ALL STAR GAME

Il était une fois en Lega A Saison 92 – épisode 9

Cette année, on vous décortique la Lega A, première division du championnat italien, à la loupe.

legaVanoli Cremona – Umana Venezia 64-77
Cremona pensait tenir le bon bout à la mi-temps (35-22) avec un Jarrius Jackson chaud bouillant (17 points, 4 rebonds) mais les joueurs de Venise, jusqu’alors à la ramasse, sont revenus transfigurés sur le terrain, sans doute boostés par la soufflante que le coach Zare Markovski leur a passé au repos. La bande de fantômes s’est transformée en conquistadors avec Luca Vitali à la baguette (11 points, 9 rebonds, 7 assists) bien épaulé par Hrvoje Peric (15 points, 9 rebonds). Avec seulement deux succès en neuf rencontres, ça commence à sentir le roussi pour la patrie de Stradivarius.

Banco di Sardegna Sassari – Grissin Bon Reggio Emilia  92-85
A Sassari c’est simple il y a toujours un banquier américain pour trouver le filon. Travis Diener en retrait, Giacomo Devecchi ultra discret, ce sont les Greens (Marques et Caleb) qui se sont investis sans compter pour toucher le jackpot. Bilan : 13 points-10 assists pour Marques, 25 points-6 rebonds pour Caleb. Le banquier star de Sassari, Drake Diener, leur a donné un coup de main (25 points, 5 assists), ne laissant aucune chance à des Emiliens portés par un James White bondissant (15-6-6) et par leur duo de big men Greg Brunner-Riccardo Cervi.

EA7 Emporio Armani Milano – Sutor Montegranaro  101-85
Le match était accroché, les équipes se tenaient au coude à coude, puis tout à coup l’EA7 s’est lancé dans une séance d’essayage en plein troisième quart-temps. Keith Langford a enfilé son blazer habituel (18 points, 3 assists), Gani Lawal et David Moss ont arboré des pantalons taille basse dernier cri (14 points chacun) et Nicolo Melli a mis la main sur un trench à faire rougir les plus belles créatures de la nuit milanaise (20 points et 7 rebonds en 26 minutes). L’oncle Giorgio en a eu des frissons. Un bonheur n’arrivant jamais seul, Curtis Jerrels a réussi 3 passes décisives ! A Montegranaro belle partition du duo US Mardy Collins-Jamie Skeen (42 points au total).

Victoria Libertas Pesaro – Acea Roma  77-82
Soy un perdedor/ I’m a loser baby, so why don’t you kill me?” Comme Beck à l’époque, les joueurs de Pesaro sont des losers, des vrais, ils en sont plutôt fiers d’ailleurs et pour eux, un match réussi est un match où l’on perd d’un rien, en ayant donné jusqu’au bout l’impression qu’ils auraient pu l’emporter. Pour de faux bien sûr. Et après 7 défaites d’affilée (dont 6 archi ric-rac), Pesaro a de nouveau perdu sur le fil. Comme chaque dimanche O.D Anosike a fourni un travail insensé (11 points, 17 rebonds), Elston Turner flingué à tout va (24 points à 9/18 au tir) pendant que Marc Trasolini apportait son je ne sais quoi (19 d’évaluation). A 58-58 au début du dernier quart-temps, il fallait que Rome se choisisse un bourreau, Jimmy Baron a hérité du rôle, scorant 12 points dans le money time (sur un total de 26) et permettant à la Virtus Roma d’écarter les magnifiques losers de son passage.

Acqua Vitasnella Cantù – Pasta Reggia Caserta  84-82
Cantù a eu chaud aux fesses. Bien que menant de 10 points à l’entame des dix dernières minutes, les Lombards ont fini le match avec la peur au ventre. La faute à un Marco Mordente enfin mordant qui leur plantait panier sur panier (13 points). Comme Jeff Brooks n’était pas non plus très accommodant (26 d’évaluation), les Canturini Joe Ragland et Maarten Leunen ont dû remettre les points sur les i tandis que Marco Cusin apportait de la densité dans la raquette (10 points-9 rebonds). Bonne opération de Cantù qui affiche un bilan affriolant de 6 victoires-3 défaites.

Sidigas Avellino – Montepaschi Siena  75-85
La Montepaschi s’est sortie du guet-apens tendu par les archers d’Avellino et du Robin Hood local, Kaloyan Ivanov, dont les flèches empoisonnées (19 points-7 rebonds-4 assists) ont failli la mettre définitivement à terre. Menés de 9 points dans le dernier quart, les Toscans ont confié les clés de la banque aux enfants du pays Daniel Hackett (16 points sur la période, 24 au total + 8 rebonds et 4 assists) et Tomas Ress qui ont lâché les chevaux, étrillant les rebelles avec un 35-14 définitif. Autour d’eux, Othello Hunter était à l’affût (16 points, 16 rebonds). Mieux que Lourdes, Siena… where miracle happens.

Giorgio Tesi Group Pistoia – Cimberio Varese  89-76
Quand un Américain est en furie, ça fait du bruit. Quand ils sont deux, il commence à y avoir des étincelles… Alors quand ce sont quatre joueurs US qui prennent feu au même moment, imaginez les dégâts. A eux seuls, Brad Wanamaker, Deron Washington, Kyle Gibson et JaJuan Johnson ont passé 77 points à des Varesans qui, après leur défaite à Villeurbanne en Eurocoupe, enchaînent une nouvelle contre-performance.  Histoire de compléter leur orgie offensive, les ricains de Pistoia ont été les auteurs de toutes les passes décisives de leur équipe (18). En face Achille Polonara avait mis de la harissa sur les mains (17 points) mais seuls Keydren Clark et Adrian Banks (16 points) étaient prêts à envoyer la sauce, un manque de munitions qui s’est avéré fatal pour la Cimberio dans le dernier quart-temps.

Granarolo Bologna – Enel Brindisi  84-79
Avec Bologne c’est un coup pile, un coup face. Contre une remarquable équipe de Brindisi ça a été banco grâce à une belle implication du junior australien Brock Motum, auteur de 20 points. En face Folarin Campbell n’était pas en reste (18 points, 5 rebonds) mais sa maladresse aux lancers-francs (2/7) a plombé son équipe. Son coéquipier Miroslav Todic a fait étalage de sa Bosnian « Don’t Fuck with Me » Touch (16 points, 9 rebonds), jusqu’à ce que Matt Walsh décoiffe ses cheveux, enfile son bandeau et chante « I’m clutch clutch clutch» à tue-tête (26 points, 9 rebonds). Après cette défaite, Brindisi est rejoint en tête de la Lega par deux équipes de banquiers : Sassari et Sienne. De quoi avoir la gueule de bois…

Tags :
Comments

Commentaires (1)

  1. Chuba

    Excellents ces résumés!