ALL STAR GAME

Il était une fois en Lega A Saison 92 – épisode 7

Cette année, on vous décortique la Lega A, première division du championnat italien, à la loupe.

legaSutor Montegranaro-Cimberio Varese  88-83
Rien ne va plus à Varese qui, une semaine après sa déroute à Sassari, s’est de nouveau fait surprendre. Alors que leur équipe paraissait à court d’inspiration, Daniele Cinciarini (21 points, 4 rebonds, 4 assists) et Mardy Collins (17 points, 4 assists) ont pris le match à leur compte en seconde période, passant un cinglant 29-14 dans le troisième quart temps pour se détacher de Varesans totalement aphones malgré le travail constant de Keydren Clark (26 points) et d’Aubrey Coleman (16 points). Du côté des Baby Stars de Varese, Achille Polonara sort un match correct (10 points, 4 assists) alors qu’Andrea De Nicolao en a déçu plus d’un (3 points).

Vanoli Cremona-Acea Roma  68-78
La victoire acquise par les Romains vaut de l’or tant le déplacement à Cremone faisait figure de guet-apens. Il faut dire que malgré son classement médiocre (avant-dernier), Cremone est capable de prendre feu sur un match, comme avaient pu le constater à leurs dépens les joueurs de Cantù le week-end dernier. La tour de contrôle nigériane de Rome, Trevor Mbakwe, a donc fait preuve de la plus grande vigilance (18 points à 90% au tir et 17 points) tandis que ses compagnons d’escouade Quinton Hosley, Jordan Taylor et Phil Goss surveillaient leurs arrières. Belle activité de Riccardo Moraschini, le minot romain, qui aligne 11 points et 4 rebonds en 18 minutes. Du côté de Cremone, Jason Rich (20 points, 7 rebonds) aurait mérité mieux.

Pasta Reggia Caserta-Enel Brindisi  65-69
On ne peut plus parler d’effet de surprise et pourtant Brindisi l’a encore emporté face à un Jeff Brooks (20 points, 5 rebonds) et à des Casertani accrocheurs. Les cosmonautes des Pouilles Delroy James-Jerome Dyson-Folarin Campbell ont enquillé 48 points et 21 rebonds, contribuant largement au décollage de la fusée Brindisi dans le troisième quart temps. Il ne reste plus à Cameron Moore (9 points, 9 rebonds) que de se consoler avec une bonne platée de pasta.

Girgio Tesi Group Pistoia-Victoria Libertas Pesaro  115-110
Match spectacle, joueurs déchaînés et final de tragédie grecque. Trois prolongations auront été nécessaires aux joueurs de Pistoia pour s’adjuger un match qui a basculé dans le quatrième quart temps. Menés 58-66 à l’entame de la dernière période, les Pesaresi ont recollé au score grâce à un Elston Turner plus barré que jamais et qui plantait 13 points en 10 minutes, égalisant à 79-79 juste avant le coup de sifflet final. Le match a alors basculé dans le paranormal. Sous le maillot de Pistoia, Brad Wanamaker a fait feu (29 points, 8 rebonds) tandis qu’en face Bernardo Musso (29 points, 7 rebonds et 4 steals) et Marc Trasolini (22 points, 10 rebonds, 2 contres) répliquaient à balles réelles. Heureusement pour Pistoia, JaJuan Johnson a enfilé sa cape de Super JaJuan avec 37 points et 13 rebonds. Avec cette nouvelle défaite Pesaro conforte son titre d’équipe scoumoune de la Lega A : du beau jeu, une rotation limitée à 6-7 éléments, des joueurs burnés et des défaites d’un rien à chaque fois. Au final Pesaro, désormais lanterne rouge, descendra surement en Lega B au terme de cette saison, mais quel spectacle que cette équipe ! Au fait, devinez qui a inscrit 22 points, pris 6 rebonds et terminé avec une évaluation de… 0. L’inénarrable Elston Turner bien sûr : 4/16 à 2 points, 4/14 à 3 points, et 2 balles perdues. Plus qu’un joueur, plus qu’une pathologie, un poème.

EA7 Emporio Armani Milano-Grissin Buon Reggio Emilia  73-52
Un  troisième quart temps de rêve a permis aux neveux de l’oncle Giorgio de l’emporter tranquillement face aux gressini d’Emilie Romagne. Si Curtis Jerrells a fourni une nouvelle prestation pleine d’indigence (3 points, 3 rebonds), C.J. Wallace et Keith Langford ont mis les Lombards sur la voie, ce qui a visiblement inspiré MarQuez « l’homme au bandeau » Haynes (10 points, 3 assists). Dans la raquette milanaise, Gani Lawal (2 points, 1 rebond) et Samuardo Samuels (10 points, 3 rebonds) sont toujours aussi consternants. A Reggio Emilia, pas grand-chose à signaler si ce n’est la belle perf’ d’un ragazzo de 2,14 mètres (Riccardo Cervi) qui inscrit 10 points et gobé 5 rebonds en 16 minutes.

Granarolo Bologna-Umana Venezia  80-87
Venise n’est pas bonne à prendre par les temps qui courent. Après avoir arraché le scalp de Milan le week-dernier, les protégés de Zare Markovski ont déroulé en seconde mi-temps pour faire déjouer des Bolognais jusqu’alors irréprochables. Andre Smith (29 points, 9 rebonds) et Luca Vitali (14 points) ont été les principaux animateurs du braquo vénitien, alors que la triplette US Hardy-Ware- Walsh sauvegardait les intérêts bolognais (49 points). Viktor Gaddefors y a même été de son double-double (12 points-12 rebonds) mais le second rideau veneziano emmené par Hrvoje Peric (12 points, 9 rebonds) veillait sur la lagune.

Banco di Sardegna Sassari-Sidigas Avellino  78-75
Fusion-acquisition (on parle aussi parfois de « fusac »). Les fusions et acquisitions sont un outil utilisé par les entreprises  Sardes dans le but d’accroître leurs activités économiques performances sportives et d’augmenter leur profit. Les banquiers de Sassari sont passés maîtres dans l’art de la « fusac », un peu de Marques Green + du Caleb Green + une option sur le duo Drake Diener-Omar Thomas et voilà déjà 62 points dans la musette. Daniele Cavaliero (16 points) et Kaloyan Ivanov (14 points, 9 rebonds) ont eu beau leur opposer une fin de non recevoir pendant 30 minutes (57-58 à la fin du troisième quart), les banquiers ont brillamment négocié les 10 dernières minutes. I banchieri di Sassari, déjà un hit !

Acqua Vistasnella Cantù-Montepaschi Siena  90-88
« Et j’ai crié, crié, Montepaschi pour qu’elle revienne… » Mais la grande Montepaschi c’est désormais du passé, la défaite à Cantù a éteint les dernières illusions des tifosi siennois qui croyaient que les difficultés du début de saison n’étaient qu’un écueil avant que le nouveau projet prenne forme. Hélas, la vérité froide et implacable c’est que Sienne n’a aucune marge de sécurité, que les partants ont été remplacés par des fantômes, que seulement trois joueurs ont un réel impact dans cette équipe (Othello Hunter, Josh Carter et Daniel Hackett), surtout que Sienne ne fait plus peur à personne. Pas impressionné pour un sou, Maarten Leunen (13 points, 8 rebonds, 3 assists) a pris les rênes de l’attaque lombarde en compagnie des arrières Michael Jenkins  (16 points) et Stefano Gentile (16 points). Daniel Hackett a eu beau s’affairer (25 points, 7 rebonds, 8 assists), Cantù ressemblait à l’hydre de Lerne, chaque fois que Sienne marquait un panier les Lombards en inscrivaient deux d’affilée. RIP Mens Sana !

 

Les stats et le classement c’est par ici

Tags :
Comments

Commentaires

Comments are closed.