Il était une fois en Lega A : Saison 92, épisode 26

Cette année, on vous décortique la Lega A, première division du championnat italien, à la loupe.

GentileSutor Montegranaro – Enel Brindisi  83-80
Surboostés depuis le départ de Josh Mayo à Rome, les Montegranaresi ont acquis face à Brindisi une victoire décisive en vue du maintien. En effet, ce succès combiné à la défaite de Pesaro, leur donne deux victoires d’avance sur leurs voisins pesaresi, bonnets d’âne de la Lega. Face aux électriciens de l’Enel, l’équipe de Charlie Recalcati a fait preuve d’une complémentarité à toute épreuve : Nemanja Mitrovic artillait de loin (16 punti avec 4/5 from Downton), Dimitri Lauwers cavalait (10-4-5), Zeliko Sakic jouait des coudes (12 punti, 9 rimbalzi) et Daniele Cinciarini (24-4-2) se prenait pour Arturo Brachetti Malgré les prestations hautes en couleur de Delroy James (18 punti, 7 rimbalzi) et Jerome Dyson (22-3-2), Brindisi, qui a compté jusqu’à 9 points d’avance dans le troisième quart-temps, repart bredouille de son week-end dans les Marches.

Montepaschi Siena – Banco di Sardegna Sassari  82-81
Déjà bluffants dimanche dernier à Rome, les banquiers toscans ont été jusqu’au bout du suspense pour s’adjuger une victoire de prestige face aux banquiers sardes, ceux-là même qui les avaient battu il y a deux mois en finale de la Coupe d’Italie. L’excellent MarQuez Haynes (16-3-5 + 3 steals et 1 block) et ses compères ont attendu le troisième quart-temps pour prendre l’ascendant sur des Greens tranchants (21-4-7 au compteur du piccolo Marques et 17-4-2 pour il grande Caleb) mais guère aidés par leur boss Drake Diener (7 d’éval’). Nul doute que Marco Crespi, le coach siennois, aura apprécié la très bonne relation extérieur-intérieur de ses poulains, avec un Othello Hunter parfait à la conclusion des pick’n’rolls (16 points-10 rebonds). Confirmant sa belle remontée, la Mens Sana se retrouve seconde de la classifica.

Grissin Bon Reggio Emilia – Acea Roma  89-76
L’affiche semblait à première vue équilibrée, mais à peine entrés sur le parquet de la Pala Bigi les Emiliani ont asséné une longue série d’uppercuts qui laissaient leurs adversaires chancelants après dix minutes de jeu. Rimantas Kaukenas dans un jour sans (3 d’évaluation), le trio constitué d’Ojars Silins (21 points, 4 rebonds), James « The Flight » White (15-8-2) et Troy Bell (19 points, 8 rebonds) n’a laissé aucune chance à une louve aux abois. Si l’on ajoute qu’Andrea Cinciarini a ajouté sa pierre à l’édifice (10 points, 8 rebonds) malgré une maladresse inhabituelle au tir (3/10), on comprendra que Jimmy Baron (17 punti) et Phil Goss (19-3-3) étaient bien trop isolés pour espérer renverser la vapeur. Grâce à cette victoire, Reggio Emilia prend une très grosse option pour les playoffs.   

Victoria Libertas Pesaro – Vanoli Cremona  86-91
Obligés de gagner pour ne pas se faire décrocher par Montegranaro, leur dauphin au classement, les cancres de Pesaro se sont finalement inclinés sous les coups de boutoir d’une paire Jarrius Jackson-Jason Rich en mode All Star Game (42 points pour le duo). Les guerriers marchegiani avaient pourtant revêtu leur cotte de mailles : O.D. Anosike (21 points-15 rebonds), Petty Perry (15 points, 5 assists) et Marc Trasolini (10 points, 4 rebonds) prenaient à défaut quelques adversaires mais le pétard ambulant Elston Turner n’était pas au rendez-vous pour leur prêter main forte (6 points à 1/9). Résultat : Pesaro se rapproche encore un peu plus de la relégation…

Cimberio Varese – Pasta Reggia Caserta  72-67
Brouillons depuis le début de la saison, les Varesans ont profité de la venue de Caserta pour donner quelque motif d’espoir à leurs tifosi avec ce succès acquis à l’arrachée. L’impeccable Adrian Banks a rendu une fois encore une copie modèle avec 22 points, 5 rebonds et 3 assists tandis que Dusan Sakota et Eri Ebe s’activaient en seconde lame. Cet abattage n’a pas coupé la chique aux campani et Jeff Brooks (17 points-12 rebonds) rugissait jusqu’au coup de sifflet final. Pour son premier match avec Varese, l’ex-choletais Terrell Stoglin s’est contenté de 7 points et 2 assists en 16 minutes. Le coach Stefano Bizzozi était lui tout sourire, son équipe revenant à 1 victoire du dernier strapontin pour les playoffs. Conséquence : Varese et Caserta se retrouvent dans un gruppetto de six équipes qui vont lutter pour chiper le dernier billet qualificatif pour les playoffs. Suspense…

Umana Venezia – Giorgio Tesi Group Pistoia  70-74
Malgré l’application d’Andre Smith (15 points, 9 rebonds) et Jacopo Giachetti (13 points, 4 assists), la Reyer a réalisé une très mauvaise opération dans son antre du Taliercio. Dépassés en première mi-temps par la fougue d’Ed Daniel (11 punti-10 rimbalzi) et Kyle Gibson (14 punti), les Vénitiens avaient pourtant refait leur retard lors du troisième quart-temps grâce à la main chaude de « Jaco », mais une dernière période catastrophique a eu raison des derniers espoirs du coach Zare Markovski… qui a assisté impuissant au show en technicolor de l’ex-limougeaud Brad Wanamaker (28 points, 6 assists), véritable maître à jouer des thésards pistoiesi. Conséquence : Venise et Pistoia se retrouvent dans un gruppetto de six équipes qui vont lutter pour chiper le dernier billet qualificatif pour les playoffs. Suspense…

Sidigas Avellino – Granarolo Bologna  72-80
Il y a deux mois les dirigeants bolognais ont tout fait pour se débarrasser de leur pivot jamaïcain Jerome Jordan afin de faire place nette à leur nouvelle recrue Ndudi Ebi. Devant les difficultés  faites par le joueur pour plier bagage, les dirigeants l’ont finalement réintégré dans l’effectif et peuvent aujourd’hui s’en frotter les mains. Car le natif de Kingston n’est pas un ingrat et a joué un rôle prépondérant dans la victoire surprise de la Virtus à Avellino. Ses 16 points ajoutés aux 15 pions + 7 rebonds de Matt Walsh et à la partition de Dwight Hardy (14-2-4 + 3 steals) ont calmé les velléités d’Avellino. A la mène Willie Warren a signé une prestation ultra solide (9 points à 3/4, 4 rebonds et 8 assists). De quoi donner le tournis à des Avellinisi bien tendres, qui n’ont pesé sur cette partie que grâce à leur trio Jarvis Hayes (23 punti)-Kaloyan Ivanov (13-12-3)-Will Thomas (12-5-2). Conséquence : Avellino et Bologne se retrouvent dans un gruppetto de six équipes qui vont lutter pour chiper le dernier billet qualificatif pour les playoffs. Suspense…

EA7 Emporio Armani Milano – Acqua Vitasnella Cantù  76-71
Vainqueurs d’un FC Barcelone fantomatique lors de leur dernière sortie en Euroleague, les chouchous de l’oncle Giorgio ont eu beaucoup plus de mal à inculquer les bonnes manières à des Canturini totalement décomplexés, à l’image d’un Joe Ragland hyperbolique (27 points à 8/12). Avec 9 points d’avance sur leur voisin lombard à la mi-temps, « Ale » Gentile (13-3-5) et compagnie croyaient avoir creusé un écart décisif. Que nenni ! Car si Daniel Hackett (9-7-7 + 4 steals) et David Moss (16 punti) étaient d’attaque, leurs coéquipiers perdaient peu à peu pied, multipliant les sautes de concentration et laissant un boulevard à Pietro Aradori (13 points) et Stefano (le frère de) Gentile (14 points). Mais la remontée fantastique initiée dans le dernier quart-temps par les visiteurs arriva un tout petit peu trop tard pour inverser la tendance.

Les stats par ici

Tags :
Comments

Commentaires

Comments are closed.