ALL STAR GAME

Il était une fois en Lega A Saison 92 – épisode 11

Cette année, on vous décortique la Lega A, première division du championnat italien, à la loupe.

messinaAcea Roma – Grissin Bon Reggio Emilia  72-67
Se traînant une gueule de bois carabinée pendant trois quart-temps, les Romains se sont abreuvés de caffè ristretti préparés par Coach Dalmonte et l’effet ne s’est pas fait attendre. L’occasion pour Phil Goss de montrer qu’il n’était pas qu’un driver friand de pénétrations, et qu’il maîtrisait aussi l’art de l’artillerie longue distance (26 points avec 5/9 derrière la ligne). Si Jordan Taylor et Jimmy Baron ont tenu leur rôle avec sérieux, c’est surtout le bondissant pivot Trevor Mbakwe qui a enthousiasmé les tifosi du Palazzetto dello Sport (2 points et 21 rebonds !). Les Emiliens en sont restés bouche bée, malgré la touch of sin de Rimantas Kaukenas (15 points) et la maestria d’Andrea Cinciarini (15 points, 5 rebonds, 7 assists).

Vanoli Cremona – Victoria Libertas Pesaro  80-82
Vous l’attendiez tous, la dixième défaite d’affilée de Pesaro. Il faudra attendre. L’équipe des Marches est décidément déconcertante et a profité de son déplacement dans la cité d’un Stradivarius agonisant pour remporter son deuxième succès de la saison. Une victoire ric-rac, dans le plus pur style de la maison, qui a bien failli être remise en cause par la triade cremonese Jarrius Jackson-Sime Spralja-Jason Rich (68 des 80 points de Cremone à eux trois). Heureusement Pesaro a pu compter sur un Elston Turner en état de grâce (21 points à 9/10) et un duo Ravern Johnson-O.D. Anosike au diapason (18 et 17 points). Cerise sur le gâteau, Pesaro cède la dernière place du classement au vaincu du jour.

Pasta Reggia Caserta – Cimberio Varese 86-80
L’entraîneur varesan, Fabrizio Frates, doit commencer à s’inquiéter. A l’été, les dirigeants lui avaient confié les clés d’une superbe cylindrée, or voilà plusieurs semaines que celle-ci se met à accumuler les sorties de route. Celle de ce week-end est d’autant plus inquiétante qu’Eri Ebe et compagnie ont laissé échapper dans le dernier quart-temps un match qu’ils tenaient jusque là bien en mains. A Caserta, Cameron Moore (27 points, 15 rebonds) s’est promené dans la raquette et a pu profiter des caviars de Stefhon Hannah (8 assits). De quoi filer la nausée à Adrian Banks (21 points, 5 rebonds) et Mario Scekic (19 d’évaluation).

Giorgio Tesi Group Pistoia – Umana Venezia 81-62
Les officiers Pistoiesi Kyle Gibson et JaJuan Johnson ont un hobbie : jouer à la bataille navale. Dimanche après-midi, les deux compères se sont munis d’un sonar et ont commencé à annoncer les positions adverses, faisant mouche à chaque fois (23 points chacun). Si le sous-marin vénitien a fini par couler dans la soirée, l’ensemble de la flotte locale était déjà hors d’usage dès les dix premières minutes de jeu (21-13 pour Pistoia). On retiendra tout de même que les lieutenants Taylor et Smith ont su rester dignes dans la défaite (18 points pour Donell et 19 pour Andre).

Granarolo Bologna – Sidigas Avellino  74-78
De la confiture à des cochons ! Voilà ce qu’a dû penser Ettore Messina de la défaite de Bologne face à Avellino. Il faut dire que pour l’occasion, l’ex-entraîneur de la Virtus (et actuel coach du CSKA Moscou) avait décidé d’honorer l’Unipol Arena de sa présence. Las, Dwight Hardy (20 points) et  Matt Walsh (10 points, 11 rebonds) se sont fait cueillir dans les toutes dernières minutes pas Avellino et son duo de big biscottos boys Will Thomas-Kaloyan Ivanov (25 points + 12 rebonds pour le Bulgare).

Enel Brindisi – Sutor Montegranaro  76-80
Avec 8 points d’avance à la fin du troisième quart, Jerome Dyson (22 points) et Brindisi pensaient se diriger vers un succès facile qui conforterait leur place de leader du championnat. Sauf que du côté de Montegranaro, Josh Mayo s’est mis en mode chasseur français et a dégoupillé dans toutes les positions, tuant un maximum de gibier et usant des ribambelles de cartouches (13 points dans le money time, 25 au total + 7 assists + 7 pertes de balle). Notons que son partner in crime Zeliko Sakic (15 points-13 rebonds) a également pris une part active dans la traque du sanglier des Pouilles.

Banco di Sardegna Sassari – Montepaschi Siena  60-62
Duel entre co-leaders de la Lega avec d’un côté des banquiers sardes surfant sur une superbe dynamique et de l’autre des banquiers toscans en proie au doute et orphelins de leur stratège Daniel Hackett, débauché par la bourse de Milan. Prise de vitesse dans les toutes dernières minutes de cette partie ultra-défensive, la Mens Sana a pu compter sur l’adresse longue distance de Josh Carter (15 points à 4/7) et l’intensité du successeur désigné de Hackett, David Cournooh (10 points). Pendant ce temps-là, Drake Diener accumulait les prises de participation douteuses (2/8 à 3 points) et, malgré les bonus décrochés par Caleb Green (20 points) et Omar Thomas (12 points, 9 rebonds), Sassari rendait les armes. Du pain béni pour Sienne, qui occupe seul le fauteuil de leader.

Acqua Vitasnella Cantù – EA7 Emporio Armani Milano  87-72
Cantù s’est adjugé le derby lombard, profitant d’une euphorie collective initiée dans le second quart-temps et qui s’est prolongée jusqu’à la fin du match.  Le mérite en revient notamment à la mobylette du Massachussetts Joe Ragland (17 points) et à l’omniprésence de Maarten Leunen (12-7-5). Quant à la terne prestation des Milanais, elle n’a fait que confirmer ce que tout le monde pressentait, à savoir que la mayonnaise ne prend pas. Certes, Keith Langford est capable de scorer à volonté (21 points encore hier), Alessandro Gentile et Gani Lawal donnent des signes de montée en puissance (28 points pour l’Italien, 14 points-10 rebonds pour le Nigérian), mais l’EA7 ne ressemble pas à une équipe. Espérons que l’arrivée de Daniel Hackett apportera de la valeur ajoutée à ce collectif balbutiant (contre Cantù, seuls quatre joueurs Milanais ont scoré, les six autres restant bloqués à 0 point et totalisant 7 misérables tirs). Peuchère !

Tags :
Comments

Commentaires

Comments are closed.