’évaluation) et Andrea De Nicolao (12 points, 5 rebonds, 6 assists) ont fait sauter le verrou pistoiese pour le plus grand plaisir de leur coach, Stefano Bizzozi, qui récolte là une seconde victoire d’affilée. Le maintien en Lega A définitivement assuré, les tifosi varesans peuvent laisser échapper un soupir de soulagement.

Umana Venezia – Vanoli Cremona  100-78
Comme dirait Brice H., ancien ministre de l’Intérieur: “Quand il y en a un, ça va… » Mais quand il y en a deux, ça se complique … Et quand ils sont plus encore, imaginez les dégâts ! Donell Taylor on fire (26 points, 5 rebonds) passe encore, Andre Smith 23-6-4) en mode « You can’t guard me » voilà que les yeux commencent à vous piquer, mais si en plus Hrvoje Peric (20 points, 4 rebonds) et Luca Vitali (16-5-2) survolent les débats il n’y a plus rien à espérer. Les Cremonesi l’ont bien compris, eux qui après avoir démarré proprement le match se sont pris une doudoune dans le second quart puis une avalanche dans les dix dernières minutes. Curtis Kelly (15-6-3) et Sime Spralja (14 punti) se sont démenés pour éviter de sombrer dans le Grand Canal mais les gondoliers vénitiens sont restés sourds à leurs supplications.

Sutor Montegranaro – EA7 Emporio Armani Milano  76-88
A ma gauche, Montegranaro avec son maître à jouer Daniele Cinciarini (19-2-2), son duo balkanique Zeliko Sakic-Nemanja Mitrovic (24 points et 14 rebonds à eux deux) et son intérieur maison Valerio Mazzola (7 points, 7 rebonds, 3 stops). A ma droite, les neveux de l’oncle Giorgio, à peine remis de leur nuit à la discothèque Hollywood de la Porta Garibaldi à l’issue de leur victoire en Euroleague contre l’Efes Pilsen. De fait, malgré un Daniel Hackett claudiquant (-6 d’évaluation), le coach Luca Banchi a pu compter sur un David Moss très à l’aise dans son rôle de voltigeur (15 points, 4 rebonds) pendant que Nicolò Melli confirmait sa montée en puissance (7 points, 10 rebonds). Mais le héros du jour se nommait Alessandro Gentile. « Gentilino » se fendait ainsi de 29 points, 10 rebonds, 1 stop, 2 steals et 1 assist pour une probante évaluation de 40 ! Leader de la classifica avec 3 victoires d’avance sur ses premiers poursuivants, l’EA7 poursuit son petit bonhomme de chemin.

Toutes les stats ici

*Styx : Dans la mythologie grecque, le Styx est une rivière qui séparait le monde terrestre des Enfers en l’entourant. La légende veut que toute partie du corps qu’on y plongeait devienne invulnérable. Aussi, Thétis plongea-t-elle son fils Achille dans ses eaux et il ne resta vulnérable qu’au talon, la seule partie que Thétis n’avait pas submergée puisqu’elle le tenait par le pied, erreur qui coûta la vie à Achille.

Tags :
Comments

Commentaires

Comments are closed.