Il était une fois en Lega A : Saison 92, épisode 19

Cette année, on vous décortique la Lega A, première division du championnat italien, à la loupe.

lega basketPasta Reggia Caserta – Grissin Bon Reggio Emilia  74-68
Humiliés lors de la dernière journée par l’EA7, les Casertans ont profité de la coupure occasionnée par la Coupe d’Italie pour se refaire une santé. Si on a craint un (long) moment que le match ne ressemble à un épisode de Derrick (seulement 51 points marqués en première temps), les filets ont heureusement été plus sollicités après le repos sous l’impulsion des Emiliani James White (19 punti, 4 rimbalzi) et Troy Bell (15 points, 5 rebonds, 2 steals). Stefhon Hannah en instance de départ (il devrait être remplacé par Chris… hum… Duhon… hum hum), Caserta a pu compter sur Carleton Scott (15 points, 8 rebonds) et Chris Roberts (19 points, 4 rebonds, 4 steals) pour avaler tout cru les gressins de Reggio Emilia. L’incroyable Rimantas Kaukenas (14 points, 5 rebonds) méritait mieux.

Enel Brindisi – Umana Venezia  88-78
Face à un adversaire récalcitrant, les Pugliesi ont dû enfiler leurs bottes de sept lieues. Et comme souvent dans ces cas là l’aérodynamisme de Jerome Dyson (25 points, 3 rebonds, 6 steals, 8 assist) s‘est révélé un atout de taille. Andre Smith (17 punti, 8 rimbalzi) et Aaron Johnson (13 points, 5 assist) ont eu beau se démultiplier pour remettre la gondole vénitienne dans le bon canal (-3 à la fin du troisième quart-temps), leurs coéquipiers n’arrivaient pas à faire la différence. Et si Donell Taylor scorait 19 points, ses pertes de balle (5), son adresse moyenne (7/15) et son absence totale d’intérêt pour le collectif plombaient Venise. Une aubaine pour Andrea Zerini (9 punti, 10 rimbalzi, 1 stoppata) et Delroy James (9 points, 11 rebonds, 4 assist) qui parachevaient le succès des Sudistes.

Montepaschi Siena – Victoria Libertas Pesaro  80-70
Finaliste surprise de la Coppa d’Italia le week-end dernier, Sienne surfe sur sa bonne dynamique en l’emportant tranquillement contre le bonnet d’âne de Lega A. Au-delà du résultat, les tifosi sont restés scotchés devant la performance d’Erick Green, lui qui n’avait pas montré grand-chose depuis le début du championnat, a lâché les chevaux. Pendant ses trente-trois minutes de présence sur le parquet, l’ex de Virginia Tech a scoré 34 points (à 13/14 au shoot). Pour un peu on se serait cru revenu un an en arrière, lorsque Bobby Brown régalait la Pala Estra avec ses shows offensifs. Outre le Green-osaure, le pivot autrichien Benjamin Ortner s’est de nouveau montré très précieux (8 punti, 10 rimbalzi) tandis que MarQuez Haynes, qui restait sur un affligeant 13/52 au shoot lors des quatre derniers matchs de championnat, semblait avoir enfin trouvé une paire de lentilles adaptées à sa vue (14 points à 4/8). Trois mots sur Pesaro : un collectif toujours aussi flippant, O.D. Anosike en mode light (16 points, 10 rebonds, 3 contres subis) et Elston Turner #brillant #indiscipliné #diamant brut (26 points à 10/21 dont 2/8 longue distance).

 

Sutor Montegranaro – Granarolo Bologna  86-84
Don’t believe the hype. Après avoir démarré le championnat en trombe, puis commencé à perdre de plus en plus souvent, puis à ne plus gagner du tout, puis avoir viré son coach, puis avoir remplacé Jerome Jordan par Ebi Ndudi… Bologne continue de perdre. A portée de tir de Montegranaro tout au long du match, Dwight Hardy (14-4-3) et Casper Ware (16-4-2) ont encaissé un tir primé de Daniele Cinciarini (23 points, 4 assist) à 20 secondes de la fin du match et ont vu le missile de la dernière chance lancé par Matt Walsh (14-3-10) rebondir contre l’arrête du panier avant de repartir au loin. Rageant ! Le surprenant Dimitri Lauwers (19-2-4) n’est pas pour rien dans le succès de Montegranaro. Malgré cette nouvelle déconvenue, les dirigeants bolognais auront sans doute apprécié le gros mieux au niveau de l’état d’esprit et du jeu collectif proposé par les protégés de Giorgio Valli.     

Sidigas Avellino – Cimberio Varese  83-63
Comptant 13 longueurs d’avance à la fin du premier quart-temps, Avellino s’est ensuite contenté de gérer, remettant un ou deux taquets quand son adversaire se faisait trop pressant. Guidé de main de maître par la triade Will Thomas (17-8-3 + 4 steals) – Kaloyan Ivanov (22 punti, 13 rimbalzi) – Daniele Cavaliero (21 punti, 5 assist), Avellino a complètement désorienté des Varesans inodores (102 à 44 d’évaluation). Elu MVP du mois de décembre, le Bulgarissime Kaloyan Ivanov confirme son émergence. Bien moins à la fête, Varese devra lutter dur pour accrocher les Playoffs ; Marko Scekic (9 points, 4 rebonds) et Linton Johnson (6 points, 12 rebonds) seront des pièces maîtresses dans cette quête. Au fait, quelqu’un a vu Achille Polonara (-3 d’évaluation en 8 minutes) ???

Banco di Sardegna Sassari – Vanoli Cremona  95-61
Vainqueurs de la Coupe d’Italie le week-end dernier (après 5 ans de règne sienese), les banquiers sardes ont sorti leurs Maserati Gran Turismo pour taper quelques envolées supersoniques en ligne droite. Résultat : des tirs primés à gogo, de l’adresse, des pénétrations qui font mouche, et surtout du COL-LEC-TIF ! Les onze joueurs sardes ont tous scoré et la répartition de la marque ferait le bonheur de n’importe quel coach. Pour le plaisir, la voici : un banquier à 16 points (Omar Thomas), deux chargés de clientèle à 13 pions (Caleb Green et Manuel Vanuzzo), un opérateur de marché à 11 punti (Brian Sacchetti), deux chefs d’agences à 9 buckets (Massimo Chessa & Drake Diener), deux analystes des risques à 7 caramels (Giacomo Devecchi & Travis Diener), un fiscaliste à 4% (Drew Gordon) et deux contrôleurs de gestion à 3 de bonus (Marques Green & Amedeo Tessitori). A Cremone, mis à part un Ben Woodside altruiste (4-3-9) et un Sime Spralja volontaire (15 punti, 10 rimbalzi), on n’a pas vu grand  chose.

Acqua Vitasnella Cantù – Acea Roma  83-80
Ballotés aux quatre coins du terrain pendant 30 minutes par des Canturini très remuants, les Romains ont réagi avec véhémence dans le dernier quart-temps. Trop tard car le mal était déjà fait. Pietro Aradori avait déjà marqué son territoire (25-5-2), Maarten Leunen s’était déjà déployé (12-7-3) et Michael Jenkins s’était déjà habitué à briller dans son rôle de poison ambulant (7 points, 6 assist et 5 steals). Phil Goss (22 punti) et Jimmy Baron (20-5-4) ont essayé de combler les trous, mais avec un effectif limité et des solutions de rechange pas vraiment convaincantes, c’était mission impossible. Autre coup dur : Jimmy Baron, qui restait sur 67 lancers francs consécutifs réussis, a manqué son premier tiro libero de la saison.

Giorgio Tesi Group Pistoia – EA7 Emporio Armani Milano  79-88
Quand les journalistes lui ont demandé ce qu’il pensait de la prestation de ses hommes, sérieusement chahutés par Pistoia, le coach milanais Luca Banchi a simplement répondu : « Prova di personalità. » Sous-entendu : « Mes p’tits gars ont pas eu la partie facile. Kyle Gibson (21-3-3) et Brad Wanamaker (20-9-4) nous ont mis des bâtons dans les roues mais menés de 8 points à l’entame du dernier quart, on a trouvé les ressources pour corriger ces sacripants. Spéciale dédicace à mes gars David Moss (9-6-1 avec 7 points dans le money time) et Daniel Hackett (16 points, 5 rebonds). Sans eux ça n’aurait pas été la même. On se traîne ensemble depuis l’époque de Sienne et je voudrais leur dire merci ». A part ça Curtis Jerrels combine 15 punti et 5 assist. Et Daniel Hackett a abandonné ses tresses…  

Toutes les stats ici

Tags :
Comments

Commentaires

Comments are closed.