Il était une fois en Lega A : Saison 92, épisode 18

Cette année, on vous décortique la Lega A, première division du championnat italien, à la loupe.

Lega AUmana Venezia – Cimberio Varese  77-93
Pour son premier match sous le maillot de la Reyer Venezia, Andrea Crosariol (2 punti, 4 rimbazi) n’a pas été à la fête. Il faut dire que les cow boys de Varese, Keydren Clark (17 punti) et Adrian Banks (25 punti), visaient juste et multipliaient les tirs longue distance, permettant à Varese de faire cavalier seul. Leur complice, Eri « Capitano » Ebe se fendait quand à lui de 18 points et 6 rebonds pour faire fermer son clapet au feu follet de la Reyer, Donell Taylor, auteur de 22 points. Andre Smith porté disparu (9-3-3), les ailiers Guido Rosselli et Nate Linhart (16 points chacun) ont essayé de remettre Venise dans le coup, mais Achille Polonara veillait au grain (11-6-2).

Victoria Libertas Pesaro – Acqua Vitasnella Cantù  82-79
Et si les Pesaro Globe Trotters se payaient le scalp du leader ? Vous en avez rêvé, O.D. Anosike et Elston Turner l’ont réalisé. Comment ? Acte I/ Pesaro se fait balader par des Lombards en pleine possession de leurs moyens, Adrian Uter (13 points, 4 rebonds) et Joe Ragland (18-5-2) trouvant systématiquement la faille dans la défense marchegiana. Acte II/ Sursaut des locaux avec Elston Turner (19-6-2) et Bernardo Musso (14 points, 4 steals) qui relancent la machine. Acte III/ A la mi-temps le coach Sandro Dell’Agnello harangue ses troupes « Dai, voi siete bravi ragazzi e non siamo tanto lontani di questi stronzi Canturini. Giocate con cuore, passione e andiamo avanti ! » Acte IV/ Elston Turner, toujours lui, répond aux éclairs d’Awudu Abass, les équipes sont à bloc et se neutralisent. Acte V/ O.D. fait son show, moins de rebonds que d’habitude (6) mais des steals (3), de la précision et des punti à tire larigot (25). Juste ce qu’il faut pour que Pesaro s’impose d’un fil. Classe !

Vanoli Cremona – Enel Brindisi  53-64
Cremona est retombée dans ses travers. Après quatre succès d’affilée, les hommes de Cesare Pancotto ont joué à cache-cache toute la soirée au lieu de participer à l’activité basket qui était au programme. Jarrius Jackson (19 di valutazione) a bien essayé de donner le change, mais ses adversaires se sont rapidement rendu compte qu’il était seul sur le terrain. Du pain béni pour le vétéran Massimo Bulleri (12 punti), Michael Snaer (10 punti, 4 rimbalzi) et Jerome Dyson (14 punti) qui n’ont fait qu’une bouchée de Ben Wooside (-1 d’évaluation). Brindisi conforte sa place de co-leader.

Acea Roma – Sidigas Avellino  72-80
Ce n’était pas un jour très auguste pour les équipes romaines. D’abord les footeux de l’AS Roma qui doivent rentrer aux vestiaires après dix minutes de jeu en raison d’un déluge dans le ciel romain, puis la Virtus Roma qui se fait dicter sa loi par des Avellinisi impétueux. Hum, tout ça ne sentait pas très bon.  Phil Goss a eu beau multiplier les duels victorieux (26 points à 10/13 dans la raquette), c’est Will Thomas (22 points, 11 rebonds) et Kaloyan Ivanov (18 points, 12 rebonds) qui ont remporté tous les bras de fer, grâce notamment au tempo d’un Jaka Lakovic toujours aussi précieux (13 points, 4 assists). Alors certes, Rome n’a pas été ridicule, Quinton Hosley (20 punti, 8 rimbalzi) et Trevor Mbakwe (11 punti, 19 rimbalzi, 4 stoppate !) ont confirmé leurs bonnes dispositions, et on a même cru à un moment que la louve pouvait l’emporter, mais au final c’est une défaite de plus pour les hommes de Luca Dalmonte… dont la courbe de progression semble bloquée.

Granarolo Bologna – Montepaschi Siena  57-54
Antoine Rigaudeau a été longuement applaudi en lever de rideau de ce match. Bien loin des heures de gloire du « Roi », Danilovic, Ginobili and co, la Granarolo, conduite pour la première fois par son nouveau coach Giorgio Valli, est allée chercher cette victoire aux forceps. Matt Walsh non utilisé, c’est Casper Ware (17 points, 4 rebonds, 4 steals) qui a assuré l’animation offensive des locaux, bien aidé par Brock Motum (15 points, 5 rebonds) et Shawn King (8 points, 12 rebonds, 2 blocks). Mais que ce fut dur pour les spectateurs de supporter cette purge. Des tirs enclenchés n’importe comment (25% à 3 points pour les deux équipes), des pertes de balles, et j’en passe. La Palme de l’horreur revient à Sienne, qui affiche un total de 3 passes décisives pour l’ensemble du match (!!!), 18 pertes de balles pour seulement 2 steals, et une misérable évaluation collective de 37. Quand à notre maçon préféré, MarQuez Haynes, après son 1/7 au lancer de parpaing la semaine dernière, il nous a cette fois gratifié d’un sordide 2/8. S’il fallait en sauver un ? Erick Green, 12 d’évaluation, le seul à ne pas être complètement nul.

EA7 Emporio Armani Milano – Pasta Reggia Caserta  61-43
0/16 d’un côté et 3/25 de l’autre. Les joueurs de Caserta et Milan souffriraient-ils du syndrome MarQuez Haynes ? Toujours est-il que la précision au tir longue distance laisse encore à désirer. Face à un adversaire extrêmement faible, les neveux préférés de l’Oncle Picsou Giorgio ont assuré l’essentiel. Dans le rôle de Riri : Alessandro Gentile (14 points). Dans la peau de Fifi : Keith Langford (12 points à 3/9). Enfin, Gani Lawal est Loulou (7 points, 12 rebonds, 2 stops). En face il n’y avait rien ou presque (Tony Easley : 8 points à 100% et 5 rebonds). Mais où était donc passé le punch de Jeff Brooks, Chris Roberts, Stefhon Hannah et Carleton Scott ? Les rigatoni avalés à la collation du midi étaient-ils avariés ? Qu’importe, Milan pose son gros popotin sur le trône et vire en tête de la classifica di Lega A.

Giorgio Tesi Group Pistoia – Banco di Sardegna Sassari  81-69
Comme disait l’autre, en temps de crise économique on a tout intérêt à prolonger ses études. Les joueurs américains de Pistoia ont bien compris l’idée, eux qui travaillent sans relâche à la rédaction de leur thèse. Brad Wanamaker (15 punti, 10 assist) et JaJuan Johnson (20 punti) notamment, mais aussi Riccardo Cortese (15 punti) qui n’est pourtant pas réputé pour être un foudre de guerre. Du côté des banquiers sardes, aux promesses de l’automne ont succédé les rigueurs de l’hiver et la clique de frimeurs invétérés a de moins en moins l’occasion de sortir leurs cigares Cohiba Behike. Si les lieutenants Caleb Green (12 points), Brian Sacchetti (10 points) et Omar Thomas (12 points) ont bien fait le boulot, l’ingegnere Drake Diener a été moins inspiré que d’habitude (9-3-4). La fin des bénéfices ?

Grissin Bon Reggio Emilia – Sutor Montegranaro  89-80
Les rigatoni des Casertans étaient peut-être avariés mais en tout cas une chose est sûre : les gressins des Emiliens étaient on ne peut plus digestes. Emmené par un Rymantas Kaukenas rayonnant-incroyable-jubilatoire-magique (24 points) et un James White patibulaire (17 points), Reggio Emilia a dominé de la tête et des épaules le squad de Josh Mayo (11 points, 4rebonds).  L’Emilien Andrea Cinciarini (12 points, 4 rebonds, 12 assist) a pris l’avantage sur son grande fratello Daniele de Montegranaro (21 points, 4 rebonds) dans un duel fratricide de toute beauté. De quoi donner le sourire à Greg Brunner (11-7-3) et Troy Bell (23 di valutazione).

Les stats

Tags :
Comments

Commentaires (1)

  1. Grinchy

    Kaukenas fait plaisir à voir! Merci pour cet excellent récap!!